Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lire et Imaginer - Page 4

  • Kaleb de Myra Eljundir (alias Ingrid Desjours)

    Imprimer

    kaleb,myra eljundir,ingrid desjours,collection r,robert laffont

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Kaleb ?

       "Après m'être plongée dans plusieurs thrillers psychologiques d'Ingrid Desjours, j'ai appris qu'elle était également l'auteur de cette série jeunesse et j'ai eu envie de la découvrir sous un nouvel angle."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Kaleb, un adolescent presque comme les autres, se sent de plus en plus, contaminé par les émotions négatives qui l'entoure. Il se bat, se met en colère, explose à se faire peur. En effectuant quelques recherches, il finit par comprendre qu'il a un don à part, il est empathe. Un don ou une malédiction ?"

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "J'ai trouvé qu'en passant à cet univers jeunesse, l'auteur avait gardé sa plume acérée. C'est un peu plus fouillé et un peu plus tranchant que la plupart des romans de cet ordre, ce qui est bien agréable. Malgré tout, j'y ai également retrouvé ce qui ne me plaît pas dans cette collection: on lit tout un tome pour se rendre compte qu'il ne s'est quasiment rien passé et si j'éprouve toujours beaucoup de plaisir à la lecture, je pourrais très bien me passer de lire la suite. Ça manque un peu d'accroche et certains éléments, comme les rêves et les prophéties, m'ont parus enfantins, attendus, par rapport à d'autres bien plus poignants comme les scènes de violence. En fait, je me rends compte que je retrouve la même problématique que dans les livres jeunesse de Maxime Chattam, une constante oscillation entre l'univers jeunesse et l'univers adulte qui me perdent un peu. Et pour ce qui est de Kaleb lui-même, c'est à peu près la même chose, il est soit trop méchant, soit pas assez, manque d'originalité et de personnalité finalement, loin des analyses psychologiques fouillées auxquelles nous a habitué Ingrid Desjours. Heureusement, l'assistante du Colonel relève le défi de ce côté-là."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Comme je l'ai dit, en tournant la dernière page, on a l'impression qu'on n'a vraiment peu avancé mais grâce à quelques révélations intéressantes, on a quand même envie de se laisser de nouveau tenter..."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des romans d'Ingrid Desjours ICI

    et toutes celles sur la collection R LA 

    Catégories : Lire et Imaginer 2 commentaires
  • Le Monde Caché d'Axton House d'Edgar Cantero

    Imprimer

    axton house, edgar cantero, le monde caché d'axton house, fantôme, maison hantée, mystère

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Le Monde Caché d'Axton House ?

       "Je suis une fille complètement futile, j'ai acheté ce livre uniquement à cause de sa sublime couverture et sans même lire de quoi ça pouvait bien parler..."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "A. n'a qu'une vingtaine d'années lorsqu'il hérite d'une maison et d'une fortune d'un cousin qu'il ne savait même pas avoir. Mais devenir un riche oisif n'est pas aussi facile qu'il y parait et Axton House cache bien des secrets qu'il va lui falloir découvrir."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Comme je vous le disais, j'ai choisi ce livre pour sa couverture, à peu près sûre de me retrouver au dix-huitième ou dix-neuvième siècle en Angleterre. En fait, l'histoire se déroule en 1995, aux Etats-Unis, j'étais donc complètement à côté de la plaque. Malgré tout, ces éléments n'ont aucune importance pour la simple et bonne raison que l'histoire vous transporte dans un monde tout à fait à part et fascinant. Je ne sais pas où commencer tellement l'univers de ce roman est riche. Les personnages peut-être... Je les ai adoré. Ils m'ont touchée, ils m'ont fait rire, ils sont loufoques à souhait, décalés et plein de mystères eux-mêmes. Ces qualificatifs s'appliquent d'ailleurs tout aussi bien à la plume de l'auteur, longtemps l'humour m'a plus tenu que le mystère d'ailleurs. Malgré tout, j'avoue que les procédés de narrations employés et les changements incessants m'ont vite fatiguée, c'est l'élément qui est un peu de trop (et quitte à insérer des extraits de journaux et autres, j'ai trouvé que les polaroids manquaient cruellement). Mais j'ai fini par sauter certains passages, surtout les descriptions des rêves je dois dire, et j'ai dévoré tout le reste. Quant à l'histoire, elle devient meilleure à chaque page tournée et personnellement j'ai regretté que les quêtes de la société d'Ambrose n'aient pas fait l'objet d'un roman à part entière et j'ai du mal à vous expliquer pourquoi sans employer de nouveaux les mots univers, riches et fascinant."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "La fin est un peu en décalage avec le reste je trouve, avec une violence brutale à laquelle je ne m'attendais pas mais les dernières pages amènent de nouvelles révélations que l'on commençait à entrevoir et nous mettent l'eau à la bouche. Je trépigne d'impatience de lire la suite, en espérant très fort qu'il y en ait une."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Catégories : Lire et Imaginer 4 commentaires
  • The Diviners de Libba Bray

    Imprimer

    the diviners,libba bray,magie,new-york

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec The Diviners?

       "C'est Emjy, ma référence en matière de lectures so british, qui m'a donnée envie de lire ce livre, que j'ai pourtant laissé traîner dans ma PAL un bon moment."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Evy, jeune fille d'une petite ville ordinaire des Etats-Unis, s'ennuie à mourir au milieu de ses congénères. C'est comme ça qu'un soir, elle va provoquer un scandale en utilisant son "don" pour révéler leurs petits secrets inavouables. Ses parents décident alors de l'envoyer quelques temps chez son Oncle Will, à New York, qui va se révéler bien plus intéressant qu'il n'y parait..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Au départ, j'ai bien aimé l'ambiance du roman, le mystère, la magie, les meurtres, l'époque, la ville... Mais petit à petit, j'ai eu du mal à rester accrochée à cette histoire je dois dire. Lorsque l'on mélange une enquête avec de la magie, l'équilibre parfait est toujours difficile à trouver et ce fut encore le cas ici. Un crime suppose des questions, on s'interroge sur le pourquoi, le comment, le qui... Et quand tout s'explique par le fantastique, l'irréel, c'est comme un soufflé qui retombe. J'ai été d'autant plus déçue que beaucoup d'autres éléments me plaisaient dans ce récit très bien écrit et extrêmement riche et que je m'attendais à un coup de coeur. Je suis consciente cependant que ce "défaut", si je puis dire, m'est très personnel et viens certainement de mon amour immodéré pour les thrillers. Nul doute que ce roman plaira à beaucoup d'autres et les avis sont d'ailleurs majoritairement très positifs. Il m'a peut-être également manqué un peu de vocabulaire anglais pour une lecture fluide et agréable."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Même si je me suis malgré tout attachée à certains des protagonistes, mais pas à tous, et que j'aurais bien aimé savoir ce qu'ils deviennent, je ne lirai pas la suite de cette saga."

     

       Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...