Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lire des Romans - Page 3

  • La Nuit de Feu d'Eric-Emmanuel Schmitt

    Imprimer

    croire en dieu, philosophie, eric-emmanuel schmitt, la nuit de feu

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec La Nuit de Feu ?

       "L'auteur aborde ici le sujet de la croyance, qui m'intéresse particulièrement, surtout lorsqu'elle survient à l'âge adulte. Expliquée avec les mots de ce philosophe que j'admire, il faut bien l'avouer, j'étais curieuse du résultat."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Eric-Emmanuel Schmitt nous raconte comment, à vingt-huit ans, alors qu'il était en repérage pour un film dans le grand Sud algérien, il est parti non croyant et revenu croyant..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "À la toute fin du livre, l'auteur explique qu'il n'a l'intention de convaincre personne, qu'il n'est pas là pour ça et n'écrit pas son histoire dans ce but. Je comprends tout à fait cette position mais il est assez difficile d'appréhender l'immensité de ce qu'il a vécu et ressenti de cette manière, évoqué en seulement quelques lignes au détour d'une mésaventure. Finalement, ce passage est même presque anecdotique dans cette histoire. De ce point de vue là, je suis un peu déçue parce que personnellement, c'est pour cela que j'avais choisi ce livre mais d'un autre côté, et même si je l'ai trouvé un petit peu long à démarrer, il y a beaucoup d'autres belles choses dans ce récit dont la rencontre entre un français et un touareg qui ne parlent pas la même langue et qui vont pourtant devenir amis."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "C'est étrange, je ne suis jamais complètement convaincue par le côté "roman" des livres du philosophe mais ses mots me touchent et j'ai toujours envie d'en découvrir plus. Je vous laisse sur ces mots à méditer, concernant la religion et illustrant le fait que le plus important n'est pas de croire ou de ne pas croire mais de s'interroger : les certitudes ne créent que des cadavres."

     

        Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres d'Eric-Emmanuel Schmitt

    Catégories : Lire des Romans 0 commentaire
  • Captive de Margaret Atwood

    Imprimer

    margaret atwood,captive,netflix,coupable,innocente,alias grace

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Captive ?

       "Pourquoi ai-je eu envie de lire ce livre alors que j'ai peu aimé mes deux précédentes expériences avec cet auteur, vous demandez-vous ? Parce que je suis une éternelle optimiste et que je cherche toujours à comprendre ce qui a pu m'échapper."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "En 1859, Grace est déjà en prison depuis quinze ans lorsqu'un jeune docteur, spécialiste des maladies mentales, vient de nouveau l'interroger, cherchant à comprendre si elle a vraiment oublié les deux meurtres dont on l'accuse ou si elle feint son état..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "J'ai plutôt été récompensée de ma persévérance puisque c'est sans conteste le roman de l'auteur que j'ai préféré (en comparaison avec La Servante Écarlate et C'est le Coeur qui Lâche en Dernier). Je maintiens malgré tout que Margaret Atwood est bien meilleure pour trouver des idées, voire pour être en avance sur son temps, que pour les mener à bien. Ici encore, nous avons droit à des citations, des poèmes, des extraits et des lettres qui ne présentent pas tous un réel intérêt et des détails à n'en plus finir qui nous assomment sans pour autant faire monter la tension. Mais évidemment, l'attrait de la vérité et du mensonge, l'envie de savoir si cette femme nous ment, nous manipule ou si elle n'est qu'une victime, l'empathie et la méfiance qui se mêlent, tout cela est irrésistible. Il faut que l'on sache si elle est coupable, il faut que l'on sache si elle va être libérée, il faut que l'on sache si le docteur Jordan va résister à ses charmes... Tous ces ingrédients suffisent largement à nous faire tourner les pages les unes après les autres, toujours en sautant quelques passages pour ma part."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Je dois dire que toutes les surprises prévues pour la fin m'ont plutôt déçues. Disons que je n'ai pas trouvé les idées mauvaises mais pas géniales non plus. D'ailleurs, si on doit être honnête, on aimerait que Grace soit libérée parce qu'on a appris à la connaître et qu'on l'apprécie mais je ne suis pas sûre que l'on souhaiterait la même chose si on nous présentait son cas sans affect, mais je ne peux en dire plus sans vous spoiler. En tous cas, si vous souhaitez découvrir l'auteur, je vous recommande sans hésiter cet opus-ci plutôt qu'un autre.

       Un dernier mot pour dire que j'ai enchaîné avec la série, curieuse de voir ce qu'ils en auraient fait et c'est assez conforme, si ce n'est qu'ils élaguent beaucoup, là où on pourrait penser qu'une série à plutôt intérêt à faire durer le suspense, ce qui confirme mon ressenti que beaucoup d'éléments sont inutiles. Dans l'ensemble, je l'ai donc trouvé sympathique même si je regrette que les mêmes acteurs jouent le rôle de personnages que l'on découvre enfant et que l'on suit jusqu'à la quarantaine passée..."

     

        Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres de Margaret Atwood ICI 

    Catégories : Lire des Romans 2 commentaires
  • Une Poignée de Cendres d'Evelyn Waugh

    Imprimer

    une poignée de cendres, evelyn waugh, pavillons poche, robert laffont

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Une Poignée de Cendres ?

       "Encore l'un de ses auteurs incontournables que Pavillons Poche rééditent joliment et que je voulais découvrir depuis longtemps."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Tony et Brenda Last forment un couple charmant que tout le monde envie. Seulement voilà, Brenda commence à s'ennuyer à la campagne et décide de multiplier les séjours à Londres pour sortir et s'amuser avec son nouvel amant pendant que son fils et son mari l'attendent avec impatience..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "La quatrième de couverture parle de "cruauté indicible, en même temps que d'une folle drôlerie". Si j'ai bien perçu le premier, je cherche encore le second. À moins que le lecteur ne soit censé rire du malheur du personnage principal, ce qui, j'en ai bien peur, est bien le propos. Personnellement, m'amuser des déboires d'un mari trompé par une femme égoïste et insensible, simplement parce qu'il est trop amoureux et trop naïf pour voir ce qui se passe sous son nez mais aussi parce qu'il est noble et que donc, il l'a sûrement mérité, très peu pour moi. Il y a un côté absurde qui aurait pu effectivement être amusant si ce n'était pas toujours au dépend de la même personne, une fois encore. Si se moquer des anciennes valeurs édouardiennes pouvait sûrement paraître comique dans les années 30, je crois que l'état de notre société actuelle nous pousse plutôt à regretter qu'il ne reste pas plus de traces d'un certain niveau de moral."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "L'auteur propose deux fins différentes, ce qui est original, mais aucune des deux ne m'a plue, toujours pour les mêmes raisons, qui n'ont rien à voir avec les talents d'écriture d'Evelyn Waugh évidemment."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Catégories : Lire des Romans 2 commentaires