Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lire en Légèreté - Page 3

  • Wild Strawberries d'Angela Thirkell

    Imprimer

    wild strawberries,le parfum des fraises sauvages,angela thirkell,campagne anglaise,rushwater

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Wild Strawberries ?

       "De retour de Londres, l'année dernière, il me restait quelques minutes avant d'embarquer et quelques livres à dépenser. Ayant beaucoup apprécié High Rising, le premier opus de cette petite série, quand j'ai vu celui-ci je n'ai pas hésité."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Lady Emily mène tout son petit monde sans en avoir l'air : son mari bien sûr, ses deux fils, l'un insouciant et l'autre veuf, ayant le coeur brisé, sa fille et la belle-soeur de celle-ci, une jeune et jolie jeune fille sans le sou, ses petits-enfants, ses domestiques et tout le reste du village bien sûr..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Je retrouve immédiatement ce qui fait pour moi la marque et le charme de cet auteur :  de l'humour, de la légèreté et des personnages complètement loufoques que l'on aimerait rencontrer dans la vraie vie. J'ai été déçue, cependant, de ne pas croiser ceux de l'opus précédent, ne serait-ce que pour une courte apparition, que j'avais finalement préféré à ceux-là. Si j'ai aimé Lady Emily et sa fille, l'impassible Agnès, j'ai été bien moins séduite par la jeune Mary Preston, excessive dans sa naïveté et son aveuglement, ce qui amenuisait malheureusement mon intérêt pour ses histoires sentimentales."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Tout est bien qui finit bien, évidement, mais avec des retournements de situations en peu trop soudain. Cela ne m'empêchera pas pour autant de poursuivre la lecture de cette petite série aux couvertures bien trop belles pour que je résiste. À noter d'ailleurs que ce livre est ressorti récemment en français chez Charleston."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres d'Angela Thirkell ICI

  • Agatha Raisin Enquête 11 - L'Enfer de l'Amour de M. C. Beaton

    Imprimer

    Agatha raisin, agatha raisin enquête, tome 11, l'enfer de l'amour, policier anglais, village anglais, m. c. beaton

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec L'Enfer de l'Amour ?

       "Avec cet extraordinaire rebondissement des dernières pages du tome précédent, je ne pouvais décemment pas rester plus longtemps sans savoir ce qu'il allait advenir de notre pauvre Agatha."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Comme on pouvait s'y attendre, le mariage entre James et Agatha n'est pas vraiment idyllique alors lorsque James disparait après une scène terrible avec sa femme, tout le monde la soupçonne d'y être pour quelque chose. Et les choses ne s'arrangent pas quant on retrouve le corps de Melissa, nouvelle venue à Carsley et maîtresse de James d'après les rumeurs..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Pour ce qui est de l'enquête, j'ai eu grandement l'impression que la victime était une copie collée d'une autre femme qui avait habité le village dans un des premiers tomes. Quant à Charles et Agatha, ils tournent beaucoup en rond, retournent sans cesse interroger les mêmes personnes mais n'avancent pas beaucoup. Malgré tout, il y a une vraie résolution de l'enquête, interessante, et cette fois c'est véritablement Agatha qui trouve la solution sans avoir besoin d'attendre que l'assassin vienne essayer de la tuer. De plus, on ne se lasse pas d'Agatha elle-même et du plaisir de la retrouver, elle et tous ceux qui gravitent autour d'elle comme Bill Wong, Mrs Bloxby, Jimmy Jessop ou encore Roy. Et comme c'est à peine si on croise James, le plaisir est total."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Même si cette fin est un peu tirée par les cheveux, et c'est le moins que l'on puisse dire, si elle peut nous débarrasser de James pour toujours, je prends !"

     

        Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des enquêtes d'Agatha Raisin ICI

  • Le Cactus de Sarah Haywood

    Imprimer

    le cactus, Denoël, Sarah Haywood, atypique

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Le Cactus ?

       "Je suis toujours attirée par les histoires qui dépeignent un héros un peu atypique et décalé. Ici, la très jolie couverture a vite fini de me convaincre et Denoël a eu la gentillesse de m'envoyer le Cactus."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Susan Green vit sa vie de façon pragmatique et en maîtrise chaque aspect et chaque seconde. Mais tout va commencer à dérailler le jour où elle va découvrir qu'elle est enceinte, à 45 ans, et que sa mère a laissé l'usufruit de sa maison à son frère qu'elle déteste..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Le souci, avec ce roman, c'est qu'aucun des protagonistes n'est sympathique. Nous découvrons chacun d'entre eux à travers les yeux de l'héroïne qui les trouve tous détestables et malheureusement, elle n'a pas provoqué non plus beaucoup d'empathie chez moi (et pourtant, j'en ai à revendre). Sa réaction au testament de sa mère, par exemple, est très exagérée aux vues des informations que nous détenons et les explications de son comportement ne sont pas clairs : est-elle autiste ou s'est-elle forgée une carapace à cause des événements de sa vie ? Toutes les réponses à nos questions n'arrivent que bien trop tard et elle a largement eu le temps de nous agacer avant. À la page 254, l'auteur met ces mots dans la bouche de l'un des personnages : "Je n'arrive pas à apprécier un livre si je ne m'attache pas au personnage principal". Particulièrement ironique non ? Et lorsqu'enfin on commence à comprendre tout ce qui, depuis son enfance, a amené Susan à être ce qu'elle est, et qu'on compatit avec elle en détestant encore plus toute sa famille, elle s'adoucit..."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "La fin m'a plus agacée encore le reste. C'est dans les dernières pages que se concentrent enfin toutes les informations intéressantes sur lesquelles tout le livre aurait du reposer et c'est à ce moment-là qu'il y a matière à développer mais non, l'auteur boucle tout en quelques chapitres, nous laissant frustré. L'héroïne, elle, pardonne tout ou presque parce que, c'est bien connu, lorsqu'on donne naissance à un enfant, la grâce descend sur nous, on comprend tout et on pardonne tout, même (ne lisez pas si vous ne voulez pas être spoilé) à notre mère de ne pas nous avoir aimé comme elle aurait dû, même à notre frère d'être en partie responsable de la mort de notre fiancé... Tout est merveilleux dans le meilleur des mondes. C'est pour ça que toutes les mères de la Terre sont si parfaitement et entièrement heureuses, non ?"

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Catégories : Lire en Légèreté 0 commentaire