Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Books are my Wonderland - Page 5

  • L'écliptique de Benjamin Wood

    Imprimer

    l'écliptique,benjamin wood

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec L'Écliptique ?

       "Ce refuge pour artiste, au milieu des mers, un peu secret, ça fait rêver non ? Moi je n'ai pas pu résister..."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Sur une île perdue de la Turquie, existe un refuge pour artiste en quête de l'inspiration perdue. Certains ne sont que de passage, d'autres sont là depuis des années quand arrive le jeune Fullerton qui pourrait bien rompre l'équilibre fragile."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Il y a eu, entre ce livre et moi, une très forte alchimie. Elle est essentiellement due aux sujets traités : la peinture, l'art et surtout l'inspiration, cette grande inconnue. Évidemment, le talent de l'auteur à nous faire éprouver dans l'empathie pour ses personnages, à nous pousser à nous interroger sur tous les mystères dans cet endroit fantastique, à établir cette ambiance étrange, n'y est pas non plus étranger, pour autant, je me suis parfois demandée si quelqu'un qui ne se poserait pas les mêmes questions que moi, et que les protagonistes, sur la magie de la réalisation d'une oeuvre artistique, trouverait le même charme à ce récit."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "À partir d'un certain point du roman, les grosses ficelles de l'auteur ont commencé à apparaître et j'ai redouté de voir venir cette fin. On dirait qu'il y a comme une mode en ce moment à prendre un petit peu son lecteur pour un imbécile. Malheureusement, non seulement cette fin ne m'a pas plue, mais elle ne m'a même pas étonnée..."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Catégories : Lire des Romans 0 commentaire
  • La Griffe du Diable de Lara Dearman

    Imprimer

    thriller,la bête noire,robert laffont,la griffe du diable,lara dearman

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec La Griffe du Diable ?

       "Les thrillers en général, la collection de la Bête Noire en particulier, je suis toujours attentive aux nouvelles sorties. Mais quand, en plus, l'action se passe sur l'île de Guernesey, se sont tous mes voyants qui s'allument."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Jennifer Dorey est retournée vivre chez sa mère après des problèmes sérieux à Londres et la mort de son père. Sur l'île de Guernesey, elle pense pouvoir se reposer tout en travaillant à quelques articles pour la presse locale mais lorsqu'elle va trouver le corps d'une jeune fille sur la plage, ce sont tous les démons du passé qui vont resurgir..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Sans surprise, j'ai adoré le cadre. L'île, ce qu'elle peut avoir de magique et d'angoissante à la fois, son histoire, ses secrets... J'ai plus que jamais envie de m'y rendre et l'auteur a réussi à me faire voyager. L'enquête est interessante aussi, l'histoire assez originale, sur plusieurs décennies, nous happe facilement même si le démarrage est tout de même assez long et que lorsque l'on se trouve enfin dans le vif du sujet, il n'est pas très difficile de deviner qui est le coupable. J'ai déploré également son profil, qui n'est pas un secret, dès les premières pages nous connaissons ses origines, qui ne fait que renforcer l'idée des îliens qu'une telle abomination ne peut être que le fait d'un étranger. Mais le problème majeur réside dans les personnages. Pas qu'ils ne sont pas interessants ou pas attachants mais on en sait trop peu ou trop tard pour véritablement s'impliquer à leur côté. On retrouve le trait malheureusement redondant des auteurs bâtissant une saga et qui veulent en garder sous le coude pour la suite."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "J'ai bien aimé ce livre, son histoire, sa lecture. Le problème, c'est que ses héros ne vont pas me manquer une seconde. L'île un peu en revanche. Mais est-ce que ce sera suffisant pour me donner envie de lire la suite, je ne suis pas sûre."

     

        Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques de la collection de la Bête Noire ICI

    Catégories : Lire et Enquêter 0 commentaire
  • C'est le Coeur qui Lâche en Dernier de Margaret Atwood

    Imprimer

    c'est le coeur qui lâche en dernier,margaret atwood

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec C'est le Coeur qui Lâche en Dernier ?

       "Margaret Atwood c'est un peu le phénomène du moment, avec les différentes séries adaptées de ses livres. N'ayant que moyennement accroché avec la Servante Écarlate, je voulais retenter l'expérience, sûre d'être passée à côté de quelque chose."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Stan et Charmaine ont subi la crise économique de plein fouet et ils ont tout perdu : leur travail, leur maison et leur dignité. Quand une publicité leur vante les mérites d'une nouvelle ville qui leur propose une maison et un emploi, ils signent sans se poser de questions."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "J'ai vraiment aimé le début, c'est très réaliste, très parlant, ce couple qui a tout perdu, obligé de vivre dans sa voiture. On se met à leur place et nous aussi on aurait signé les yeux fermés pour l'alternative que nous propose Consilience : un toit, un travail, de quoi manger... Pourtant, on sait bien qu'il y a quelque chose de pas très net derrière tout ça non ? Et là, ça commence à pêcher. D'abord, il y a avait quelque chose de vraiment intéressant à creuser je trouve : cette ville que l'on s'attend à voir diaboliser mais dont on aurait fini par se rendre compte qu'elle n'est que le reflet de notre société. Un livre à la Bernard Werber, en somme, j'aurais adoré. Malheureusement, on ne fait qu'effleurer la surface et on finit par se demander quel est l'intérêt de tout ça. Et pire que tout, c'est lent, il ne se passe rien, ça vire glauque, tiré par les cheveux, à l'humour douteux... Bref, j'étais contente de le refermer."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "C'est bizarre, encore une fois je me dis que je suis passée à côté de quelque chose, qu'il manque juste un je ne sais quoi. Il y a de l'idée, c'est bien écrit et pourtant ça ne prend pas. J'en ai encore un dans ma PAL, peut-être que la troisième fois sera la bonne ?"

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres de Margaret Atwood ICI 

    Catégories : Lire des Romans 2 commentaires