Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Books are my Wonderland

  • Pas Celle que tu Crois de Mhairi McFarlane

    Imprimer

    pas celle que tu crois,livre doudou,feelgood book,feel good book,mohair mcfarland,harper collins,harlequin

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Pas Celle que tu Crois ?

       "Je trouve la couverture très jolie et attractive (oui mes critères sont toujours aussi futiles) mais j'avais peur de tomber sur un roman un peu trop cucul la praline et j'ai commencé par être raisonnable. Jusqu'à ce que les premières bonnes critiques tombent."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Edie se rend au mariage de Jack, un collègue, à contrecoeur. En effet, elle doit bien se l'avouer, elle espérait qu'il n'épouserait pas sa fiancée. Alors qu'elle essaie de faire le point sur ses sentiments, Jack la rejoint dans la soirée et l'embrasse subitement. Edie en serait encore à se demander ce qu'elle en pense si la jeune mariée ne les avait pas découverts à ce moment précis..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "L'histoire commence sur les chapeaux de roues et nous entraîne au coeur de la tourmente que vit Edie. Impossible de ne pas se prendre tout de suite d'affection pour cette fille un peu perdue, à qui tout le monde va tourner le dos. J'ai eu du mal à lâcher le roman, c'est léger mais bien écrit, pas prise de tête mais prenant. Certes, on se doute un peu de la façon dont cela va finir mais le voyage qui y mène est tout aussi intéressant. L'auteur ne se contente pas de l'histoire d'amour, il y a aussi des histoires d'amitié, de travail, de famille, une vraie remise en question de la part de l'héroïne principale et c'est ce qui fait sa qualité. On est dans un vrai feelgood book, de ceux à lire sous un plaid bien chaud avec un thé fumant et qui vous font rêver. Et si je ne placerais pas encore Mhairi McFarlane au niveau de Kristan Higgins par exemple, je la lirai de nouveau avec grand plaisir."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "J'ai vraiment apprécié que l'auteur ne nous abandonne pas à peine le premier baiser échangé même si, finalement, elle s'arrête toujours trop tôt à notre goût..."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Catégories : Lire en Légèreté 0 commentaire
  • L'Affaire Léon Sadorski de Romain Slocombe

    Imprimer

    l'affaire léon sadorski,romain slocombe,la bête noir,france occupée

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec L'Affaire Léon Sadorski ?

       "Depuis les débuts de la Bête Noire, j'ai beaucoup apprécié toutes ses parutions et j'aime généralement beaucoup les romans qui se déroulent au cours de la Seconde Guerre mondiale. Deux raisons pour ne pas passer à côté de ce roman."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Avril 1942, le destin de l'inspecteur Sadorski, collabo et antisémite, sous l'Occupation allemande..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Il y a peu de façons de le dire, j'ai détesté. Inutile de me sauter dessus tout de suite, voir de m'insulter, je suis consciente que beaucoup ont adoré, que le livre est pré-selectionné pour le Goncourt mais je ne peux pas contrôler mon ressenti, désolée. Premier point négatif, la quatrième de couverture nous dévoile plus de la moitié du livre et pas la plus intéressante selon moi, lui ôtant donc le seul élément qui aurait pu me garder accrocher, la surprise, la découverte. La suite effectivement, avec son semblant d'enquête policière, enfin, aurait pu plus me plaire mais c'était trop tard, j'étais perdue pour toujours. Si je suis fascinée par ce qui façonne l'histoire des gens, je n'ai pas fait des études de psychologie pour rien, je ne vois aucun intérêt en revanche à me vautrer dans ce que peut faire et dire de pire la nature humaine sous l'effet conjugué du groupe, de la propagande et... de sa propre nature bien sûr. Certains diront que c'est un devoir de mémoire peut-être, personnellement je n'ai pas besoin de ça pour me souvenir, et je suis justement trop consciente des mécanismes psychologiques en jeu pour permettre de juger qui que se soit. Enfin, quand un auteur vous donne le nom de toutes les rues que l'inspecteur traverse pour vous dire qu'il est allé au boulot, je sais que ce n'est pas un roman pour moi. Plus d'un passage donne plus l'impression de lire des archives qu'un roman. C'est d'ailleurs déjà ce qui ne m'avait pas plu dans le précédent, j'aurais mieux fait de m'en souvenir plus tôt. Sans parler des listes de noms, de qui a fait quoi et quand, nombreuses et longues qui ne sont pour moi pas moins mesquines que les petites lettres de dénonciation de Sadorski."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Même sur la fin je suis déçue, la vengeance n'étant accomplie qu'à moitié mais inutile d'en rajouter je crois. Et je finirai donc en rappelant que tout ce qui ne m'a plu m'est propre, que je n'ai pas la vérité universelle mais que c'est également mon droit de ne pas avoir aimé (oui, je suis fatiguée de me faire engueuler parce que je n'ai pas apprécié un livre, maintenant je prends les devants)."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez ma chronique d'Avis à mon Exécuteur et après, c'est promis, j'arrête de lire Romain Slocombe.

    Catégories : Lire et Enquêter 3 commentaires
  • HHhH de Laurent Binet

    Imprimer

    HHhH, laurent binet, hitler, seconde guerre mondiale, heydrich, prague, opération anthropoïde, gestapo, nazi, Himmler

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec HHhH ?

       "Je suis fascinée par les grands évènements de l'Histoire et les dérives humaines, la Seconde Guerre Mondiale m'offre donc, dans ce cadre-là, un vivier inépuisable. Mon oncle m'avait offert La part de l'Autre, qu'il avait beaucoup aimé et à l'occasion suivante, en clin d'oeil, je lui ai offert HHhH. Alors quand je me suis rendue aux Quais du Polar et que j'ai su que Laurent Binet y était, j'ai saisi l'occasion de découvrir ce livre à mon tour."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "HHhH est l'histoire de la Seconde Guerre Mondiale, d'Heydrich en particulier, sûrement l'un des pires nazis ayant existé s'il est possible d'établir une classification, et de deux hommes incroyablement courageux, l'un tchèque et l'autre slovaque, qui ont accepté la lourde mission d'attenter à sa vie...."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Est-ce qu'il vous est déjà arrivé d'aimer un livre alors que sa lecture vous a prodigieusement agacée ? Enfin, pas toute sa lecture bien sûr... Ce roman n'en est pas un. Ou en tous cas, Laurent Binet fait tout pour que ce ne soit pas le cas parce que selon lui, le roman, c'est d'un vulgaire ! Il nous raconte plutôt son processus d'écriture et ses réflexions, le tout mêlé à l'Histoire avec un grand H. Si le procédé est effectivement tout à fait original et même extrêmement intéressant par moment, les justifications de l'auteur quant à cet état de fait sont assez... étonnantes si je puis dire. Lorsqu'il pinaille pendant des pages sur une voiture verte ou noire, c'est irritant mais quand il disserte sur ce qu'il pense du fait de romancer l'Histoire et qu'il juge les versions d'autres auteurs, il est carrément énervant. Je le trouve dédaigneux, prétentieux et je suis d'autant plus énervée contre lui que je suis à peu près sûre qu'il n'est rien de tout ça. Et à ce compte-là, si ce n'est pas de l'égo, c'est quoi ? De l'hypocrisie ? Et malgré tout, on y revient, parce que rentrer dans la vie d'Heydrich, c'est passionnant et on pardonne à l'auteur parce que l'hommage qu'il rend à Jozef Gabčík et Jan Kubiš est essentiel. Bref, j'ai adoré. Logique, non?"

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Dès les premières pages du livre, l'auteur ne fait pas vraiment mystère de la façon dont tout cela s'est terminé et pourtant, le suspense est présent jusqu'au bout et l'espoir ne s'éteint pas avant les dernières lignes.  Je ne suis pas prête d'oublier ces hommes, ou Lidice... "

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

     

       "Laurent Binet nous explique que le titre de son livre sera Opération Anthropoïde s'il n'a pas cédé à son éditeur. Manifestement, il s'est laissé fléchir et personnellement, j'aime beaucoup ce nouveau titre ainsi que la couverture et puis... j'ai vu ça. Et je me suis dit que ça méritait bien de figurer ici. Je le redis, se plonger dans la vie de tels héros, à l'heure où nos modèles sont Kim Kardashian ou Justin Bieber, c'est es-sen-tiel !"

    hhhh,laurent binet,hitler,seconde guerre mondiale,heydrich,prague,opération anthropoïde,gestapo,nazi,himmler

    Catégories : Lire des Romans 1 commentaire