Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lire en Légèreté - Page 3

  • Une Fille comme Elle de Marc Levy

    Imprimer

    marc levy, une fille comme elle, Robert laffont, feelgood book

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Une Fille comme Elle ?

       "Marc Levy et moi, c'est une histoire compliquée. Il fait partie des auteurs qui ont rendu l'amour de la lecture à ma soeur et je lui en suis reconnaissante. J'avais également, comme tout le monde ou presque, aimé Et si c'était Vrai mais mes quelques lectures suivantes furent des déceptions. Pourtant, j'avais été de nouveau agréablement surprise avec Elle & Lui e j'ai donc eu très envie de lire celui-ci..."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Deepak est liftier dans un vieil immeuble New-Yorkais et son travail est sa grande fierté. Mais quand son collègue de nuit se blesse, certains des propriétaires commencent à penser qu'il serait temps d'automatiser l'ascenseur. Mais Deepak ne va pas se laisser faire avec l'aide de sa famille et de Chloé, une habitante pas tout à fait comme les autres..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Autant vous le dire tout de suite, j'ai vraiment bien aimé ce livre et cette lecture et j'ai vite oublié que je lisais un Marc Levy ! Je ne devrais peut-être pas dire ça mais c'est une telle affaire aujourd'hui, les pour, les contre, ceux qui l'adorent et ceux qui le détestent... Je vais vous dire, on s'en fout. Je lis du Jane Austen et du Kristan Higgins, je me délecte d'Alexandre Dumas comme d'un Sophie Kinsella et j'aime autant ou presque Agatha Christie qu'Agatha Raisin... Donc, ce qui m'importe, c'est que j'ai apprécié ma lecture, de la première à la dernière page, qu'elle a rempli son contrat, m'a fait rêver et voyager, sentir et ressentir. Il y a foule de personnages attachants et agaçants et c'est ce qui fait la force de l'histoire qui ne se contente pas de nous raconter une histoire d'amour convenue mais bien des histoires de vie. Il y a également une jeune femme en fauteuil roulant mais on ne tombe jamais dans le pathos. Il y a de la personnalité, de l'humour, de la pudeur. Bref, il y a tout ce qu'il faut !"

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "Bien sûr qu'à la page 22 du livre j'aurais pu vous dire comment ça allait finir mais honnêtement, quelle importance ? Le seul petit bémol, s'il devait y en avoir un, c'est que j'ai trouvé qu'il y avait plusieurs jolies idées dans le récit pour des titres un peu plus pêchu que celui-là..."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres de Marc Levy ICI

    Catégories : Lire en Légèreté 4 commentaires
  • Des Papillons dans le Coeur de Petra Hülsmann

    Imprimer

    des papillons dans le coeur, Petra hülsmann, l'archipel, feelgood book

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Des Papillons dans le Coeur ?

       "À l"approche de l'été et des longues heures d'ensoleillement dont nous sommes censé bénéficier, je suis de plus en plus sensible aux "feel good books", à emporter dans son sac de plage et à lire en dégustant une glace."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Une semaine avant son mariage, Léna se fait plaquer par son fiancé. Bouleversée, elle commet une énorme bourde au travail et se fait immédiatement renvoyer. C'est pour elle l'occasion ou jamais de reprendre sa vie en main et de devenir une nouvelle Léna."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Je suis très partagée en ce qui concerne ce roman. Il est plaisant, se lit facilement et rassemble les bons ingrédients. Pour ne rien gâcher, Léna travaille dans une librairie et s'occupe de lui refaire une beauté, plus ou moins contre la volonté de son vieux bougon de patron. Elle est attachante, un peu maladroite, se mêle de ce qui ne la regarde pas mais avec le coeur sur la main. J'ai donc beaucoup aimé toute cette partie-là. En revanche, c'est la deuxième fois en peu de temps que je lis un roman avec un héros qui malmène sa future dulcinée. On m'a même suggéré qu'il y avait là quelque chose de la relation de Darcy avec Elizabeth (si vous ne savez pas de quoi je parle, oh my God !). Alors là, je m'insurge. D'abord, parce que je ne vois pas de ressemblance, ensuite parce que Darcy apprend de ses erreurs, se rend compte de l'incroyable arrogance dont il a fait preuve et s'en excuse en acte et en paroles. Ici, on considère que c'est leur mode de fonctionnement et que qui aime bien châtie bien. Mais entre la moquerie gentille et la maltraitance, il y a une limite qui est, selon moi, largement franchie ici. Je veux bien que s'apitoyer sur son sort ne sert à rien mais quand on vient de perdre son fiancé et son emploi, on s'attend à un minimum de compassion de son entourage alors que la pauvre Léna s'en prend plein la gueule pendant tout le roman. Certains propos m'ont même choqué dont, parmi tant d'autres, une insulte homophobe dans la bouche du héros et je ne comprends pas que l'éditeur l'est traduite. Trop, c'est trop."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Il y a heureusement beaucoup d'éléments sympathiques dans cet ouvrage, des personnages bien campés, de l'humour et j'en garde un souvenir agréable. Mais il faudrait peut-être expliquer à certains auteurs que se faire dénigrer par son compagnon, ce n'est ni de l'amour, ni de l'humour."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Catégories : Lire en Légèreté 2 commentaires
  • Mange, Prie, Aime d'Elizabeth Gilbert

    Imprimer

    mange,prie,aime,julia roberts,développement personnel,elizabeth gilbert,amazon,audible,catherine creux

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Mange, Prie, Aime ?

       "J'avoue, l'approche de la quarantaine aidant sûrement, je m'intéresse de plus en plus à des questions existentielles, la recherche d'un bonheur simple, le développement personnel. Alors forcément, quand Audible m'a proposé de lire Mange, Prie, Aime, je ne pouvais pas dire non."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Elizabeth se lève toutes les nuits pour s'enfermer dans sa salle de bain et pleurer à chaudes larmes. Une évidence s'impose à elle, elle ne veut plus de sa vie actuelle et plus de son mariage. Après un divorce long et difficile, elle décide d'entamer un périple pour se retrouver en commençant par l'Italie et ses plaisirs culinaires, puis elle se rend dans un ashram en Inde et enfin, suis les enseignements d'un guérisseur à Bali."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Comme il s'agit d'un livre audio, il me faut vous parler de cet aspect-là. J'avais beaucoup aimé mes expériences précédentes, et la personne qui lit est un élément clé de la réussite ou non de l'aventure. Ici, Catherine Creux a une voix agréable, un accent parfait dans plusieurs langues et lit de façon tout à fait limpide. Pourtant, et vraiment, ça n'engage que moi, plusieurs choses m'ont gênées : des passages un peu surjoués, de nombreuses liaisons manquantes et une façon particulière d'interpréter la ponctuation qui, à chaque fin de chapitre, me donnait l'impression qu'elle allait encore dire quelque chose, puis non... Du coup, j'étais parfois un peu déroutée et cela a contribué au fait qu'il m'a fallu un train long moment pour m'attacher à l'héroïne, qui n'est autre que l'auteur Elizabeth Gilbert. 

       Bien sûr, ce n'est pas la seule raison, et de loin. D'abord, il ne se passe pas grand chose dans ce livre. Ensuite, on en a tellement entendu parler que forcément, nos attentes sont élevées. J'avais projeté des choses aussi, induites par la publicité et les phrases d'accroche : une femme qui plaque tout, change de vie et se découvre. C'est d'ailleurs ce que l'on pourrait continuer à penser et ce que l'auteur elle-même nous raconte. Pourtant, petit à petit, on la découvre et on se rend compte qu'elle a déjà énormément voyagé, qu'elle a déjà fait ce genre de choses, qu'elle a déjà changé d'orientation dans sa vie à de nombreuses reprises, qu'elle a déjà fait des retraites spirituelles... Et là où, sûrement, on espérait être inspiré par elle et avoir envie de faire la même chose, on se rend compte qu'elle a quand même une stabilité professionnelle lui permettant de partir à l'aventure et même, qu'elle est payée pour effectuer ce voyage. Cela n'enlève rien à son courage, à sa réflexion profonde, aux choses qu'elle va apprendre sur la vie bien sûr. Il y a de nombreuses pensées qui m'ont plues, touchées même mais disons seulement que ce livre n'est pas ce à quoi je m'attendais.

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Attention, spoiler ! Ne lisez pas ce qui suit si vous ne voulez pas connaître la fin. Donc, après un an de voyage, Elizabeth se trouve et trouve l'amour qui plus est, se marie, happy end. Sauf que, plusieurs années après la fin de ce livre, l'auteur a divorcé parce qu'elle s'est rendue compte qu'elle était amoureuse de sa meilleure amie... Ce qui me gêne ici, ce n'est absolument pas qu'elle ait finalement découvert qu'elle aimait une femme mais qu'on nous présente ce livre presque comme une solution, comme l'exemple à suivre pour être heureux. Il y a une tendance au développement personnel qui est à la fois très marqué et très critiqué et je trouve que ce livre ne lui fait pas forcément du bien, me laissant avec un avis sur l'héroïne qui est à l'opposé de ce que j'aimerais avoir. Personnellement, je pense qu'il est essentiel de se remettre en cause sans arrêt et d'expérimenter, d'évoluer. Mais c'est un chemin de vie, progressif et infini et tomber dans l'excès de cemange,prie,aime,julia roberts,développement personnel,elizabeth gilbert,amazon,audible,catherine creux,livre audio raisonnement n'est pas plus un signe d'équilibre que de ne jamais se poser la moindre question."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres audio ICI