Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lire et Frissoner

  • Le Purgatoire de Chuck Palahniuk

    Imprimer

    le purgatoire,fight club,sonatine,chuck palahniuk

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Le Purgatoire ?

       "Par l'auteur de Fight Club" est la mention qui a éveillé ma curiosité, c'est aussi simple que ça, et les Éditions Sonatine ont eu la gentillesse de m'envoyer cet exemplaire."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Madison, 13 ans, post-vivante, ou morte si vous préférez, reviens sur Terre pour se rendre compte que ses parents ont édifié un culte autour d'elle. Censé sauver l'humanité, il enverra bien plus certainement des milliers d'âmes directement en Enfer. À elle d'essayer de rectifier..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Je ne dis pas qu'il n'y a pas de la recherche et de l'imagination, même une certaine dose d'humour sûrement mais pour ma part j'ai détesté. Aucun des personnages n'est sympathique et, partant de là, notre intérêt pour ce qui leur arrive est plus que limité (mais il s'agit d'un second tome, ceci explique peut-être cela). L'auteur se complet dans le gore comme un gosse de cinq ans qui jubile de répéter "pipi caca" toutes les cinq minutes et d'ailleurs, c'est un genre de gore complètement ridicule, raconté par une fille de treize ans qui ne semble pas en avoir plus de huit et qui m'a plus souvent fait penser à Casper le gentil fantôme qu'à quoi que ce soit d'effrayant. Honnêtement, tout ça est guignolesque..."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "J'ai refermé le livre avec soulagement. La fin ne nous apporte même pas les réponses que l'on attend mais honnêtement j'étais trop heureuse d'en avoir fini pour ressentir la moindre déception."

     

        Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Catégories : Lire et Frissoner 0 commentaire
  • L'Anaconda de Matthew G. Lewis

    Imprimer

    matthew g. lewis; m. g. lewis,l'anaconda,finitude,roman gothique

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec L'Anaconda ?

       "Ce livre est arrivé directement dans ma boîte, gentiment envoyé par Emma de Finitude, qui a pensé qu'en tant que fan de Jane Austen, je pourrais apprécier cette lecture. En effet, M. G. Lewis n'est autre que l'auteur du Moine, l'un des romans gothiques que lit Catherine dans Northanger Abbey. Une lecture toute indiquée en ce jour d'Halloween."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Afin de faire taire les rumeurs et médisances de son entourage, Everard est sommé de s'expliquer sur les circonstances terribles et douloureuses dans lesquelles il a acquit sa fortune..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Tout d'abord, je dois dire qu'une fois encore Finitude nous propose un ouvrage absolument magnifique et que rien que pour ça, je suis ravie de l'avoir dans ma bibliothèque. Pour ce qui est de l'histoire, j'ai d'abord été surprise de découvrir que les premières pages ne manquaient pas d'humour et que les suivantes ne manquaient pas de frissons. On est véritablement pris par le récit et les pages se tournent sans mal. On tremble avec le héros du destin de ses amis et moi qui ai une aversion particulière pour les serpents, je n'en menais pas large. Même si le roman gothique s'exporte ici à sous la chaleur de Ceylan, il n'a rien à envier au brouillard londonien et n'en réussit pas moins à créer une ambiance angoissante. Pour moi, le pari est réussi."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Ma première plongée dans le roman gothique avec les Mystères d'Udolphe, même si elle n'avait pas été désagréable, ne m'avait pas laissée un souvenir impérissable. Avec cette petite lecture, je dois dire que mon envie de lire le Moine a été ranimée."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Et Joyeux Halloween à tous...

    Catégories : Lire et Frissoner 2 commentaires
  • Tout le Monde te Haïra d'Alexis Aubenque

    Imprimer

    tout le monde te haïra,alexis aubenque,la bête noire,robert laffont,thriller,alaska

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Tout le Monde te Haïra?

       "Troisième opus de la Bête Noire, je reste fidèle à cette nouvelle collection thrillers de Robert Laffont, qui n'a m'a pas déçue à ce jour."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Alice Lewis débarque en Alaska dans l'espoir de retrouver sa soeur disparue mais malheureusement personne ne veut l'écouter, ni la police, ni même la famille de celle-ci. Seul Nimrod, un ancien flic devenu détective, sera sensible à sa détresse. C'est en collaboration avec Tracy, son ancienne équipière, qu'il va enquêter sur des faits qui semblent prendre racines un siècle plus tôt avec un bateau russe échoué et une centaine d'orphelins disparus."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "J'ai beaucoup aimé l'ambiance de l'Alaska, ce bout du Monde qui reste l'Amérique, pétrifié sous une couche de glace. Cela laisse une place captivante à l'imagination. Les personnages sont également extrêmement intéressants, variés, écorchés comme on les aime. En bref, tout l'univers est habilement construit et l'on se laisse facilement embarquer dans l'histoire. De cette façon, presque bercé par le récit, on suit passivement les différents rebondissements plus que ce que l'on enquête. Je n'ai pas vraiment eu l'impression de me creuser la tête sur le pourquoi et le comment comme j'aime à le faire dans les thrillers mais ce ne fut pas désagréable pour autant. Je me suis simplement laissée happer par l'atmosphère et entraîner jusqu'à la dernière page. Parfait pour quelques soirées sous un plaid bien chaud."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "La conclusion de l'histoire est recherchée et nous dévoile plusieurs révélations inattendues. Si l'effet n'est pas aussi époustouflant que dans certains thrillers, cela reste original et bien amené. Une petite déception cependant en ce qui concerne l'explication du titre qui nous entraîne vraisemblablement vers les tomes suivants. Même si je retrouverai tous les personnages avec plaisir, j'aurais préféré que le titre soit en rapport direct avec l'enquête et ne nous amène pas à attendre tout au long des pages un élément qui n'arrive finalement pas."

     

       Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques sur la Bête Noire ICI

    Catégories : Lire et Frissoner 2 commentaires