Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

le livre de poche - Page 3

  • Meurtre au Ritz de Michèle Barrière

    Imprimer

    michèle barrière,salon du livre,le livre de poche,meurtre au ritz,roman historique,l'affaire dreyfus,escalier

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Meurtre au Ritz?

       "Je me baladais sur le stand du Livre de Poche avec mes copinautes pour le Salon du Livre (raaa, les bons souvenirs), et Michèle Barrière était présente pour une dédicace. C'est elle qui nous a présenté ses livres et tellement bien je dois dire, que nous en avons pris un chacune, Miss Léo, Titine, Eliza et moi-même."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Le Ritz prépare son ouverture et Quentin Savoisy, filleul du grand chef Auguste Escoffier, rend visite à son parrain dans les cuisines du palace, lorsqu'ils trouvent le cadavre d'une jeune fille pendu dans l'une des chambres froides..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "J'ai beaucoup aimé le contexte historique. Ce sont des temps très troublés, l'histoire s'articule autour des anarchistes, de l'affaire Dreyfus et de l'antisémitisme montant. Tout cela est parfaitement dépeint par l'auteur avec de nombreuses anecdotes ancrant le récit dans la réalité. En revanche, c'est un peu au détriment de l'histoire et c'est de ce côté-là que j'ai éprouvé quelques petites déceptions. D'abord, la plongée dans l'univers du Ritz qui m'avait attirée est en fait très superficielle. Il y a des touches d'humour qui allègent le récit mais aussi quelques incohérences. Et surtout, aucun des personnages du roman n'est attachant, et surtout pas le "héros". Il a beau reconnaître lui-même sa lâcheté et sa fainéantise, cela ne nous le fait pas apprécier plus, ni lui, ni sa fiancée entêtée, ni le policier qui joue les imbéciles, ni même Ritz ou Escoffier. Le chien et la bonne sont peut-être les plus sympathiques, c'est un peu court tout de même."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Les deux derniers chapitres qui accélèrent enfin l'action sont bien plus intéressants même si finalement tout cela n'aura pas servi à grand chose. Enfin, dernière petite déception avant de refermer le livre: l'auteur nous avait beaucoup vanté le côté culinaire, précisant que les recettes des plats évoqués se retrouvaient dans les dernières pages. Effectivement, de merveilleux plats nous sont décrits et nous font saliver tout au long du récit et je me demandais à chaque fois lequel de ses mets succulents je pourrai tester dans ma cuisine! Alors quelle déception ce fut de découvrir que les fameuses recettes ne me proposaient rien de plus élaborer que l'aïoli, la crème pâtissière ou encore la pêche melba..."

     

        Mlle Alice, merci, et à mercredi prochain...

    Catégories : Lire et Enquêter 6 commentaires
  • La Maison du Péril d'Agatha Christie

    Imprimer

    agatha christie,hercule poirot,le livre de poche,la maison du péril

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec La Maison du Péril?

        "Au risque de me répéter, je continue mon petit bonhomme de chemin sur les traces de ce bon vieux détective belge: Hercule Poirot."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Alors que Poirot est en vacances, une jeune fille se fait tirer dessus sous ses yeux. Impossible alors de résister à l'envie de voler à son secours et de tout faire pour découvrir qui lui veut du mal."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Si vous ne voulez pas lire tous les Agatha Christie et que vous recherchez seulement les meilleurs enquêtes d'Hercule Poirot, je vous conseillerais sans aucun doute le Meurtre de Roger Ackroyd mais aussi celui-ci, la Maison du Péril. L'auteur y déploie tout son génie et nous surprend une fois encore. Malheureusement pour moi, j'ai vu bien trop de fois l'adaptation télévisée de cette histoire pour l'avoir oubliée et le suspense n'était donc pas au rendez-vous, ce qui ne m'a pas empêchée d'apprécier ma lecture pour autant, et l'humour du célèbre duo Poirot/Hastings avec une touche de mélodrame bien orchestrée."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Comme je l'ai dit, je n'ai pas été surprise mais c'est véritablement une très bonne fin. Et une fois encore, loin d'être lassée, je referme ce livre avec l'envie de me plonger dans le prochain."

     

        Mlle Alice, merci, et à mercredi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques sur l'oeuvre d'Agatha Christie ICI

    Catégories : Lire et Enquêter 8 commentaires
  • Pivoine de Pearl Buck

    Imprimer

    pivoine,pearl buck,vent d'est vent d'ouest,le livre de poche,60 ans

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Pivoine?

        "Adolescente, j'avais lu toute l'oeuvre de Pearl Buck après que l'on ait étudié Vent d'Est, Vent d'Ouest à l'école, et Pivoine m'avait particulièrement marqué. C'est donc l'un des livres que j'avais proposé pour la Sélection Blogueurs du Livre de Poche et ils m'ont demandé de le chroniquer."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

        "Pivoine est une jeune esclave chinoise qui travaille pour une famille juive et qui est amoureuse de son jeune maître, David. Toute sa vie durant, elle va le servir avec fidélité en espérant qu'un jour, peut-être..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

        "Je me souvenais surtout de l’histoire d’amour et de sacrifice qui me parlait à l'époque mais aujourd’hui, après l’avoir relu, je me rends compte à quel point c’est bien plus que ça. Tout d’abord, on plonge dans la Chine et ses traditions avec délice, un monde bien loin du notre et que l’auteur nous fait découvrir de telle façon que l’on s’y sent transporté. Puis l’on apprend à connaître la jeune Pivoine. C’est un personnage que l’on ne peut qu’aimer et qui nous charme par sa douceur, sa bonté et son abnégation. Et ces sentiments se teintent alors d’enjeux bien plus importants et de l’opposition de deux cultures différentes. David va-t-il choisir de respecter les traditions de sa famille et de sa religion ou celles de son pays. A travers lui, on ne peut que s’interroger sur ce que l’on se doit à soi-même et ce que l’on doit à sa famille et à ses ancêtres. Pearl Buck nous dépeint tout cela subtilement, sans jamais juger l'un ou l’autre."

     

    • Et comment cela s'est-il fini?

        "Pour ce qui est de l'histoire en elle-même, je ne peux pas dire que j'ai adoré la fin, bien qu'elle soit en harmonie avec le reste. Mais pour ce qui est de la leçon de vie et de la reflexion, c'est sans conteste un livre magnifique."

     

        Mlle Alice, merci, et à dimanche prochain...

    Catégories : Lire des Romans 14 commentaires