Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lire des Classiques

  • Le Messager de L.P. Hartley

    Imprimer
    • le messager,the go-between,10 18,l. p. hartley,literature anglaiseMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Le Messager ?

       "C'est un classique de la littérature anglaise et je souhaitais le lire depuis quelques temps déjà. Je penchais pour la version originale au départ mais cette magnifique édition de 10 18 a réussi à me faire changer d'avis."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Le jeune Léon Colston est invité à passer l'été chez un camarade d'école bien plus aisé que lui et se prend d'affection pour la grande soeur de celui-ci, la belle Marian, au point d'accepter de lui servir de messager dans sa correspondance clandestine..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Je me suis laissée emporter dans la campagne anglaise du Norfolk, au cours de cet été 1900, bercée par la chaleur étouffante et les petits évènements du quotidien. J'ai suivi Léon, presque treize ans, dans ses explorations, ses fascinations et ses découvertes sans me poser de questions et ce fut un délice. Le rythme lent, qui m'effrayait un peu, ne fut pas un problème (si on excepte la partie de cricket), peut-être parce que le drame inéluctable que l'on voit se dessiner, nous pousse à tourner les pages encore et toujours. Il s'agit d'un roman d'apprentissage mené de main de maître et on se fond dans les sentiments de Léon, on les ressent un à un avec force dans leur diversité et on se projette à sa place sans difficulté. J'aurais peut-être aimé en savoir un peu plus sur certains personnages mais c'est là mon seul regret."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "La fin est brutale, quand bien même on s'y attend, peut-être à cause de cela d'ailleurs. Je redoutais également de la trouver trop triste, trop mélancolique mais c'est plutôt la colère qui l'emporte. C'est sans aucun doute un roman qui m'accompagnera longtemps."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

     

    Alors, vous craquez pour "Le Messager" ?

    Catégories : Lire des Classiques 2 commentaires
  • Frankenstein de Mary Shelley

    Imprimer
    • frankenstein, Mary Shelley, frankenstein ou la promethée moderne, livre audio, audible, roman gothique, lecture d'halloweenMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Frankenstein ?

       "Frankenstein est, depuis de nombreuses années, bien ancré dans notre folklore. Il a été adapté à toutes les sauces mais connaissons nous véritablement son histoire ? Quoi qu'il en soit, ce classique figurait sur ma liste des incontournables à découvrir depuis longtemps et il m'a semblé qu'Halloween était l'occasion parfaite."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Victor Frankenstein se passionne pour la science et, au cours de ses études, lui vient la certitude qu'il pourrait réanimer l'inanimé. Il tente donc l'expérience, sans penser aux terribles conséquences qui pourraient en découler..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Une nouvelle fois, nous sommes dans le roman gothique, avec ses codes bien précis. Il y a donc un premier protagoniste, qui nous relate sa rencontre avec Frankenstein (le créateur du monstre) puis finalement nous transmet son récit. Ce dernier se découpe en plusieurs parties, presque plusieurs histoires. La première nous présente le personnage, sa famille, ses études et comment il en est arrivé à créer cette "chose". C'est, de loin, la moins interessante et j'ai été étonnée de découvrir, dès le départ, et presque sans raison, l'attitude du scientifique envers sa création. La suite devient plus prenante, avec la tension sous jacente de savoir qu'un monstre rôde dans les rues, puis ses premiers crimes. C'est très Mary Shelley, approfondi dans le drame et les sentiments, et sans vouloir sous-entendre que les hommes auraient quelques lacunes dans ce domaine, il me semble que l'on ressent tout de même bien qu'il s'agit de la plume d'une femme. Mais c'est finalement lorsque le monstre raconte lui-même sa naissance et ses deux premières années de vie que le récit atteint son apogée. Oui, parce que malgré ses actes, le personnage le plus intrigant et le plus touchant, c'est bien lui, cette bête qui n'a même pas de nom. Son créateur, quant à lui, est égoïste et lâche et si j'ai eu de la peine pour son entourage, lui a eu bien du mal à m'émouvoir.

       Encore un petit mot pour dire que j'ai lu ce livre en lecture commune avec Cécile et Emilie, et que je l'ai en partie écouté via la version d'Audible, ce qui collait parfaitement à ce genre de roman. Si les livres audio n'étaient pas si chers, j'en aurais bien fait une habitude."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "J'ai aimé la fin pour ce qui est de l'histoire, il aurait pu difficilement en être autrement, mais moins dans sa forme. Même la dernière tirade du monstre m'a parue bien longue mais je suis quand même très heureuse d'avoir découvert ce grand classique."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouver toutes mes chroniques de Mary Shelley ICI

    et si vous aimez les romans gothiques, retrouvez mes autres chroniques sur ce genre LÀ

     

    Alors, vous craquez pour "Frankenstein" ?

  • Carmilla de Sheridan Le Fanu

    Imprimer
    • Carmilla, Sheridan le Fanu, roman gothique, vampires, halloweenMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Carmilla ?

       "J'ai surtout découvert et exploré le roman gothique à travers Jane Austen et sa Catherine, dans Northanger Abbey, mais Sheridan Le Fanu est un auteur qui revenait régulièrement et dont Carmilla est un classique du genre. Il fallait donc bien que la rencontre ait lieu."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Laura vit avec son père, dans une contrée reculée, et désespère de la présence d'une amie. Elle est donc ravie lorsqu'une dame, ayant eu un accident à leur porte, leur confie sa fille avant de repartir précipitamment. Mais la présence de Carmilla pourrait bien ne pas être une bénédiction finalement..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Les romans gothiques ont tous plus ou moins une construction similaire, avec des codes assez précis. On aime ou on n'aime pas. Personnellement, j'aime bien, j'avais même été étonnée d'apprécier autant le Moine, ou les Mystères d'Udolphe, qui sont pourtant des pavés. C'est divertissant, un peu dépassé, ce qui fait aussi son charme, même si ça n'effraie plus grand monde. C'est encore le cas pour Carmilla, que j'ai pris plaisir à découvrir, et il est toujours interessant de remonter à la source de certains mythes, mais je ne suis pas sûre que cela me marquera durablement pour autant."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "Du côté de la fin, c'est plutôt une déception. D'abord, bien sûr nous sommes en présence d'une héroïne naïve mais là, cela tourne franchement à la stupidité. Alors que l'on vient de lui relater un récit entièrement similaire au sien, elle ne semble toujours pas percuter ce qui lui arrive. Mais surtout, en ce qui concerne l'extermination du "monstre", je m'attendais à quelque chose d'un peu plus palpitant."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

     

    Alors, vous craquez pour "Carmilla" ?