Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lire des Romans

  • La Papeterie Tsubaki d'Ogawa Ito

    Imprimer
    • la papeterie tsubaki, ogawa ito, picquier poche, littérature japonaise,HatokoMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec La Papeterie Tsubaki ?

       "Voilà encore un incontournable d'Instagram, impossible de passer à côté. Et moi qui suis passionnée de papeterie, complètement toquée de carnets, papiers et autres feutres, je ne pouvais évidemment pas faire l'impasse sur ce titre."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "À la mort de sa grand-mère, Hatoko a hérité de la papeterie de sa famille et également, en quelques sortes, du métier d'écrivain public. Alors qu'elle a l'impression d'être piégée dans ce rôle, elle va apprendre à le connaître, à le pratiquer et à l'aimer..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Moi qui aime correspondre, qui organise chaque année un échange de cartes de voeux, je ne pouvais qu'aimer toute cette partie du roman. Le soin qu'Hatoko porte aux mots choisis mais également au papier, à l'écriture, à l'encre, au stylo utilisés et jusqu'au timbre sur l'enveloppe. Le souci du détail, c'est tout à fait moi. J'ai aimé aussi toute la délicatesse qui se dégage de cette histoire, la pudeur, la poésie... Mais il y a deux choses que je regrette un peu. D'abord, j'ai lu très peu de romans japonais et pourtant, j'ai l'impression de lire toujours le même livre. Alors il est vrai que je les ai choisis dans un genre similaire, et je suis consciente que la littérature japonaise est loin de s'arrêter à cela mais quand même. L'autre point qui me pose décidément problème, c'est que sous prétexte qu'un personnage voulait bien faire, il faudrait tout lui pardonner. C'est un peu trop facile à mon goût."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "Je ne doute pas que je lirai la suite, et avec plaisir même. Je grappillerai sans doute aussi encore quelques titres par-ci par-là de littérature japonaise mais je prendrais aussi soin de bien espacer chacune de mes lectures."

     

        Mlle Alice, merci, et à mercedi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques de littérature japonaise ICI

     

    Alors, vous craquez pour "La Papeterie Tsubaki" ?

    Catégories : Lire des Romans 0 commentaire
  • Les Miracles du Bazar Namiya de Keigo Higashino

    Imprimer
    • les miracles du bazar namiya, keigo higashino, littérature japonaise, feelgood book, Tokyo, BabelMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Les Miracles du Bazar Namiya ?

       "J'ai envie d'en savoir plus sur la littérature japonaise mais mes lectures jusqu'ici ne m'ont pas complètement convaincue. J'ai voulu essayer un genre légèrement différent avec celui-ci. Les bonnes critiques et la superbe couverture ont fini de me convaincre..."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Trois jeunes hommes se réfugient au bazar Namiya après un cambriolage. Mais dans la nuit, quelqu'un glisse une lettre sous le rideau métallique pour demander un conseil au vieux propriétaire et ils vont décider de répondre..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "J'avoue que j'ai mis du temps à rentrer dans l'histoire et que j'ai été un peu déçue au départ de découvrir qu'il s'agissait de plusieurs petites histoires, même si elles étaient toutes liées entre elles. Mais peu à peu, alors que les liens se tissent de plus en plus entre les uns et les autres, le passé et le présent, on ne peut s'empêcher de se laisser prendre dans la toile. C'est bien écrit et surtout, extrêmement bien pensé pour que tout se recoupe, et tout trouve une explication plausible (à condition de croire aux failles temporelles bien sûr). Et j'ai aussi beaucoup apprécié le contraste entre les conseils donnés par le vieux Namiya et ceux donnés par les trois jeunes gens, cela permet d'équilibrer le tout et d'empêcher le récit d'avoir un côté moralisateur finalement. Bref, si la magie a agi progressivement, j'ai vraiment fini par aimer cette lecture."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "Je suis quand même un tout petit peu frustrée par la fin. Même si la boucle est bouclée, et joliment bouclée, je m'attendais à en savoir un petit plus sur l'avenir de certains des personnages."

     

        Mlle Alice, merci, et à mercredi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques sur la littérature japonaise ICI

     

    Alors, vous craquez pour "Les Miracles du Bazar Namiya" ?

    Catégories : Lire des Romans 0 commentaire
  • Le Chameau Sauvage de Philippe Jaenada

    Imprimer

    philippe jaenada,sulak,la petite femelle,le chameau sauvage,quais du polar

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Le Chameau Sauvage ?

       "Ma première rencontre avec l'auteur se fût Sulak, une énorme claque. La deuxième avec La Petite Femelle, presque aussi savoureuse. Pour la troisième  c'est avec l'auteur lui-même que j'ai eu la chance d'échanger quelques mots aux Quais du Polar et ça m'a donnée envie de le découvrir dans un style différent avec le Chameau Sauvage."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Halvard Sanz est un sympathique loser, à qui il n'arrive que des trucs tordus et à la sensibilité complètement inadaptée à notre monde cruel et je sais bien ce que c'est..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Toutes les qualités que j'ai aimé dans ses autres romans sont bien là : une analyse pointue de la nature humaine, de l'empathie pour ses personnages, beaucoup d'humour aussi. Ce que j'ai moins aimé est là aussi, bien sûr, c'est-à-dire les digressions sans fin et sans queue ni tête sans lesquelles Jaenada ne serait pas Jaenada. Mais là où les destins extraordinaires d'un homme et d'une femme fascinants m'ont transportés (dans Sulak et la Petite Femelle), Halvard Sanz n'a pas fait le poids une seconde. Si ce livre n'est certainement pas mauvais, sa lecture n'a été pour moi que souffrance parce que j'ai pitié de son héros, parce que je n'ai pas réussi à en rire en me disant que ces choses-là n'arrivaient pas en vrai, en tous cas pas toutes à la même personne, et sûrement parce que je me suis un peu trop reconnue en lui et dans ses pensées. Moi qui aime lire pour me changer les idées et me sentir transportée, c'est raté!"

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "Alors c'est promis, le chameau sauvage, je vais essayer, sur un malentendu, qui sait ? Mais pour ce qui est de Philippe Jaenada, je crois que je me cantonnerai à ses magistrales biographies à l'avenir."

     

        Mlle Alice, merci, et à samedi prochain...

    Retrouvez mes autres chroniques beaucoup plus enthousiastes de Philippe Jaenada ICI

     

    Alors, vous craquez pour "Le Chameau Sauvage" ?

    Catégories : Lire des Romans 0 commentaire