Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Books are my Wonderland - Page 7

  • HHhH de Laurent Binet

    Imprimer

    HHhH, laurent binet, hitler, seconde guerre mondiale, heydrich, prague, opération anthropoïde, gestapo, nazi, Himmler

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec HHhH ?

       "Je suis fascinée par les grands évènements de l'Histoire et les dérives humaines, la Seconde Guerre Mondiale m'offre donc, dans ce cadre-là, un vivier inépuisable. Mon oncle m'avait offert La part de l'Autre, qu'il avait beaucoup aimé et à l'occasion suivante, en clin d'oeil, je lui ai offert HHhH. Alors quand je me suis rendue aux Quais du Polar et que j'ai su que Laurent Binet y était, j'ai saisi l'occasion de découvrir ce livre à mon tour."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "HHhH est l'histoire de la Seconde Guerre Mondiale, d'Heydrich en particulier, sûrement l'un des pires nazis ayant existé s'il est possible d'établir une classification, et de deux hommes incroyablement courageux, l'un tchèque et l'autre slovaque, qui ont accepté la lourde mission d'attenter à sa vie...."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Est-ce qu'il vous est déjà arrivé d'aimer un livre alors que sa lecture vous a prodigieusement agacée ? Enfin, pas toute sa lecture bien sûr... Ce roman n'en est pas un. Ou en tous cas, Laurent Binet fait tout pour que ce ne soit pas le cas parce que selon lui, le roman, c'est d'un vulgaire ! Il nous raconte plutôt son processus d'écriture et ses réflexions, le tout mêlé à l'Histoire avec un grand H. Si le procédé est effectivement tout à fait original et même extrêmement intéressant par moment, les justifications de l'auteur quant à cet état de fait sont assez... étonnantes si je puis dire. Lorsqu'il pinaille pendant des pages sur une voiture verte ou noire, c'est irritant mais quand il disserte sur ce qu'il pense du fait de romancer l'Histoire et qu'il juge les versions d'autres auteurs, il est carrément énervant. Je le trouve dédaigneux, prétentieux et je suis d'autant plus énervée contre lui que je suis à peu près sûre qu'il n'est rien de tout ça. Et à ce compte-là, si ce n'est pas de l'égo, c'est quoi ? De l'hypocrisie ? Et malgré tout, on y revient, parce que rentrer dans la vie d'Heydrich, c'est passionnant et on pardonne à l'auteur parce que l'hommage qu'il rend à Jozef Gabčík et Jan Kubiš est essentiel. Bref, j'ai adoré. Logique, non?"

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Dès les premières pages du livre, l'auteur ne fait pas vraiment mystère de la façon dont tout cela s'est terminé et pourtant, le suspense est présent jusqu'au bout et l'espoir ne s'éteint pas avant les dernières lignes.  Je ne suis pas prête d'oublier ces hommes, ou Lidice... "

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

     

       "Laurent Binet nous explique que le titre de son livre sera Opération Anthropoïde s'il n'a pas cédé à son éditeur. Manifestement, il s'est laissé fléchir et personnellement, j'aime beaucoup ce nouveau titre ainsi que la couverture et puis... j'ai vu ça. Et je me suis dit que ça méritait bien de figurer ici. Je le redis, se plonger dans la vie de tels héros, à l'heure où nos modèles sont Kim Kardashian ou Justin Bieber, c'est es-sen-tiel !"

    hhhh,laurent binet,hitler,seconde guerre mondiale,heydrich,prague,opération anthropoïde,gestapo,nazi,himmler

    Catégories : Lire des Romans 4 commentaires
  • Columbine, Comment mon Fils a-t-il Pu Tuer ? de Sue Klebold

    Imprimer

    columbine,dylan klebold,sue klebold,meurtre suicide,comment mon fils a-t-il pu tuer

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Columbine ?

       "J'ai la chance de faire partie du Cercle Arion de Robert Laffont et de recevoir certaines publications dans ce cadre-ci. Chaque mois, je fais donc avec plaisir un tour des nouvelles publications. En voyant Columbine je me suis dit oui, puis non, puis oui quand même..."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Dix-sept ans après les faits, la mère de Dylan Klebold, l'un des deux tueurs de Columbine, raconte sa tragédie. Celle d'un enfant timide et intelligent qui a grandi dans une famille normale et affectueuse et qui un jour d'avril, a décidé de tuer et de mourir..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Ce livre est bouleversant et surtout, essentiel. J'ai du mal à écrire ma chronique parce que je ressens le besoin vital de vous convaincre que vous devez absolument lire ce livre. Ce ne sera pas facile. Il vous fera pleurer, c'est certain, il fera, je l'espère, tomber certains de vos préjugés, il vous fera peut-être même aimer un peu Dylan contre votre gré. Mais surtout, il vous aidera peut-être à sauver une vie. Sue Klebold n'écrit pas ce livre pour excuser les actes de son fils ou se plaindre de la vague de haine qui a déferlé sur elle mais parce que depuis le drame elle essaie de sensibiliser les gens aux signes de dépression et de suicide. Ceux-là même qu'elle n'a pas vu... Penser que Dylan est un monstre et que notre enfant ne pourrez jamais faire ça, c'est humain, c'est de la préservation. Mais dans le monde dans lequel nous vivons aujourd'hui, je pense sincèrement que la naïveté peut être criminelle.

       Pour vous parler plus directement du contenu même du livre, je peux vous dire que j'ai préféré la première partie à la seconde. Nous sommes directement plongés dans la tête de cette femme aux premières heures du massacre, qui pense avoir une vie parfaite et dont le monde s'écroule soudainement et c'est très impactant. Cette femme qui le matin même pensait à son fils avec fierté et qui quelques heures plus tard, prie de toute son âme pour qu'il se suicide. Mais tout ce qu'elle dit par la suite est tout aussi intéressant, d'autant qu'elle a, pour ce livre et pour son bien, fait d'innombrables recherches et consultées de nombreux spécialistes. Les paragraphes sur le rôle des médias et sur la requalification des maladies mentales en maladies cérébrales et leur dépistage sont particulièrement importants et pertinents il me semble. Je ne sais que vous dire de plus ou au contraire, pourrais vous en parler toute la journée mais j'espère sincèrement que certains d'entre vous auront la curiosité, et le courage, de lire cet ouvrage."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "J'ai eu beaucoup de mal à refermer ce livre, à abandonner Sue et Dylan. Il m'a fallu digérer tout cela avant de réussir à vous en parler et en écrivant ma chronique, je verse encore quelques larmes..."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

     

    Catégories : Lire des Biographies 2 commentaires
  • L'Anaconda de Matthew G. Lewis

    Imprimer

    matthew g. lewis; m. g. lewis,l'anaconda,finitude,roman gothique

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec L'Anaconda ?

       "Ce livre est arrivé directement dans ma boîte, gentiment envoyé par Emma de Finitude, qui a pensé qu'en tant que fan de Jane Austen, je pourrais apprécier cette lecture. En effet, M. G. Lewis n'est autre que l'auteur du Moine, l'un des romans gothiques que lit Catherine dans Northanger Abbey. Une lecture toute indiquée en ce jour d'Halloween."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Afin de faire taire les rumeurs et médisances de son entourage, Everard est sommé de s'expliquer sur les circonstances terribles et douloureuses dans lesquelles il a acquit sa fortune..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Tout d'abord, je dois dire qu'une fois encore Finitude nous propose un ouvrage absolument magnifique et que rien que pour ça, je suis ravie de l'avoir dans ma bibliothèque. Pour ce qui est de l'histoire, j'ai d'abord été surprise de découvrir que les premières pages ne manquaient pas d'humour et que les suivantes ne manquaient pas de frissons. On est véritablement pris par le récit et les pages se tournent sans mal. On tremble avec le héros du destin de ses amis et moi qui ai une aversion particulière pour les serpents, je n'en menais pas large. Même si le roman gothique s'exporte ici à sous la chaleur de Ceylan, il n'a rien à envier au brouillard londonien et n'en réussit pas moins à créer une ambiance angoissante. Pour moi, le pari est réussi."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Ma première plongée dans le roman gothique avec les Mystères d'Udolphe, même si elle n'avait pas été désagréable, ne m'avait pas laissée un souvenir impérissable. Avec cette petite lecture, je dois dire que mon envie de lire le Moine a été ranimée."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Et Joyeux Halloween à tous...

    Catégories : Lire et Frissoner 2 commentaires