Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

nil

  • L'Irrésistible Histoire du Café Myrtille de Mary Simses

    Imprimer

    l'irrésistible histoire du café myrtille, Mary simses, Nil, Nil éditions, feelgood book

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec L'Irrésistible Histoire du Café Myrtille ?

       "Nous mais vous avez vu cette couv ? Et si ça ne vous suffit pas, jetez donc un coup d'oeil à l'histoire, elle n'est pas mal non plus !"

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Ellen, brillante avocate à New-York, se rend dans une petite ville du Maine pour tenir la promesse faite à sa grand-mère avant qu'elle ne meure : remettre une lettre à son amour de jeunesse. Mais en partant sur les traces du passé, à la rencontre de la jeune fille qu'était sa grand-mère, c'est sur elle-même qu'elle en apprendra le plus... "

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Dès la première page, on plonge dans le vif du sujet, et c'est le cas de le dire, puisqu'Ellen tombe dans la mer et est sauvée par un magnifique autochtone. Et bien sûr, elle est fiancée. Je ne veux pas vous en dire trop mais dans ce genre de livre, je ne crois pas extrapolée outre mesure en disant que l'on s'attend à ce que l'héroïne découvre un énorme défaut/secret chez son fiancé et finisse par se rendre compte que finalement elle est amoureuse de ce nouveau garçon sexy qu'elle a rencontré. Et figurez-vous qu'ici, ce n'est pas ce qu'il se passe. Ça m'a d'abord un peu déroutée je dois dire, puisque j'ai longtemps attendu quelque chose qui n'arrivait pas, mais finalement, l'auteur n'a pas choisi la facilité et nous offre une histoire plus proche de la réalité et des aléas de la vie et je lui tire mon chapeau pour ça. J'ai également aimé l'humour de l'auteur, le questionnement sur la vie en fil rouge de l'histoire, l'ambiance de cette petite ville, qui nous donne l'impression de prendre quelques jours de vacances au bord de la mer avec l'héroïne, ainsi que les passages sur la peinture et sur la photographie même si j'aurais aimé que ces deux sujets et leur impact sur les personnages soient plus approfondis."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "La fin n'apporte pas de grandes surprises et j'aurais aimé une conclusion légèrement différente mais tout est bien qui finit bien et c'est l'essentiel. C'est une lecture que je vous conseille volontiers, parfaite pour les longues heures d'été à paresser sur la plage ou à l'ombre d'un arbre centenaire..."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Catégories : Lire en Légèreté 4 commentaires
  • Miss You de Kate Eberlen

    Imprimer

    miss you, nil, kate eberleen, histoire d'amour

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Miss You ?

       "L'histoire du destin qui joue avec la vie de deux personnes qui sont faites pour être ensemble mais passent leur temps à se rater, ça ne vous tenterait pas vous ?"

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Gus et Tess se rencontrent l'été de leur bac lors de vacances en Italie mais, timides tous les deux, ils ne se diront que quelques mots. Durant les années qui suivront, ils ne cesseront de se croiser et de se rater, jusqu'au jour où, peut-être..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "La vie est souvent cruelle et ce premier rendez-vous manqué nous attriste sûrement plus que les personnages qui eux, ne se rendent compte de rien. Mais d'un autre côté, je crois au destin et aux choses qui n'arrivent pas sans raison et je me dit tout de suite que si Gus et Tess s'étaient aimés à dix-huit ans, ce n'aurait peut-être pas été pour la vie. C'est donc finalement avec plaisir, même parfois avec amusement, que l'on suit ces différents chassés croisés au fil des années où chacun grandit et apprend à mieux se connaître lui-même. Et nous aussi nous apprenons à les connaître et à les aimer, on s'attache beaucoup à eux et à chaque nouveau coup dur, qui ne manquent pas il faut dire, on attend avec un peu plus d'impatience le moment où enfin ils se reconnaîtront. J'ai trouvé malheureusement que ce dénouement arrive un peu tard, pas forcément dans le livre, mais après des péripéties dont je me serais bien passée et qui m'ont particulièrement déplues."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Dans ce genre d'histoire, on s'attend à une happy end et ici ce n'est pas forcément complètement le cas. Alors bien sûr, c'est plus réaliste, c'est la vie, et je suis sûre que certains apprécieront mais personnellement, ce n'est pas ce que j'attendais, surtout après toutes les épreuves déjà traversées par les héros. Ça reste malgré tout un livre bien écrit et bien sympathique à lire mais qui ne m'a pas mis autant de baume au coeur que ce que j'avais espéré."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Catégories : Lire en Légèreté 4 commentaires
  • La Voleuse de Robes de Natalie Meg Evans

    Imprimer

    la voleuse de robes,mode,haute couture natalie meg evans,nil

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec La Voleuse de Robes ?

       "Les noms de Haute-Couture égrenés sur la quatrième de couverture ont irrémédiablement attiré mon regard et j'ai eu la chance de recevoir cet ouvrage grâce aux éditions Nil."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Alors que la guerre civile fait rage en Espagne et que la Seconde Guerre Mondiale se profile, la jeune Alix ne rêve que de devenir couturière. Son ami Paul va l'aider à intégrer la célèbre maison Javier, à condition qu'elle vole les modèles de robes pour lui..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "D'une manière générale, j'ai apprécié ma lecture. Les sujets de guerre et de politique y sont abordés sérieusement sans apporter trop de lourdeur au récit et en bon équilibre avec la mode, l'art et la frivolité. J'ai adoré les descriptions de la vie parisienne des années 30, des tissus, des robes et des croquis... Et même si Alix est parfois extrêmement naïve et qu'on aimerait bien la secouer un peu, on s'attache facilement à elle. En revanche, j'ai trouvé qu'il y avait vraiment trop d'éléments et de sujets différents, on s'éparpille, ça part un peu dans tous les sens. On attend des réponses qui ne viennent pas ou se perdent dans le flot d'informations et les scènes importantes ne sont pas aussi marquantes qu'elles le devraient. L'amour, le sexe, la politique, la guerre, la religion, la peinture, la mode, la fin d'une époque, Paris, le meurtre, la paternité, la jalousie, les erreurs du passé... Rien que cette énumération est fatigante, alors tout un livre..."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Attendre 500 pages pour voir Alix être enfin heureuse et la quitter à Paris, en février 1939, elle qui est d'origine israélite, c'est quand même particulièrement cruel..."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain... 

    Catégories : Lire des Romans 2 commentaires