Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lire et Imaginer

  • L'Oiseau Moqueur de Walter Tevis

    Imprimer
    • l'oiseau moqueur, Walter tevis, gallmeister, totem, science-fictionMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec L'Oiseau Moqueur ?

       "Tout m'intrigue dans ce roman : sa couverture bien sûr, mais surtout son résumé et son univers. Après avoir lu quelques avis positifs, j'ai finalement craqué. Encore."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Paul apprend à lire, cette connaissance perdue depuis des dizaines d'années, peut-être des centaines, et cela va petit à petit lui ouvrir les yeux sur le monde qui l'entoure, les robots, les tranquillisants, les suicides collectifs et la ville qui s'effondre doucement..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "J'ai un avis très mitigé sur cette lecture. Le monde qui nous est présenté ici est effectivement extrêmement interessant, ainsi que les réflexions qu'il entraîne sur l'humanité, notre mode de vie, notre avenir... Il y a de nombreuses pistes à explorer et en ce sens, c'est réussi. J'ai bien sûr particulièrement apprécié tout ce qui se rapporte aux livres et à la lecture qui auraient ici presque complètement disparu !

       Mais si le fond est bien sûr important, la forme n'est pas à négliger et le problème dans ce roman, ce que je n'ai réussi à m'attacher à aucun des trois protagonistes. Au départ, c'est compréhensible, il s'agit d'un robot et de deux humains plus ou moins sous contrôle et s'il y a bien une évolution ensuite, elle n'est pas suffisante pour que l'on prenne leur destinée véritablement à coeur. J'étais plus intéressée par celui de l'humanité à vrai dire, par les 'réparations' de ce monde à la dérive mais comme le héros le dit lui-même, il s'en fout complètement."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "J'ai bien aimé la fin, la dernière révélation et la dernière action, tout cela autour du robot, Spofforth, qui est finalement peut-être bien le plus humain des trois... Encore une donnée à méditer."

     

        Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres Gallmeister ICI

     

    Alors, vous craquez pour "L'Oiseau Moqueur" ?

    Catégories : Lire et Imaginer 0 commentaire
  • La Maison au Milieu de la Mer Céruléenne de TJ Klune

    Imprimer
    • la maison au milieu de la mer céruléenne, TJ Klune, éditions de saxus, de saxus, roman queer Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec La Maison au Milieu de la Mer Céruléenne ?

       "J'avais déjà un oeil sur les oeuvres de T.J. Klune depuis la parution de  Comment se Comporter comme une Personne Normale, un titre qui me parle beaucoup et que j'ai toujours envie de lire d'ailleurs. Mais la Maison au Milieu de la Mer Céruléenne est arrivé comme un raz-de-marée et il était vraiment difficile de passer à côté. De plus, j'ai eu la chance de le recevoir de la part des éditions De Saxus."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Linus Baker travaille pour le Ministère de la Jeunesse Magique. Sa mission : contrôler les "orphelinats" et les enfants particuliers qui y vivent et s'assurer qu'ils ne sont un danger ni pour eux, ni pour les autres. Et si Linus respecte à la lettre les Règles et Règlements, il a aussi une qualité rare, il se soucie vraiment des enfants. Lors de la mission spéciale que les Cadres Extrêmement Supérieurs vont lui confier, cela pourrait faire toute la différence..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Vous savez ce que c'est : critiques dithyrambiques + pitch accrocheur + couverture magnifique... Non seulement vous avez envie de lire ce livre mais vous avez envie de l'adorer ! Alors forcément, j'avais quand même un peu peur de me lancer mais je n'aurais pas dû. J'ai adhéré dès le début, j'ai aimé la plume de l'auteur, son humour, son ironie, son univers et son héros. C'était donc plutôt un bon départ. Et rien de tout cela ne s'est démenti par la suite, d'autant que tous les personnages de l'orphelinat sont interessants et touchants à leur façon. Et bien sûr, j'ai également plus qu'apprécier le message de tolérance de ce roman. Mais... Et oui, il y a un mais... J'aurais tellement voulu qu'il n'y en ait pas... Mais, au milieu du roman, ça manque quand même cruellement de péripéties et de suspense. Tout ça est un peu plat, et c'est vraiment dommage. Heureusement, ça repart de plus belle dans le dernier tiers."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "Bien que ce ne soit pas un coup de coeur, ce livre reste essentiel. Il en faudrait vraiment plus de ce genre. Parce que oui, ça peut paraître cucul la praline de prôner la tolérance et l'acceptation à chaque page mais jusqu'à preuve du contraire, on en a encore cruellement besoin ! En tous cas, j'ai beaucoup aimé la fin, j'ai même failli verser ma petite larme."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

     

    Alors, vous craquez pour "La Maison au Milieu de la Mer Céruléenne" ?

    Catégories : Lire et Imaginer 0 commentaire
  • D'Or et d'Oreillers de Flore Vesco

    Imprimer
    • d'or et d'oreillers, Flore Vesco, l'école des loisirs, masse critique babelio, la princesse au petit poisMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec D'Or et D'oreillers ?

       "Je trouve cette couverture absolument sublime et une fois encore, mon amie Emjy m'avait conseillé la lecture de Flore Vesco alors quand j'ai eu l'occasion de recevoir celui-ci grâce à la Masse Critique Babelio, je n'ai pas hésité.

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Il se raconte que lord Handerson serait prêt à choisir une épouse dans le voisinage et il n'en faut pas plus pour mettre toutes les mères en émoi. Seulement voilà, il exige pour cela que les jeunes filles candidates au mariage viennent passer une nuit seule dans son étrange château..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Je vais commencer par ce que j'ai beaucoup aimé : les références et les clins d'oeil très nombreux à d'autres oeuvres. Dès le début, par exemple, nous avons une revisite du conte de la Princesse au Petit Pois et une allusion à peine voilée à Mrs Bennet envoyant la pauvre Jane, sous la pluie, se jeter dans les bras de Bingley. Ça ne pouvait que me faire sourire. Il y a également un jeu avec les mots auquel j'ai été sensible mais malheureusement ça s'arrête là pour les points positifs. Je n'ai pas forcément accroché à l'histoire ou au style de l'auteur. J'ai surtout eu l'impression qu'elle ne savait pas du tout où elle allait et je me suis sentie moi-même perdue. Le roman ressemble à un conte pour enfants parsemé d'éléments glauques et d'allusions sexuelles. Et je n'ai pas non plus réussi à m'attacher aux personnages principaux qui m'ont tous les deux agacée pour des raisons différentes. Bref, difficile de savoir à qui s'adresse ce livre mais une chose est sûre, ce n'était pas à moi."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "Je reste sur mon impression d'étrangeté et de confusion, il n'y a manifestement ni magie, ni alchimie entre ce roman et moi. Pourtant, je sais que d'autres ont beaucoup aimé et je vous invite à lire d'autres avis pour une meilleure vue d'ensemble."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

     

    Alors, vous craquez pour "D'Or et D'Oreillers" ?

    Catégories : Lire et Imaginer 0 commentaire