Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lire en Légèreté

  • Ginny Moon de Benjamin Ludwig

    Imprimer

    ginny moon, enfant adopté, enfant autiste, harper collins, benjamin ludwig

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Ginny Moon ?

       "Le résumé m'a donné envie de découvrir ce livre atypique mais également la recommandation faite par Graeme Simsion, l'auteur du Théorème du Homard, que j'avais adoré !"

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Ginny Moon, jeune autiste de 14 ans, vient enfin d'être adoptée par une famille qui prend soin d'elle. Pourtant, elle va mettre tout en oeuvre pour se faire kidnapper par sa mère biologique et retrouver sa poupée."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Bien que la maison d'édition fasse de gros efforts pour changer son image, avec un livre Harper Collins (Harlequin), on a toujours tendance à s'attendre à quelque chose de très léger. Ici, on aurait complètement tort ! Il s'agit en fait de propos très graves et très touchants mais racontés avec légèreté à travers les yeux de Ginny. Au début, c'est amusant, cette jeune adolescente obsédée par sa poupée, c'est même un peu redondant au bout d'un moment, jusqu'à ce que l'on comprenne qu'il se cache quelque chose de beaucoup plus important derrière tout ça. C'est comme un déclic dans la lecture et après ça, impossible de lâcher le livre avant la dernière page. On veut absolument savoir ce qu'il va se passer !"

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "J'ai beaucoup aimé cette lecture, son héroïne si touchante et si courageuse malgré son handicap, je n'avais d'ailleurs pas très envie de la laisser et sur la fin, je crois quand même qu'il m'a manqué un petit quelque chose."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Catégories : Lire en Légèreté 2 commentaires
  • Agatha Raisin Enquête - Vacances Tous Risques de M. C. Beaton

    Imprimer

    agatha raisin,agatha raisin enquête,vacances tous risques,m. c. beaton

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Vacances Tous Risques ?

       "Avec le mot que James a laissé à Agatha avant de s'enfuir à l'autre bout de la planète (ou presque) sans elle, vous pensiez réellement que j'allais résister longtemps ?"

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Agatha n'a pas pu s'empêcher de poursuivre James jusqu'à Chypre où l'accueil qui l'attend n'est pas aussi chaleureux que la température extérieure. Heureusement, un meurtre va venir égayer son séjour..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Un peu de dépaysement est bienvenue pour renouveler la série et ici on change complètement de décor en retrouvant notre couple sur l'île où ils devaient passer leur voyage de noce. J'ai d'ailleurs trouvé l'enquête plus intéressante, les deux enquêtes même, devrais-je dire, même si la deuxième se révèle finalement plutôt inconsistante, ce qui est dommage. Agatha, quant à elle, semble prête à évoluer et à se remettre en question. Bon, ça ne l'empêche pas pour autant de faire tout un tas de bêtises mais sans cela, ce ne serait plus vraiment Agatha, non ? En revanche, James m'a plus qu'énervée et j'ai vraiment trouvé son attitude détestable. C'est à se demander s'il a véritablement un coeur et je dois dire que pour cette raison et parce que, forcément, du coup, on a moins envie de rire, c'est peut-être le tome de la série que j'ai le moins aimé."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Quand on referme le livre, on ne connait toujours pas bien les raisons du comportement de James et j'espère que son excuse nous sera vite dévoilée parce qu'on commence sérieusement à espérer que notre Aggie se trouve un homme un peu plus gentleman, comme Charles par exemple."

     

        Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Retrouvez toutes les enquêtes d'Agatha Raisin ICI 

  • Si la Mort nous Sépare de Kate White

    Imprimer

    si la mort nous sépare,kate white,girls in the city

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Si la Mort nous Sépare?

       "J'avais d'abord découvert la collection Girls in the City de Marabout puis j'étais tombée sur cette petite série sympathique. Il s'agit ici du troisième tome."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Au printemps dernier, Bailey a assisté au mariage d'une de ses amies. Quelque mois plus tard, elle apprend que depuis ce jour, deux des demoiselles d'honneur sont mortes. Une troisième, Ashley, l'appelle paniquée, pour lui demander son aide, persuadée qu'il s'agit de meurtres et qu'elle est la prochaine sur la liste..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "J'ai aimé retrouver Bailey, la voir évoluer un peu plus dans sa vie personnelle, même si je trouve que l'on ne nous donne toujours que bien peu d'éléments à chaque nouveau tome. L'enquête se déroule ici dans l'univers de la cuisine et des banlieues chics de New-York, un autre point positif (si ce n'est lorsque l'une des chefs dit ajouter un oeuf dans la tapenade, ces américains alors, ils ne respectent vraiment rien!). Ça se lit toujours facilement, sans prise de tête, c'est à la fois léger tout en présentant une enquête qui tient la route et j'ai trouvé l'histoire assez originale. Même si ce n'est pas le polar de l'année, c'est agréable à lire."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Je ne veux pas vous spoiler mais le tueur est une personne à laquelle je n'ai pas pensé une seule fois de tout le livre. On pourrait penser que c'est positif mais en fait non, je ne trouve pas. Cela nous donne juste l'impression que l'auteur sort le meurtrier de son chapeau de magicien et c'est assez décevant. J'ai tout de même envie de continuer cette série mais là, problème, Marabout n'a édité que le tome 1, 2, 3 et... 5!!! Qu'est-ce que ça m'agace!"

     

    Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques sur la collection Girls in the City ICI

    et les autres chroniques concernant Kate White PAR LA.