Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lire des Romans

  • Étés Anglais d'Elizabeth Jane Howard

    Imprimer
    • étés anglais, Elizabeth jane howard, la saga des Cazalet, roman anglais, éditions la table rondeMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Étés Anglais ?

       "Si vous me connaissez un peu, vous vous doutez bien qu'entre l'ambiance "campagne anglaise" et cette couverture sublime, je n'aurais jamais pu résister à ce livre. Je salue donc le travail des Éditions de la Table Ronde, qui font partie de ces rares maisons d'éditions à avoir compris l'importance du visuel, et je les remercie également pour cet découverte."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Mr et Mrs Cazalet, alias la Duche et le Brig, ont trois fils et huit petits enfants et chaque été, toute la famille se retrouve à la campagne. Dans ce premier volet de cette saga qui en comptera cinq, nous les suivons ici en 1937, une année encore remplie d'insouciance, puis en 1938 avec la menace de la guerre qui se profile à l'horizon..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Au cours de ses cinq cents et quelques pages, nous apprenons à connaître chaque membre de la famille Cazalet et les caractères se dessinent et se distinguent rapidement les uns des autres. C'est le premier point fort de ce roman, chaque personnage, et bien qu'ils soient nombreux, à sa personnalité propre, parfaitement dépeinte par l'auteur. L'autre attrait principal, il me semble, c'est que sous couvert d'une histoire centrée sur les petits évènements du quotidien, se cache habilement des monstres et des tragédies. Pourtant, tout est traité sur le même ton, avec le même détachement et il est vrai qu'à certains moments je n'aurais pas été contre quelques coups d'éclats mais le résultat est d'une grande délicatesse. Sur la fin, la guerre est de plus en plus présente dans les esprits et j'ai été très touchée par les réactions de chacun, les inquiétudes, les préparations et cette volonté de vouloir protéger ses proches à tout prix, pas si éloignés de ce que nous ressentons tous je crois en ce moment."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "Honnêtement, les Cazalet me manquent déjà. J'ai pensé à eux à plusieurs reprises après avoir refermé le livre, comme à des amis avec lesquels on partage de jolis souvenirs et dont on aimerait bien avoir quelques nouvelles. Vivement le prochain volet, prévu pour octobre."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

     

    Alors, vous craquez pour "Étés Anglais" ?

    Catégories : Lire des Romans 2 commentaires
  • Les Dernières Heures de Minette Walters

    Imprimer
    • minette Walters, saga historique, les dernières heures, Robert laffont, la mort noireMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Les Dernières Heures ?

       "J'ai une certaine affection pour Minette Walters et je suis heureuse de voir qu'elle est de nouveau publiée en France. En revanche, je ne connaissais d'elle que ses romans policiers jusque-là et j'ai un peu hésité à me lancer dans celui-ci mais j'ai décidé de lui faire confiance."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "En 1348, lorsque la pestilence frappe le Dorset, le seigneur de Develish n'est pas sur ses terres. Sa femme, Lady Anne, devra alors prendre seule les décisions qui s'imposent pour tenter de sauver le domaine et ses serfs mais tout son bon sens ne suffira pas à les mettre à l'abri de la famine qui guette..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Ce roman m'a littéralement coupée le souffle. Trois chapitres et j'étais déjà irrémédiablement perdue, plongée au coeur de l'intrigue, incapable de lâcher le livre. Dans une histoire qui nous transporte dans un autre pays et à une autre époque, je trouve que c'est réellement un tour de force. Et mon intérêt ne s'est pas démentie au cours des 500 pages suivantes, moi qui n'aime pourtant pas particulièrement les pavés et qui ai peiné pour terminer le dernier Ken Follett. Le mot "page turner" qui est utilisé à toutes les sauces par les éditeurs est ici amplement justifié. Ce n'est pas un policier mais nous n'en sommes pas si loin, avec la pestilence dans le rôle du meurtrier, et des héros qui mettent tout en oeuvre pour se cacher de lui. La tension est à son comble et l'intérêt du lecteur retenu en otage. Les personnages sont indéniablement le point fort de ce huis clos et ils ne manquent ni de relief ni de diversité."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "Je n'ai découvert qu'à la dernière page qu'il s'agissait d'une saga en plusieurs tomes et ça m'agace vraiment. Je trouve légèrement malhonnête de ne pas le préciser sur la couverture. Pour en remettre une couche, cette fin est particulièrement abrupte, surtout en comparaison des développements auxquels nous avons été habitués tout au long du roman mais comme c'est le seul point faible du roman, je suis prête à le lui pardonner. En revanche, j'espère sincèrement que nous ne devrons pas attendre trop longtemps pour avoir la suite."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres de Minette Walters ICI

     

    Alors, vous craquez pour "Les Dernières Heures" ?

    Catégories : Lire des Romans 2 commentaires
  • Bienvenue à Korototoka d'Anne Østby

    Imprimer
    • anne ostby,bienvenue à korototoka,les îles fidji,plantation de cacao,nil éditions,manon bucciarelliMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Bienvenue à Korototoka ?

       "Il me faut saluer ici le travail de l'éditeur qui est entièrement responsable de mon envie de lire ce livre. Cette couverture de Marion Bucciarelli est sublime, pleine de soleil, et nous donne envie de plonger dans ce roman sans attendre. La tablette de chocolat que j'ai reçu avec n'y était certainement pas pour rien non plus."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Kat vit à l'autre bout du monde, dans les Îles Fidji. À la mort de son mari, elle propose à ses plus vieilles amies de venir l'y rejoindre pour finir leurs jours ensemble et tenter de renouer l'amitié qu'elles partageaient cinquante ans plus tôt..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "J'avoue bien volontiers que je m'attendais à quelque chose de beaucoup plus joyeux, de plus lumineux, en harmonie avec la couverture sûrement. Je m'attendais au récit de ce changement de vie radical, de cette installation folle, de cette amitié inébranlable. Je m'attendais à des rires, du baume au coeur et beaucoup, beaucoup de chocolat. En fait, tout ça est présent mais à toute petite dose. Il y a plus de réflexion que d'action, on ne sait quasiment rien de la façon dont tout se déroule, on saute de semaines en semaines, de mois en mois. On fait le bilan de leur vie avec ces femmes, bien sûr, mais on trouve tellement de déceptions, d'aigreurs et de désillusions... Il y a trop de retenue, trop de non-dits, trop d'introspection à mon goût. Chaque personnage est tourné vers lui-même et finalement le roman n'est pas assez ouvert vers le lecteur. Je ne sais pas si ce que je dis fait sens mais on ne partage pas grand chose avec ces femmes finalement, on reste sur le pas de la porte, comme leur contremaître, et on les observe de loin."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "Les révélations n'en sont pas vraiment et pour le reste il n'y a pas non plus de grandes surprises. C'est une jolie histoire, un joli roman mais qui m'a tenu à distance, en surface, de la première à la dernière page."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

     

    Alors, vous craquez pour "Bienvenue à Korototoka" ?

    Catégories : Lire des Romans 0 commentaire