Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lire et Imaginer - Page 5

  • Le Château d'Edward Carey

    Imprimer

    le château,les ferrailleurs,edward carey,le livre de poche

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Le Château ?

       "C'est en librairie que j'ai repéré ce livre à la couverture si étrange que vous ne pouvez vous empêcher de lire son résumé. Après un court séjour dans ma wishlist, c'est au pied du sapin que j'ai eu la joie de le retrouver."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Le jeune Clod, qui peut entendre parler les objets, est un Ferrayor. Cela  implique qu'il veille, avec sa puissante famille, sur la gigantesque décharge de Londres et que, comme le veut la tradition, un objet lui a été remis à sa naissance dont il doit prendre soin. Mais tout déraille le jour où la tante Rosamund égare le sien..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Au début, j'ai adoré. L'auteur nous plonge dans un univers complètement nouveau, extrêmement original, sombre mais drôle aussi. On se prend au jeu des mystères qui se cachent derrière une poignée de porte ou une bonde de fond s'appelant James Henry Hayward, de cette maison biscornue, de ces personnages tous plus loufoques les uns que les autres. On s'interroge sur le destin de Clod et de Lucy, on espère, on redoute... Puis, petit à petit, j'ai trouvé que le côté sombre prenait de plus en plus d'ampleur et je dois dire que je me suis un peu détachée de ma lecture malheureusement."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "J'ai aimé le rebondissement proposé par le dernier chapitre, qui nous promet de nouvelles aventures palpitantes. Malgré tout, je ne suis pas sûre de lire le tome suivant, n'ayant pas particulièrement envie de me replonger dans l'ambiance triste et dérangeante de la dernière partie de l'histoire."

     

        Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Catégories : Lire et Imaginer 4 commentaires
  • Sans Forme de Gail Carriger

    Imprimer

    sans âme,gail carriger,le protectorat de l'ombrelle,loup-garou,vampire,alexia tarabotti,époque victorienne,londrès

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Sans Âme ?

       "Même si le premier volume n'avait pas été un coup de coeur, je n'avais pas envie d'abandonner cette série et la suite était dans ma wishlist depuis un petit moment. Jusqu'à ce que l'adorable Lili est la gentillesse de me l'offrir."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Un phénomène étrange s'est abattu sur Londres, une humanisation massive exorcise les fantômes et rend aux vampires et aux loups-garou leur forme mortelle. Alexia, maintenant Lady Maccon, se doit d'enquêter..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "J'ai retrouvé Alexia avec grand plaisir. Ce personnage de femme forte et indépendante à l'époque victorienne n'est pas des plus habituels et c'est pour cela qu'on l'aime tant. Sans compter le couple qu'elle forme avec son mari ! Elle n'a rien perdu ici de sa folie et de ses bizarreries et l'humour est toujours l'atout majeur de cette série. J'ai donc une nouvelle fois dévoré ce tome et je l'ai même préféré au précédent. Et si, une fois encore, on se demande comment Lady Maccon n'a pas compris certaines choses plus tôt, le mystère se marie bien au reste de l'histoire. On découvre ici de nouvelles technologies, une partie du passé de Lord Maccon et on voyage jusqu'en Écosse. Bref, on ne s'ennuie pas une seconde. Sans oublier que tous les personnages secondaires sont vraiment intéressants, chacun à leur manière, que se soit l'amie idiote d'Alexia, sa soeur perfide ou l'inventrice française..."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "La fin est vraiment cruelle, pour l'héroïne comme pour le lecteur et  je ne vais vraiment pas me faire prier pour lire la suite au plus vite."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques sur les aventures d'Alexia Tarabotti ICI

    Catégories : Lire et Imaginer 0 commentaire
  • La Servante Écarlate de Margaret Atwood

    Imprimer

    margaret atwood,la servante écarlate,dystopie,pavillons poche,robert laffont

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec La Servante Écarlate ?

       "J'ai beaucoup entendu parler de la série et à l'occasion de son succès, Pavillons Poche a décidé de rééditer le livre. Difficile de résister (oui, je suis faible face à un livre, ce n'est pas nouveau, remettez-vous)."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Dans un monde qui pourrait être le notre, une jeune servante à la fonction bien particulière nous raconte son quotidien dans lequel aucune décision, ou presque, ne lui est permise."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Le problème, avec le succès de la série, c'est que je connaissais déjà le rôle des "servantes" avant de commencer le livre. Du coup, les 160 pages nécessaires à cette révélation m'ont parues longues et honnêtement, même sans savoir je pense que le suspense n'aurait pas été assez insoutenable pour me passionner. Par la suite, il se passe enfin plus de choses avec l'interaction de l'héroïne avec d'autres personnages et c'est à partir de là que l'on s'intéresse plus à son destin. Il y a évidement des passages éloquents et des messages intéressants dans ce récit mais je crois qu'à notre époque, plus qu'à celle de la sortie du livre, s'ils restent plus que jamais essentiels, ils ont perdus de leur nouveauté. De plus, le mystère qu'entretient l'auteur sur les détails de son univers établit pour moi une distance qui dessert l'identification que peut ressentir le lecteur. Sérieusement, on en apprend autant avec la quatrième de couverture en une minute que dans tout le livre et d'ailleurs, je vous déconseille fortement d'y jeter un oeil. Pour résumer, j'ai donc bien aimé ma lecture mais on est très loin du coup de coeur que j'avais espéré."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "La fin est frustrante, même si j'ai trouvé l'épilogue bien sympathique. Sans vous spoiler, puisque c'est l'héroïne nous raconte son histoire à posteriori, on sait déjà qu'il y a un après alors pourquoi ne pas nous en dire plus. Je trouve toujours qu'il y a une forme de cruauté et d'égoïsme chez l'auteur qui nous pousse à aimer ses personnages pour ne finalement pas nous révéler ce qu'il advient d'eux."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Catégories : Lire et Imaginer 4 commentaires