Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Books are my Wonderland - Page 9

  • Juste une Ombre de Karine Giebel

    Imprimer

    thriller,frisson,policier,juste une ombre,karine giebel

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Juste une Ombre ?

       "Cela faisait longtemps que j'entendais parler de Karine Giebel, nouvelle reine française du polar, notamment par mon amie Caroline qui a fini par me prêter ce livre avec ordre de le lire."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Cloé est en passe de tout réussir, de décrocher le poste de ses rêves, de s'installer avec l'homme idéal mais c'est le moment que choisit un inconnu pour commencer à la harceler. Sa vie tourne au cauchemar quand personne ne veut la croire et que son entourage préfère penser qu'elle devient folle..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "J'ai commencé ce livre et je n'ai réussi à la lâcher que trois heures plus tard, au prix d'un effort surhumain. On est tellement happé dans la tourmente qu'on ne peut pas laisser le mystère irrésolu. Pourtant, on met du temps à s'attacher à l'héroïne qui est quand même plutôt imbuvable mais ce qui lui arrive est tellement invraisemblable qu'on a envie de se battre avec elle. D'un autre côté, on suit également Alexandre Gomez, un flic, beaucoup plus accrocheur pour nos petits coeurs. J'ai vraiment aimé les deux pendants de l'histoire même s'ils mettent un peu trop de temps à se télescoper à mon goût. L'atmosphère malsaine est si bien dépeinte, si épaisse, que l'on est prêt nous aussi à évoluer dans ce flou artistique et à se laisser embrouiller l'esprit, quitte à passer sur certains détails qui sont pourtant un peu évidents et sur l'identité du harceleur qui saute quand même un peu aux yeux. En bref, j'étais prête à crier au génie, à sauter sur tous ses autres romans jusqu'à la terrible chute. Je ne peux pas vous en dire plus, vous me détesteriez mais il se passe quelque chose dans les derniers chapitres que j'ai du mal à pardonner à l'auteur. D'ailleurs, alors que je m'apprêtais à veiller tard pour finir d'un deuxième trait le roman, je l'ai instantanément refermé pour ne le rouvrir que deux jours plus tard, le temps de digérer..."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Bon, j'étais un peu fâchée avec l'auteur donc cette fois, je n'avais plus envie de passer sur les détails qui clochaient et j'ai été un peu agacée par ma lecture, sans parler du dernier chapitre qui, je trouve, va un peu loin. Mais voilà, c'était sans compter sur l'ultime page, l'ultime rebondissement, qui me donne envie d'applaudir Karine Giebel des deux mains (même si tout n'est pas pardonné, attention). Je vous ai perdu ? Vous ne savez plus quoi en penser ? Lisez-le."

     

        Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Catégories : Lire et Enquêter 2 commentaires
  • Deux Garçons Bien sous tous Rapports de William Corlett

    Imprimer

    pavillons poche, deux garçons bien sous tous rapports, william corlett, village anglais, homosexualité

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Deux Garçons Bien sous tous Rapports ?

       "Ce livre était dans ma wishlist depuis tellement longtemps qu'honnêtement je ne saurais plus vous dire ni pourquoi ni comment il avait atterri là. Mais quand j'ai vu que Pavillons Poche le réédité, j'ai sauté sur l'occasion."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Bless et Rich ont décidé de sauter le pas et de s'installer ensemble, choisissant pour cela une belle demeure à la campagne, dans le petit village de Bellingford. Mais Rich doit très vite repartir travailler et Bless se retrouve seul à affronter ses nouveaux voisins, pas tous ravis de leur arrivée..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Sa note sur différents sites internet n'est pas forcément très élevée et comme j'ai été plutôt déçue dernièrement par plusieurs lectures anglaises, je dois dire que je m'attendais presque à ce que ce soit de nouveau le cas. En réalité, je me suis régalée. Je me suis beaucoup amusée dans ce petit village anglais, tout chamboulé par l'arrivée de nouveaux venus qui ne sont autres que deux messieurs seuls, une façon polie de dire qu'ils sont en couple. Le personnage de Bless, jeune et un peu perdu, est aussi extrêmement attachant. Malheureusement, vers le milieu de l'histoire, on tombe vraiment dans l'exagération avec des rebondissements ridicules et rocambolesques qui, à mon sens, n'étaient pas du tout utiles. Mais il suffit de faire abstraction de quelques éléments pour passer un bon moments avec tout ce petit monde."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "J'ai aimé la fin même si là encore ça part un peu dans tous les sens. Si ça n'en est pas moins drôle, ça enlève un peu de force au propos et c'est quand même dommage parce que parler d'homosexualité avec humour reste essentiel aujourd'hui."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Catégories : Lire en Légèreté 2 commentaires
  • Captive de Margaret Atwood

    Imprimer

    margaret atwood,captive,netflix,coupable,innocente,alias grace

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Captive ?

       "Pourquoi ai-je eu envie de lire ce livre alors que j'ai peu aimé mes deux précédentes expériences avec cet auteur, vous demandez-vous ? Parce que je suis une éternelle optimiste et que je cherche toujours à comprendre ce qui a pu m'échapper."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "En 1859, Grace est déjà en prison depuis quinze ans lorsqu'un jeune docteur, spécialiste des maladies mentales, vient de nouveau l'interroger, cherchant à comprendre si elle a vraiment oublié les deux meurtres dont on l'accuse ou si elle feint son état..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "J'ai plutôt été récompensée de ma persévérance puisque c'est sans conteste le roman de l'auteur que j'ai préféré (en comparaison avec La Servante Écarlate et C'est le Coeur qui Lâche en Dernier). Je maintiens malgré tout que Margaret Atwood est bien meilleure pour trouver des idées, voire pour être en avance sur son temps, que pour les mener à bien. Ici encore, nous avons droit à des citations, des poèmes, des extraits et des lettres qui ne présentent pas tous un réel intérêt et des détails à n'en plus finir qui nous assomment sans pour autant faire monter la tension. Mais évidemment, l'attrait de la vérité et du mensonge, l'envie de savoir si cette femme nous ment, nous manipule ou si elle n'est qu'une victime, l'empathie et la méfiance qui se mêlent, tout cela est irrésistible. Il faut que l'on sache si elle est coupable, il faut que l'on sache si elle va être libérée, il faut que l'on sache si le docteur Jordan va résister à ses charmes... Tous ces ingrédients suffisent largement à nous faire tourner les pages les unes après les autres, toujours en sautant quelques passages pour ma part."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Je dois dire que toutes les surprises prévues pour la fin m'ont plutôt déçues. Disons que je n'ai pas trouvé les idées mauvaises mais pas géniales non plus. D'ailleurs, si on doit être honnête, on aimerait que Grace soit libérée parce qu'on a appris à la connaître et qu'on l'apprécie mais je ne suis pas sûre que l'on souhaiterait la même chose si on nous présentait son cas sans affect, mais je ne peux en dire plus sans vous spoiler. En tous cas, si vous souhaitez découvrir l'auteur, je vous recommande sans hésiter cet opus-ci plutôt qu'un autre.

       Un dernier mot pour dire que j'ai enchaîné avec la série, curieuse de voir ce qu'ils en auraient fait et c'est assez conforme, si ce n'est qu'ils élaguent beaucoup, là où on pourrait penser qu'une série à plutôt intérêt à faire durer le suspense, ce qui confirme mon ressenti que beaucoup d'éléments sont inutiles. Dans l'ensemble, je l'ai donc trouvé sympathique même si je regrette que les mêmes acteurs jouent le rôle de personnages que l'on découvre enfant et que l'on suit jusqu'à la quarantaine passée..."

     

        Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres de Margaret Atwood ICI 

    Catégories : Lire des Romans 2 commentaires