Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lire en Légèreté - Page 2

  • Une Saison à la Petite Boulangerie de Jenny Colgan

    Imprimer

    une saison à la petite boulangerie, jenny colgan, mount polbearne, village anglais

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Une Saison à la Petite Boulagerie ?

       "Comme le précédent tome, ce livre m'a été offert par mon adorable copinaute Céline, que je remercie pour cette jolie découverte."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Polly est maintenant installée dans son phare avec son nouvel amour Huckle et les choses semblent s'être arrangées pour le mieux quand Mrs Manse, la propriétaire de la boulangerie vient à mourir. Malheureusement, son neveu, qui décide de reprendre l'affaire en main, est un sombre crétin..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "C'est un plaisir de se retrouver de nouveau sur l'île de Mount Polbearne avec Polly et son macareux apprivoisé et cette bonne odeur de pain qui flotte dans l'air. Puis, tout de suite, on sent ce qui va mal tourner et donc forcément, on veut savoir comment les personnages vont s'en sortir. Je crois que j'ai encore plus aimé ce tome-ci que le précédent même si l'auteur emploie à nouveau les mêmes ficelles pour nous faire verser quelques larmes et apporter une dimension dramatique histoire de compenser le trop plein de miracles qui s'accomplissent par ailleurs. Cette fois d'ailleurs, c'est un peu mieux équilibré et un peu plus vraisemblable ou alors j'aime tellement Polly que je trouve normal que tout lui réussisse. En tous cas, elle n'aura pas ménagé sa peine et nous fait toujours autant saliver à l'évocation de ses différentes réalisations dont on retrouve certaines recettes en fin d'ouvrage."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "La fin m'a réconciliée avec Huckle, à qui j'en voulais un peu mais qui a su reconnaître ses torts et faire battre mon petit coeur romantique bien sûr. En revanche, sur à peu près tous les autres sujets, la conclusion est assez rapide et frustrante. Beaucoup de questions restent en suspend et je suppose qu'il s'agit-là de laisser de la place à un troisième tome. Si je le lirai avec grand plaisir, j'espère tout de même que Jenny Colgan renouvellera un peu ses ressorts narratifs."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres de Jenny Colgan ICI 

    Catégories : Lire en Légèreté 0 commentaire
  • Blonde Létale de Kate White

    Imprimer

    blonde létale, kate white

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Blonde Létale?

       "J'ai lu les trois premiers tomes de cette série et après avoir attendu désespérément que le quatrième soit finalement traduit, j'ai dû me résoudre à passer directement au cinquième."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Quand Chris, son ex-petit ami/acteur/bombe atomique (ne rayez aucune mention, elles sont toutes utiles) rappelle Bailey pour lui demander de l'aide, elle ne pensait pas que cela la conduirait à découvrir un cadavre dans une baignoire..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Comme je le disais plus haut, j'ai été obligée de passer du tome 3 au tome 5. Heureusement, l'auteur présente un rappel des faits, dans les premiers chapitres, qui m'a été bien utile. Malheureusement, ce n'est quand même pas la même chose que d'avoir lu le livre. Bailey a changé de boulot, est tombée amoureuse, cela fait beaucoup de choses que j'ai raté et quand on ne les a pas vécues et qu'on ne s'est pas attachée aux nouveaux personnages, difficile de voir les choses comme elle. La plume légère et agréable est toujours là, l'humour bien présent et cette fois-ci on plonge avec délices dans les coulisses des séries télé. Mais si ça se lit bien, les ficelles employées sont toujours les mêmes et je dois dire que je commence un peu à me lasser de cette série."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Je suis déçue par la fin sur bien des points et pour commencer la résolution de l'énigme qui se passe toujours de la même façon et le meurtrier qui a toujours le même profil. Il y a même quelques éléments dont j'attends toujours la réponse. Et en ce qui concerne la vie amoureuse de Bailey, on a l'impression de s'arrêter en plein milieu de l'histoire. Le pompon : Kate White a depuis écrit un sixième tome qui, à mon avis, ne sera jamais traduit. Franchement, Marabout, je ne vous dis pas merci."

     

        Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques sur la collection Girls in the City ICI

    et les autres chroniques concernant Kate White PAR LA.

  • Wild Strawberries d'Angela Thirkell

    Imprimer

    wild strawberries,le parfum des fraises sauvages,angela thirkell,campagne anglaise,rushwater

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Wild Strawberries ?

       "De retour de Londres, l'année dernière, il me restait quelques minutes avant d'embarquer et quelques livres à dépenser. Ayant beaucoup apprécié High Rising, le premier opus de cette petite série, quand j'ai vu celui-ci je n'ai pas hésité."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Lady Emily mène tout son petit monde sans en avoir l'air : son mari bien sûr, ses deux fils, l'un insouciant et l'autre veuf, ayant le coeur brisé, sa fille et la belle-soeur de celle-ci, une jeune et jolie jeune fille sans le sou, ses petits-enfants, ses domestiques et tout le reste du village bien sûr..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Je retrouve immédiatement ce qui fait pour moi la marque et le charme de cet auteur :  de l'humour, de la légèreté et des personnages complètement loufoques que l'on aimerait rencontrer dans la vraie vie. J'ai été déçue, cependant, de ne pas croiser ceux de l'opus précédent, ne serait-ce que pour une courte apparition, que j'avais finalement préféré à ceux-là. Si j'ai aimé Lady Emily et sa fille, l'impassible Agnès, j'ai été bien moins séduite par la jeune Mary Preston, excessive dans sa naïveté et son aveuglement, ce qui amenuisait malheureusement mon intérêt pour ses histoires sentimentales."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Tout est bien qui finit bien, évidement, mais avec des retournements de situations en peu trop soudain. Cela ne m'empêchera pas pour autant de poursuivre la lecture de cette petite série aux couvertures bien trop belles pour que je résiste. À noter d'ailleurs que ce livre est ressorti récemment en français chez Charleston."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres d'Angela Thirkell ICI