Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Books are my Wonderland - Page 3

  • La Disparue d'Angel Court d'Anne Perry

    Imprimer

    la disparue d'angel court, anne perry, saga pitt, charlotte pitt, londres, enquête

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec La Disparue d'Angel Court?

       "C'est toujours avec plaisir et impatience que je retrouve le nouvel opus des aventures du couple Pitt, même si j'en suis moins friande depuis que Thomas est à la Special Branch."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Une jeune espagnole, prônant des idées religieuses qui scandalisent autour d'elle, vient passer quelques jours en Angleterre. Ayant reçue des menaces de mort et le climat politique étant extrêmement tendu avec l'Espagne, Pitt est chargé d'assurer sa protection. Mais il ne prend pas cela très au sérieux et elle est enlevée sous son nez... "

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "J'ai lu plusieurs critiques négatives de ce livre au moment de sa sortie, notamment parce qu'il y a de nombreuses interrogations autour de la religion. Qu'un livre me pousse à me questionner, sur n'importe quel sujet, y compris la religion, cela est loin de me déplaire, ce n'est donc pas ce qui m'a gêné ici, en revanche je suis d'accord pour dire que l'on s'ennuie quand même assez souvent. Plus les épisodes s'enchaînent, plus les défauts récurrents prennent de l'ampleur dans cette série. On tourne souvent en rond, la police oublie de poser des questions évidentes et si Thomas s'interroge sur ses compétences, franchement nous aussi ! Il faudra par exemple plus de deux semaines après la disparition de Sofia pour qu'il commence à se dire qu'il faudrait peut-être avertir et interroger son mari resté en Espagne. J'ai eu envie de le secouer un grand nombre de fois et c'est franchement frustrant. Je ne dirais pas pour autant que je n'ai pas aimé ma lecture mais elle ne m'a pas du tout passionnée et je l'ai d'ailleurs laissé traîner autant que son enquête..."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Même la fin est en-dessous du niveau habituel de l'auteur, on avait compris depuis bien longtemps certains des rouages que Pitt découvre devant le fait accompli et puis je dois dire que je suis bien moins indulgente que tous ces gens plein de grandeur d'âme et que pour moi, un meurtrier doit payer ses fautes."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes les chroniques sur Anne Perry ICI

    Et toutes celles sur la saga Pitt LA

    Catégories : Lire et Enquêter 0 commentaire
  • Quelque Chose de Pourri au Royaume d'Angleterre de Robin Cook

    Imprimer

    robin cook,quelque chose de pourri au royaume d'angleterre,dictature,1984

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Quelque Chose de Pourri au Royaume d'Angleterre ?

       "Il suffit généralement que le mot Angleterre figure dans le titre pour que je sois perdue. En voilà un nouvel exemple."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Richard Watt, ancien journaliste politique, a perdu son emploi après avoir ridiculisé le nouveau premier ministre Jobling aux tendances dictatoriales. Il s'est installé depuis en Italie avec sa compagne, regardant sombrer son pays de loin, à moins que Jobling n'est la rancoeur tenace..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "J'aime beaucoup ce genre de livre même si je suis à peu près sûre qu'il ne fait pas autant réfléchir le lecteur que ce qu'on pourrait penser. À mon avis, chacun y trouvera la confirmation de ce qu'il veut croire et passera à côté des indices qui tendent à prouver le contraire, moi y compris certainement. Malgré tout, dans cette époque d'incertitude, il n'est pas inintéressant de se pencher sur cette fiction des années 70, mais toujours tristement actuelle, dépeignant une Angleterre basculant dans le totalitarisme. Ce que j'ai regretté en revanche, ce sont les longueurs et les langueurs des cents premières pages durant lesquelles je me suis plutôt ennuyée. Mais passé ce cap, pas de doute, on peut difficilement abandonné le héros avant de savoir enfin à quelle sauce il sera mangé, même si plus l'histoire avance, plus l'impact est difficile à supporter pour moi."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "L'auteur nous explique que sans espoir, l'homme n'est rien, ce en quoi je suis on ne peut plus d'accord avec lui et du coup, franchement, je ne comprends pas bien cette fin qui me pousserait plutôt, finalement, à déconseiller cette lecture."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain... 

    Catégories : Lire et Imaginer 0 commentaire
  • L'Appel de Portobello Road de Jérôme Attal

    Imprimer

    jérôme attal,l'appel de portobello road,robert laffont

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec L'Appel de Portobello Road ?

       "Jérôme Attal est un peu le chouchou des filles du cercle Arion, les blogueuses qui ont la grande chance de recevoir les services presse de Robert Laffont, alors quand on nous propose son nouveau livre, il est difficile de résister."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Ethan reçoit un appel de ses parents au beau milieu de la nuit avec, en prime, un message pour sa soeur. Deux problèmes: ses parents sont morts et il n'a pas de soeur..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Comme toujours, avec cet auteur, on bascule rapidement dans l'absurde mais ses livres sont aussi plein de tendresse. Même si on s'amuse, qu'on croise des pom-pom girls tchèques et Amy Winehouse, il y a aussi derrière tout ça, le vrai mal être du héros, qui part en quête de quelqu'un sur qui veiller et pour compter inconditionnellement aussi. Il y a de la poésie derrière la folie. Personnellement, j'avoue que je reste plus friande d'histoires plus consistantes, autant en terme de réalité que du nombre de pages mais si vous n'avez jamais lu un livre de Jérôme Attal, un peu de loufoquerie ne peut pas vous faire de mal."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "C'est un peu abrupte comme fin mais nous laisse tout l'espace nécessaire à la rêverie..."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres de Jérôme Attal

    Catégories : Lire en Légèreté 0 commentaire