Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Books are my Wonderland

  • Sur le Toit de l'Enfer d'Ilaria Tuti

    Imprimer

    sur le toit de l'enfer,ilaria tuti,robert laffont,la bête noire,thriller

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Sur le Toit de l'Enfer ?

       "Encore une nouvelle sortie de la Bête Noire avec un titre et une couverture auxquels je n'ai pas su résister..."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Au coeur des montagnes, là où les villages ont appris à survivre sans l'aide de personne et à protéger même leurs pires secrets, le commissaire Teresa Battaglia doit enquêter sur une mort inhabituelle. L'homme retrouvé mort a eu les yeux arrachés..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Je vais commencer par les points forts de ce roman, et ils sont nombreux. D'abord, le cadre. À la toute fin du livre, l'auteur nous explique qu'elle a voulu que ce lieu soit comme un personnage à part entière et c'est complètement réussi. La lecture nous immerge dans ce village coupé du monde et sa forêt environnante et quand un fantôme rôde, ça ne peut que faire monter la tension. Le deuxième gros atout de cette histoire, c'est son originalité et son côté très brut, un peu cru. Des adjectifs qui, je m'en rends compte, collent également parfaitement au commissaire Teresa Battaglia qui nous touche en plein coeur et à laquelle on finit par s'attacher énormément, même si ses premiers échanges avec son nouveau lieutenant m'ont fatiguée. Enfin, le point de vue que défend ce personnage, et à travers elle sa créatrice, est touchant et courageux à la fois. Celui de nous rappeler que derrière un monstre, il y a toujours un humain et très souvent une victime..Pourquoi alors, avec toutes ces qualités, ce roman n'est pas un énorme coup de coeur ? Parce qu'il n'y avait pour moi aucun suspense. Dès le premier quart du livre, j'aurais pu vous démêler tous les fils de l'enquête sans me tromper. Ça ne m'a pas vraiment gêné mais ça éteint un peu le livre, si je puis m'exprimer ainsi."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "J'ai noté deux ou trois petites incohérences mais rien de dramatique. J'ai passé un bon moment de lecture même si je n'ai pas été tenue en haleine et je suis un peu triste de quitter le commissaire dont les forces et les faiblesses ne peuvent que résonner en chacun de nous."

     

        Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres de la Bête Noire ICI.

    Catégories : Lire et Enquêter 0 commentaire
  • Le Roman de Jeanne de Lidia Yuknavitch

    Imprimer

    le roman de jeanne, jeanne d'arc, dystopie, fin du monde, denoël, Lidia Yuknavitch

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Le Roman de Jeanne ?

       "J'aime les dystopies, surtout celles qui ne se contentent pas d'effleurer la surface, qui voient plus loin, qui ont plus d'ambition que de simplement divertir le lecteur. C'est ce que celle-ci paraissait être avec, en prime, une couverture sublime et l'évocation de Jeanne d'Arc pour finir de me perdre."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Les humains, ou du moins ce qu'il en reste, vivent maintenant dans une structure en orbite autour d'une Terre qui n'est plus que cendres et désolation. Mais, avant de mourir, Christine veut graver sur sa peau l'histoire de Jeanne et démêler le mythe de la réalité autour de cette héroïne morte sur le bûcher..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Je sens que je vais avoir vraiment beaucoup de mal à vous parler de ce livre, comme j'ai eu beaucoup de mal à cerner cette histoire. J'ai lutté pour rentrer dedans, tentant d'appréhender ce nouvel univers qui nous est si peu expliqué, puis je me suis passionnée pour certains passages, et certains personnages, avant que les tours et détours ne me perdent de nouveau. J'ai adoré certains éléments, bien pensés mais mal amenés et mal exploités, bref, je n'ai cessé de me demander si oui ou non j'appréciais ma lecture ce qui, vous l'admettrez, et tout de même extrêmement déroutant. Pour moi, c'est un peu comme la Servante Écarlate (et attention, je sens que vous allez crier au scandale) : le livre recèle une infinité de bonnes idées et un énorme potentiel mais il ne s'agit pas là du produit fini malheureusement."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "J'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de confusion sur la fin. L'auteur reste en surface sur de nombreux sujets tout au long de son récit avec pour ambition, je pense, de faire planer le mystère sur cet univers étrange. En fait, ça manque juste de logique et de construction. Il y a des envolées lyriques, des leçons de vie, de philosophie et des réflexions poussées à leurs paroxysme. Tout cela donne l'impression que l'on a voulu donner à tout prix une dimension intellectuelle au récit tout en manquant complètement de subtilité et finit par déservir la dimension émotionnelle, pourtant indispensable à n'importe quel roman il me semble. Dernier espoir, l'adaptation !"

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Catégories : Lire et Imaginer 0 commentaire
  • Mystère Rue des Saints-Pères de Claude Izner

    Imprimer

    claude izner,quais du polar,policier,libraire,paris,début du siècle,mystère rue des saints-pères,victor legris

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Mystère rue des Saints-Pères?

       "J'avais déjà aperçu ces jolies couvertures plus d'une fois et l'histoire de ce libraire me tentait bien. Alors quand j'ai rencontré, aux Quais du Polar, le duo de soeurs qui écrivent sous le nom de Claude Izner, je n'ai pas pu résister plus longtemps."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Alors que l'Exposition Universelle bat son plein, plusieurs personnes meurent prétendument d'une simple piqure d'abeille. Mais Victor Legris, libraire et chroniqueur pour un journal, trouve les coïncidences un peu trop étranges et les fils qui relient ses amis à ces meurtres, un peu trop nombreux."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "J'ai bien aimé cette lecture pour son époque, son cadre et ses descriptions de Paris et de sa toute nouvelle Tour Eiffel. En revanche, j'ai trouvé le personnage principal un peu benêt. Il me semble que dernièrement, le procédé de rendre le héros long à la détente afin de faire durer l'enquête plutôt que de se donner la peine de complexifier celle-ci devient un peu trop répandu. De plus, si le lecteur n'est pas lui-même limité, il arrive forcément un moment où il s'ennuie un peu. En bref, et peut-être aussi parce que j'en attendais beaucoup ou que je lis trop de romans du même genre, je dois dire que je n'ai pas été transcendée par ma lecture. La culture de ses auteurs, en revanche, ne fait aucun doute et toutes les anecdotes, citations et rencontres inopinées qui parsèment le récit sont un véritable régal."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Dans les romans qui se tissent dans les mailles de l'Histoire, je reproche souvent aux auteurs de ne pas démêler pour nous la réalité de la fiction, ici j'ai donc beaucoup apprécié l'épilogue qui replace le contexte et nous donne un petit cours tout à fait bienvenu. Ce ne sera malheureusement pas suffisant pour me donner envie de persévérer dans cette série." 

     

        Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Catégories : Lire et Enquêter 0 commentaire