Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lire en Légèreté

  • Les Délices de Tokyo de Durian Sukegawa

    Imprimer
    • les délices de tokyo,littérature japonaise,feel good japonais,durian sukegawaMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Les Délices de Tokyo ?

       "Il m'a été vivement conseillé par Florine sur Instagram et lorsque j'ai craqué, je n'ai eu que des retours enthousiastes. Autant de raisons qui m'ont donnée envie de plonger sans attendre dans ce très court roman."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Sentarô s'ennuie derrière le comptoir de son stand de Dorayaki et réfléchit à sa vie qui n'est pas vraiment ce à quoi il s'attendait. Quand Tokue fait son apparition, il n'a pas du tout l'intention d'embaucher la vieille femme mais petit à petit, il se laisse convaincre de lui donner sa chance..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "C'est un très joli roman comme je les aime, doux, réconfortant, tout en proposant des pistes de réflexions sérieuses. Ici d'ailleurs, les différents héros n'ont pas eu une vie facile et c'est peut-être ce qui va les rassembler finalement. L'histoire de Tokue en particulier est extrêmement émouvante, dérangeante, désespérante même par certains aspects mais ce n'est pas du tout comme cela qu'elle souhaite nous la dépeindre. L'espoir n'est jamais loin, tout est une question de perspective. Et puis, ce que j'aime avec mes lectures asiatiques qui se déroulent dans une partie du monde que je connais si mal, c'est que j'y découvre des sujets dont je ne savais rien ou presque, comme ici, et que c'est à la fois passionnant et enrichissant. Bref, une jolie leçon de vie que je suis impatiente de redécouvrir à travers son adaptation."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "Bien sûr, j'ai versé ma petite larme, c'était inévitable mais la partie que j'ai préféré, ce sont les révélations sur le passé de Tokue, plutôt au milieu du roman. Du coup, sur la fin, il m'a manqué comme un petit quelque chose pour transformer cette lecture en coup de coeur."

     

        Mlle Alice, merci, et à samedi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques littérature japonaise ICI

     

    Alors, vous craquez pour "Les Délices de Tokyo" ?

    Catégories : Lire en Légèreté 0 commentaire
  • Insectes Autour de Nous de Léa Maupetit et Emmanuelle Kecir-Lepetit

    Imprimer
    • insectes autour de nous, emmanuelle kecir-lepetitir-Lepetit, lea maupetit, gallimard jeunesse, nature, albumMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Insectes Autour de Nous ?

       "Quelle joie d'apprendre qu'un nouvel album allait sortir dans cette collection que j'aime d'amour. Après les fleurs, les arbres, les oiseaux, voilà les insectes et il n'était pas question de m'en passer."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Dans les airs, parmi l'herbe, au potager et près du bois se cachent de petites bêtes que nous connaissons bien mal et souvent plus utiles qu'on ne pourrait le croire. Abeilles, fourmis, sauterelles, cigales et tant d'autres..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Je confesse volontiers qu'il n'y a pas un suspense fou, j'ai tout simplement adoré ma lecture, que j'ai savourée page par page. C'est un gros coup de coeur et il rejoint en cela celui sur les oiseaux, mon préféré jusqu'ici. De nouveau, c'est le parfait équilibre entre les sublimes illustrations de Léa Maupetit et les textes passionnants d'Emmanuelle Kecir-Lepetit. C'est ni trop, ni pas assez, et j'aime particulièrement les petits faits insolites qui nous font ouvrir grands les yeux et nous rendre compte à quel point on en connaît peu sur ce monde minuscule et sa magie cachée. À lire de préférence au jardin, un jour ensoleillé, et à partager sans modération avec les petits comme avec les grands. Ce sont des ouvrages que je dévore immanquablement en famille et qui ravissent tout le monde à chaque fois."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "Je ne peux m'empêcher d'imaginer encore une multitude de sujets que je voudrais découvrir d'aussi charmante manière et j'espère très fort qu'il y en aura d'autres..."

     

        Mlle Alice, merci, et à mercredi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres de Léa Maupetit et Emmanuelle Kecir-Lepetit ICI

     

    Alors, vous craquez pour "Insectes Autour de Nous" ?

  • Enola Holmes et la Marque de la Mangouste de Nancy Springer

    Imprimer
    • Enola Holmes, Enola Holmes et la marque de la mangouste, littérature jeunesse, littérature anglaise, Sherlock Holmes, roman policierMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec La Marque de la Mangouste ?

       "Je lis très peu de jeunesse et pourtant j'ai une affection particulière pour cette petite Enola Holmes, piquante, indépendante et intelligente. Je remercie les éditions Nathan de m'avoir envoyé ce neuvième tome de ses aventures."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Un homme grossier refuse de confier son affaire à la jeune Enola lorsqu'il apprend que le Docteur Ragostin n'existe pas. Il n'en faudra pas plus pour érafler la fierté de notre jeune enquêtrice et la convaincre de prouver à ce malotrus à quel point il a tort en retrouvant son ami..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "L'autrice a décidé cette fois d'utiliser des personnes réels pour son enquête. Je trouve que c'est un procédé toujours un peu risqué mais l'un d'entre eux, le plus célèbre, m'a vraiment amusée (si vous voulez savoir de qui il s'agit, je vous laisse lire le résumé officiel). Cela m'a donné envie de me renseigner plus avant et j'ai appris que son beau-frère, que l'on croise ici aussi, était mort seulement deux ans après la date à laquelle est située l'intrigue, ça gâche quand même un peu le happy ending. D'ailleurs, Nancy Springer, dans sa petite note de fin, a choisi de ne pas le mentionner.

       Pour le reste, j'ai aimé retrouver Enola et Sherlock bien sûr, même si celui-ci est peut-être un petit peu trop présent, tout en étant assez peu efficace, ce qui n'est pas très vraisemblable. J'ai aimé aussi en apprendre plus sur la rage, et la façon dont Pasteur et d'autres médecins ont pu travailler pour trouver un remède à ce mal absolument terrible. Mais alors que j'avais trouvé que dans cette deuxième partie de la série, celle écrite après le premier film, on était un cran au-dessus des précédents, il m'a semblé que celui-ci manquait à nouveau d'un petit quelque chose en plus. Et est-on vraiment obligés d'avoir le détail de chacune des nombreuses tenues d'Enola ?"

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "Bon, ce n'est peut-être pas le meilleur de la série, j'en conviens, mais est-ce que cela va m'empêcher de continuer à suivre Enola et de me régaler ? Certainement pas !"

     

        Mlle Alice, merci, et à samedi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres de Nancy Springer ICI

     

    Alors, vous craquez pour "Enola Holmes et la Marque de la Mangouste" ?