Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lire des Romans

  • Les Voleurs d'Innocence de Sarai Walker

    Imprimer
    • les voleurs d'innocence, Sarai walker, totem, gallmeister, roman gothique, la famille chapelMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Les Voleurs d'Innocence ?

       "C'est un roman dont je guettais la sortie poche depuis longtemps. La belle couverture, les excellents avis que j'ai pu lire dessus, l'ambiance gothique promise... De plus, je suis amoureuse de la collection Totem de Gallmeister mais là, ils se sont surpassés et je suis ravie d'avoir pu recevoir ce livre."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Dans les années 50, une petite ville près de New-York, une maison victorienne surnommée le gâteau de mariage, une fortune acquise dans le sang, un père absent, une mère folle et six filles aux noms de fleurs et au destin tragique. C'est la famille Chapel..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "C'est le meilleur livre que j'ai lu depuis longtemps. Gros coup de coeur ! Il rassemble 100% des éléments qui font d'un roman un excellent roman. C'est vraiment très bien écrit, et bien traduit, c'est joli, c'est fluide mais surtout, c'est envoûtant. En nous donnant dès les premières pages les éléments tragiques principaux de l'intrigue, l'autrice nous happe dans son histoire et personnellement, je n'arrivais plus à le lâcher. On sait que quelque chose d'horrible va se passer, on ne veut pas regarder mais on ne peut pas s'en empêcher. On aimerait que les évènements s'accélèrent et on tourne les pages de plus en plus vite. La construction est sans faille, l'ambiance, pesante, le décompte des filles Chapel, terrible. Pour les premières, c'est la fascination qui domine, pour les deux suivantes, les regrets arrivent, l'incompréhension, un sentiment de gâchis... Mais le pire, c'est sans hésitation pour la dernière, la tristesse nous submerge, avec un sentiment d'urgence aussi pour Iris. Ils viennent te chercher Iris, fuit !"

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "Vous n'imaginez pas à quel point je ne voulais pas quitter l'héroïne. J'aurais voulu rester encore un peu avec elle, en savoir plus sur la suite mais je sais également que cette fin est parfaite comme elle est. Et je ne raterai pas les futures publications de Sarai Walker, c'est certain."

     

        Mlle Alice, merci, et à mercredi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres Gallmeister ICI

     

    Alors, vous craquez pour "Les Voleurs d'Innocence" ?

  • No One Writes Back de Jang Eun-Jin

    Imprimer
    • no one writes back,jang eun-jin,littérature coréenne,passion hanguk,corée du sud,hanguk,passion coréeMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec No One Writes Back ?

       "J'ai exploré les différents titres de cette collection, qui m'attirait beaucoup au demeurant, Corée du Sud oblige, à la recherche de celui par lequel j'allais commencer et forcément, cette histoire de lettres ne pouvait que me séduire."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Jihun voyage à travers tout le pays, de motel en motel, accompagné de son chien aveugle et chaque soir écrit une lettre à une personne rencontrée au cours de ce périple, en attendant qu'enfin quelqu'un lui réponde..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "C'est un récit emprunt de mélancolie qui m'a séduit dès ses premières pages. On s'attache beaucoup aux différents personnages et le sentiment de solitude du héros m'a profondément touchée. J'ai aimé cheminer et évoluer avec lui, apprendre à mieux le connaître par petites touches délicates. J'aurais pu souligner tellement de passages de ce roman tellement c'est joli et bien écrit (et très accessible en anglais). Et bien sûr, j'applaudis le plaidoyer pour la lettre manuscrite qui m'a donné envie de ressortir tout de suite tout mon nécessaire de correspondance. La seule chose que je regrette un peu peut-être, c'est de ne pas avoir croisé encore plus de personnalités différentes, lus encore plus de lettres du héros. Il y a avait vraiment de quoi étoffer le récit."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "J'ai adoré la fin qui, tout en étant difficile, arrive à être lumineuse. Je regrette vraiment que ce roman ne soit pas traduit en français parce que sinon je passerais mon temps à le recommander et à l'offrir, d'autant que la Corée y est vraiment anecdotique (pour ceux qui ne sont pas attirés par ce pays)."

     

        Mlle Alice, merci, et à samedi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques autour de la Corée du Sud ICI

    et toutes celles sur la littérature coréenne, par LÀ

     

    Alors, vous craquez pour "No One Writes Back" ?

  • Marling Hall d'Angela Thirkell

    Imprimer
    • Angela thirkell, marling hall, barsetshire chronicles, seconde guerre mondiale, littérature anglaise, vintage classicMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Marling Hall ?

       "Je suis prise dans la toile des Barsetshire Chronicles depuis bien des tomes déjà, dans la légèreté de la plume d'Angela Thirkell, dans les beauté des couvertures de cette série."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Les Marling s'adaptent tant bien que mal aux changements qu'amènent dans leur vie la Seconde Guerre Mondiale. Mais c'est finalement l'arrivée des Harvey, le frère et la soeur, qui pourraient le plus bouleverser leurs habitudes..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "C'est le genre de lecture qu'il faut savoir savourer, prendre le temps d'apprécier et je n'étais pas dans le bon état d'esprit pour cela. J'ai quelques difficultés à me concentrer en ce moment si l'intrigue n'est pas vraiment prenante et ce n'est certes pas le cas des romans d'Angela Thirkell où il ne se passe quasiment jamais rien. Habituellement, ce n'est pas un problème parce que c'est voulu, bien sûr, et que ses personnages m'amusent beaucoup mais ce ne fut pas le cas cette fois-ci. Je les ai trouvés, pour la plupart, plutôt ternes, sans peu d'intérêt, voire carrément agaçants. Les seules qui m'ont amusées ce sont les nurses, Miss Bunting en particulier, et j'ai hâte de découvrir l'opus qui lui est dédié. Mais quant à celui-ci, aussi difficile que ce soit pour moi de l'admettre, et malgré les parallèles interessants que l'on pourrait faire avec Mansfield Park, je n'ai pas vraiment apprécié ma lecture. Voilà, c'est dit."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "Ça n'enlève rien à mon envie de lire l'ensemble des Barsethsire Chronicles bien sûr, après tout il est rare que tous les tomes d'une série aussi longue soient aussi bons les uns que les autres, et je me suis trop souvent amusée à les lire pour leur en tenir rigueur."

     

        Mlle Alice, merci, et à mercredi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres d'Angela Thirkell ICI

     

    Alors, vous craquez pour "Marling Hall" ?