Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Books are my Wonderland

  • Pas si Simple de Lucie Castel

    Imprimer

    pas si simple,lucie castel,romance,harlequin

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Pas si Simple ?

       "Ce livre m'a été proposé par les éditions Harlequin et comme je ne suis jamais contre une jolie romance..."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Scarlett et sa soeur Mélanie se retrouvent coincées à Heathrow par le mauvais temps, deux jours avant Noël, alors qu'elles doivent rejoindre leur mère en France et passer leur premier Noël sans leur père. Elles vont heureusement faire la connaissance de William, un anglais au charme provocateur, qui va les inviter à venir passer le réveillon chez lui..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Nous sommes dans une romance Harlequin. Ça se lit bien, c'est agréable et on sait déjà comment ça finit. Ici, on a, en plus du charmant jeune homme, des éléments bien sympathiques : Londres, Noël et des familles complètement dingues. Le gros plus selon moi, ce sont les personnages. J'ai vraiment beaucoup aimé leurs différentes particularités et les propos sans filtre de la soeur sont la cerise sur le gâteau. L'histoire d'amour fait certes rêver mais on s'amuse aussi beaucoup. Il est vraiment dommage en revanche que certains sujets, comme le deuil, ne soient qu'effleurés à mon sens. Un peu plus d'approfondissements auraient pu faire passer ce livre dans une dimension toute différente."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "J'ai vraiment, vraiment bien aimé cette histoire. À mon sens les deux seules choses qui lui font vraiment du tort sont sa couverture franchement pas folichonne et l'avant-propos qui survend le roman, soit deux choix de l'éditeur et non de l'auteur, c'est quand même bien dommage..."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Catégories : Lire en Légèreté 0 commentaire
  • Ragdoll de Daniel Cole

    Imprimer

    ragdoll,thriller,tueur en série,daniel cole,robert laffont,la bête noire

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Ragdoll ?

       "Je continue à guetter chaque sortie de la Bête Noire et celui-ci paraissait au-dessus du lot. D'ailleurs, il me semble n'avoir vu que des chroniques positives à son sujet."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "L'inspecteur Wolf, récemment réintégré dans la police, est appelé sur une scène de crime où l'on vient de découvrir un corps composé de six victimes différentes. Une enquête déjà éprouvante pour un flic à la dérive... Ajoutez à ça que le corps se trouve dans l'immeuble en face du sien et pointe sa fenêtre du doigt et vous obtiendrez une situation explosive..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "J'ai adoré l'entrée en matière qui nous plonge directement dans les remous de l'histoire et nous dépeint Wolf sous un jour peu flatteur mais qui nous touche directement au coeur malgré tout. J'ai lu le reste du livre presque d'une traite, ce qui est un bon indicateur à la fois de la qualité de son écriture et de son intrigue. L'épaisseur des personnages est particulièrement intéressante, il y a ceux que l'on aime, ceux que l'on déteste mais il y aussi toutes les nuances qui motivent le comportement humain. En bref, on se dirigeait aisément vers un coup de coeur si seulement... Je lis beaucoup de thrillers et il y a donc de nombreuses ficelles que je commence à connaître. Ce que j'aime par-dessus tout, c'est que l'auteur arrive à me balader et à m'étonner et la seule chose que je déteste, c'est l'emploi d'un procédé que je trouve malheureusement de plus en plus répandu : mentir au lecteur. Je ne peux pas en dire beaucoup plus sans vous spoiler mais ce fut pour moi la douche froide en approchant de la fin de constater que l'auteur avait choisi cet angle d'attaque. Je me suis sentie flouée."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Même si je suis déçue du dénouement, je ne suis pas sûre de résister à une suite, ne serait-ce que pour savoir comment l'auteur s'en sort avec les éléments qu'il a déjà posé. Et pour retrouver le héros aussi bien sûr..."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques de la Bête Noire ICI 

    Catégories : Lire et Enquêter 1 commentaire
  • La Voleuse de Robes de Natalie Meg Evans

    Imprimer

    la voleuse de robes,mode,haute couture natalie meg evans,nil

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec La Voleuse de Robes ?

       "Les noms de Haute-Couture égrenés sur la quatrième de couverture ont irrémédiablement attiré mon regard et j'ai eu la chance de recevoir cet ouvrage grâce aux éditions Nil."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Alors que la guerre civile fait rage en Espagne et que la Seconde Guerre Mondiale se profile, la jeune Alix ne rêve que de devenir couturière. Son ami Paul va l'aider à intégrer la célèbre maison Javier, à condition qu'elle vole les modèles de robes pour lui..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "D'une manière générale, j'ai apprécié ma lecture. Les sujets de guerre et de politique y sont abordés sérieusement sans apporter trop de lourdeur au récit et en bon équilibre avec la mode, l'art et la frivolité. J'ai adoré les descriptions de la vie parisienne des années 30, des tissus, des robes et des croquis... Et même si Alix est parfois extrêmement naïve et qu'on aimerait bien la secouer un peu, on s'attache facilement à elle. En revanche, j'ai trouvé qu'il y avait vraiment trop d'éléments et de sujets différents, on s'éparpille, ça part un peu dans tous les sens. On attend des réponses qui ne viennent pas ou se perdent dans le flot d'informations et les scènes importantes ne sont pas aussi marquantes qu'elles le devraient. L'amour, le sexe, la politique, la guerre, la religion, la peinture, la mode, la fin d'une époque, Paris, le meurtre, la paternité, la jalousie, les erreurs du passé... Rien que cette énumération est fatigante, alors tout un livre..."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Attendre 500 pages pour voir Alix être enfin heureuse et la quitter à Paris, en février 1939, elle qui est d'origine israélite, c'est quand même particulièrement cruel..."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain... 

    Catégories : Lire des Romans 1 commentaire