Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Books are my Wonderland - Page 2

  • I Want to Die but I Want to Eat Tteokbokki de Baek Sehee

    Imprimer
    • I Want to die but I want to eat tteokbokki, Baek Sehee, littérature coréenne, santé mentale, hanguk, passion corée du sud, Corée du Sud Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec I Want to Die but I want to Est Tteokbokki ?

       "Je crois que c'est l'un des livres venu de Corée du Sud dont on parle le plus, il me paraît donc difficile de passer à côté quand on s'y intéresse un tant soit peu. Alors quand je l'ai croisé à ma librairie anglaise, il n'y avait aucune chance que je résiste."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "L'autrice nous parle de sa santé mentale et nous relate un certain nombre de ses séances chez son psychiatre..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "J'aimerais rappeler qu'il ne s'agit pas d'un roman et si vous ne vous intéressez pas à la santé mentale, ce n'est pas fait pour vous, aucun doute là-dessus. Mais si comme moi, c'est le cas, je pense que vous devriez trouver cela passionnant. Il me semble que l'on peut tous s'y reconnaître à un moment ou à un autre, à condition d'avoir un peu de recul sur soi-même, ce qui est d'autant plus interessant et ouvre de nombreuses perspectives de réflexions. J'ai particulièrement apprécié  la totale honnêteté de l'autrice, même lorsqu'elle se montre sous son plus mauvais jour, même lorsqu'elle est pathétique, comme elle le dit elle-même, ce qui la rend touchante, humaine, accessible. J'étais un peu frustrée lorsque j'ai vu arriver la fin parce qu'il ne s'agit finalement que d'un tout petit morceau de vie, et de thérapie, mais l'épilogue ainsi que les quelques lignes écrites par le psychiatre (et la recette du tteokbokki) apportent la touche finale attendue. Finalement, j'aurais autant aimé que le livre s'arrête là, sans les petits textes bonus qui suivent et que je n'ai pas tous trouvés très interessants."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "C'est à peu près aussi bon pour votre santé mentale qu'une ou deux séances chez le psy et beaucoup moins cher alors pourquoi s'en priver ? Pour ma part, je suis impatiente de lire la suite (et j'ai presque envie de reprendre rendez-vous chez le psy)."

     

    PS/ Le livre est disponible en français mais l'éditeur a décidé de faire une traduction de la traduction anglaise... Vous êtes prévenus.

     

        Mlle Alice, merci, et à mercredi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques autour de la Corée du Sud ICI

    et toutes celles sur la littérature coréenne, par LÀ

     

    Alors, vous craquez pour "I Want to Die..." ?

  • Les Délices de Tokyo de Durian Sukegawa

    Imprimer
    • les délices de tokyo,littérature japonaise,feel good japonais,durian sukegawaMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Les Délices de Tokyo ?

       "Il m'a été vivement conseillé par Florine sur Instagram et lorsque j'ai craqué, je n'ai eu que des retours enthousiastes. Autant de raisons qui m'ont donnée envie de plonger sans attendre dans ce très court roman."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Sentarô s'ennuie derrière le comptoir de son stand de Dorayaki et réfléchit à sa vie qui n'est pas vraiment ce à quoi il s'attendait. Quand Tokue fait son apparition, il n'a pas du tout l'intention d'embaucher la vieille femme mais petit à petit, il se laisse convaincre de lui donner sa chance..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "C'est un très joli roman comme je les aime, doux, réconfortant, tout en proposant des pistes de réflexions sérieuses. Ici d'ailleurs, les différents héros n'ont pas eu une vie facile et c'est peut-être ce qui va les rassembler finalement. L'histoire de Tokue en particulier est extrêmement émouvante, dérangeante, désespérante même par certains aspects mais ce n'est pas du tout comme cela qu'elle souhaite nous la dépeindre. L'espoir n'est jamais loin, tout est une question de perspective. Et puis, ce que j'aime avec mes lectures asiatiques qui se déroulent dans une partie du monde que je connais si mal, c'est que j'y découvre des sujets dont je ne savais rien ou presque, comme ici, et que c'est à la fois passionnant et enrichissant. Bref, une jolie leçon de vie que je suis impatiente de redécouvrir à travers son adaptation."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "Bien sûr, j'ai versé ma petite larme, c'était inévitable mais la partie que j'ai préféré, ce sont les révélations sur le passé de Tokue, plutôt au milieu du roman. Du coup, sur la fin, il m'a manqué comme un petit quelque chose pour transformer cette lecture en coup de coeur."

     

        Mlle Alice, merci, et à samedi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques littérature japonaise ICI

     

    Alors, vous craquez pour "Les Délices de Tokyo" ?

    Catégories : Lire en Légèreté 0 commentaire
  • La Dame de la Lune de Grace James

    Imprimer
    • la dame de la lune, nouvelles japonaises, littérature japonaise, histoires merveilleusesMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec La Dame de la Lune ?

       "J'aime toute la collection des Histoires Merveilleuses, c'est une vraie réussite mais je voulais me limiter à quelques ouvrages choisis. Pour compléter ma collection, j'ai jeté mon dévolu sur celui-ci."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Recueillis par l'écrivaine et folkloriste britannique Grace James et illustrés par Warwick Goble, vingt-deux contes japonais différents nous sont proposés dans cet ouvrage..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "J'aurais certes préféré un recueil autour de la Corée mais j'ai trouvé cela très interessant d'en découvrir plus sur le Japon, un pays que je connais peu, d'autant que les folklores des deux pays présentent évidemment de nombreux points communs. C'était même plus interessant que ce à quoi je m'attendais, sachant que je n'aime lire des contes qu'à petite dose. J'en ai bien sûr aimé certains plus que d'autres, j'ai trouvé qu'il y avait parfois des répétitions et les thèmes abordés sont toujours un peu les mêmes mais cela nous en apprend beaucoup aussi sur la culture du pays. Et ce qui ressortait le plus d'ailleurs ici il me semble, c'est la cupidité des hommes et l'impossibilité de leur faire confiance...

       Mais le gros point fort de cet ouvrage, ce sont évidemment les illustrations, sublimes, une pour chaque conte, et la beauté générale de l'ouvrage. Une petite pépite."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "Ça me donne envie de découvrir l'autre ouvrage sur les contes japonais proposé dans cette collection, et bien d'autres titres encore, mais je vais tâcher d'être raisonnable pour une fois."

     

        Mlle Alice, merci, et à samedi prochain...

     

    Alors, vous craquez pour "La Dame de la Lune" ?

    Catégories : Lire des Classiques 0 commentaire