Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lire des Romans

  • A View of the Harbour d'Elizabeth Taylor

    Imprimer
    • vmc 40th anniversary,virago modern classics,a view of the harbour,elizabeth taylor,littérature anglaise,village anglaisMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec A View of the Harbour ?

       "Pour son quarantième anniversaire, Virago propose une sélection de quelques titres 'modernes classiques', dans une édition que je trouve magnifique. Après avoir beaucoup aimé le premier que j'avais choisi, Heatburn de Nora Ephron, j'ai opté pour la plume d'Elizabeth Taylor, qui m'intrigue depuis longtemps."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Les vies des quelques habitants du front de mer de Newby sont intimement entrelacées les unes aux autres..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Je ne sais pas pourquoi, je m'attendais à quelque chose d'un peu différent, un peu snob, un peu américain... C'est amusant comme on peut parfois avoir des idées préconçues sur un ouvrage, qui se sont avérées ici être complètement fausses, voire à l'opposé de ce qu'est réellement ce roman. En fait, on est plus proche d'Angela Thirkell. Nous sommes les témoins privilégiés du quotidien de quelques familles, dans un petit village, de ces petits riens qui font la vie... Avec des personnages attachants et des dialogues malicieux, un humour bien présent, la comparaison est évidente. En revanche, il y a chez Elizabeth Taylor plus de drames, plus d'amertume et surtout, plus de réalisme. Les personnages sont moins aisés, moins gâtés par la vie et l'auteur ne nous le cache pas et on sent, dès le départ, que tout ne finira pas bien. J'ai plongé avec délice dans cette histoire, j'en ai aimé son ambiguïté, comme cette héroïne qui ne se comporte pas très bien mais qui nous fascine pourtant."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "De manière générale, la fin n'est pas très joyeuse, comme prévu, pour la plupart des personnages et, comme toujours, je le regrette. Ce n'est pas ce que je recherche dans mes lectures, je l'avoue. Mais je dois dire que le tout dernier paragraphe du roman est extrêmement savoureux et souligne l'intelligence et la finesse de l'auteur."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des romans d'Angela Thirkell, par LÀ

     

    Alors, vous craquez pour "A View of the Harbour" ?

  • Pleines de Grâce de Gabriela Cabezón Cámara

    Imprimer
    • pleines de grâce,gabriela cabezón cámara,10 18,la vierge marie,buenos airesMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Pleines de Grâce ?

       "Vous me connaissez, forcément cette couverture canon ne pouvait que m'attirer, mais ce résumé aussi, je ne pouvais pas passer à côté de roman, il m'attirait comme un aimant."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Cleopatra, une prostituée travestie de Buenos Aires, a vu la Vierge. Depuis, elle discute régulièrement avec elle comme avec une copine. Qüity, journaliste à la dérive, est intriguée par cette histoire qui changera sa vie plus qu'elle n'aurait pu l'imaginer..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "J'ai tellement de choses à dire sur un si petit livre ! Il y a la plume, la narration et l'histoire, la sainte trinité de l'écriture. La plume de l'auteur est percutante, très crue et dépouillée, j'ai adoré. Ça vous met une claque, on ne peut pas le dire autrement. En revanche, j'ai eu beaucoup de mal avec la forme de la narration, surtout dans les premiers chapitres. Il m'a fallu quelques pages pour arriver à rentrer dedans quand même. On passe du passé au présent sans arrêt, d'un personnage à l'autre, écrit à la première personne, on ne sait jamais qui parle dans les dialogues, il faut s'accrocher...

       L'histoire maintenant... Et là encore, je suis passée par tous les sentiments. En premier lieu, elle est très différente de ce que j'imaginais, et de ce que laissait entendre la quatrième de couverture mais une fois ma déception surmontée, on est quand même obligé de s'accrocher à ces personnages atypiques qui se délitent... Et puis, elle est tragique cette histoire, on le sait dès le début et un peu comme dans Roméo et Juliette, on attend le drame inéluctable tout en espérant qu'il n'arrivera pas. En bref, c'est plein de fantaisie, d'amertume, d'espoir et de misère à la fois."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "Dieu sait si j'ai adoré la loufoquerie de Cléo tout au long du roman mais cette fin, c'est juste trop. Pour moi, ça décrédibilise le reste. Je n'ai pas compris."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

     

    Alors, vous craquez pour "Pleines de Grâce" ?

    Catégories : Lire des Romans 0 commentaire
  • Monsieur Ibrahim et les Fleurs du Coran d'Eric-Emmanuel Schmitt

    Imprimer
    • monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran, eric-emmanuel schmitt, cycle de l'invisibleMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Mr Ibrahim et les Fleurs du Coran ?

       "Je suis fascinée par la force et la justesse de la pensée philosophique d'Eric-Emmanuel Schmitt. Je n'avais encore lu aucun des livres de son cycle de l'invisible et après avoir croisé à nouveau celui-ci sur Instagram, j'ai craqué."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Moïse, douze ans, en manque cruel d'affection dans son foyer, sympathise peu à peu avec l'épicier de sa rue. Ce dernier va le prendre sous son aile et lui apprendre les plus belles leçons de la vie..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "C'est un petit roman qui paraît sans prétention, mais qui est à la fois poétique et pleine d'espoir. À travers ces deux personnages, finalement assez ordinaires, l'auteur prône la tolérance, l'amitié au-delà de tous les préjugés et ça fait du bien. J'ai aimé aussi que ce soit Moïse qui nous raconte son histoire, avec ses mots à lui, ce n'en est que plus réaliste et touchant."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "C'est vraiment un joli conte mais, comme toujours avec les nouvelles, j'ai comme un goût de trop peu. Il me semble qu'il y aurait encore tellement de choses à dire même si, j'en conviens, la simplicité parfois est peut-être plus efficace."

     

        Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres d'Eric-Emmanuel Schmitt ICI

     

    Alors, vous craquez pour "Monsieur Ibrahim et les Fleurs du Coran" ?

    Catégories : Lire des Romans 0 commentaire