Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fin du monde

  • Le Roman de Jeanne de Lidia Yuknavitch

    Imprimer

    le roman de jeanne, jeanne d'arc, dystopie, fin du monde, denoël, Lidia Yuknavitch

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Le Roman de Jeanne ?

       "J'aime les dystopies, surtout celles qui ne se contentent pas d'effleurer la surface, qui voient plus loin, qui ont plus d'ambition que de simplement divertir le lecteur. C'est ce que celle-ci paraissait être avec, en prime, une couverture sublime et l'évocation de Jeanne d'Arc pour finir de me perdre."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Les humains, ou du moins ce qu'il en reste, vivent maintenant dans une structure en orbite autour d'une Terre qui n'est plus que cendres et désolation. Mais, avant de mourir, Christine veut graver sur sa peau l'histoire de Jeanne et démêler le mythe de la réalité autour de cette héroïne morte sur le bûcher..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Je sens que je vais avoir vraiment beaucoup de mal à vous parler de ce livre, comme j'ai eu beaucoup de mal à cerner cette histoire. J'ai lutté pour rentrer dedans, tentant d'appréhender ce nouvel univers qui nous est si peu expliqué, puis je me suis passionnée pour certains passages, et certains personnages, avant que les tours et détours ne me perdent de nouveau. J'ai adoré certains éléments, bien pensés mais mal amenés et mal exploités, bref, je n'ai cessé de me demander si oui ou non j'appréciais ma lecture ce qui, vous l'admettrez, et tout de même extrêmement déroutant. Pour moi, c'est un peu comme la Servante Écarlate (et attention, je sens que vous allez crier au scandale) : le livre recèle une infinité de bonnes idées et un énorme potentiel mais il ne s'agit pas là du produit fini malheureusement."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "J'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de confusion sur la fin. L'auteur reste en surface sur de nombreux sujets tout au long de son récit avec pour ambition, je pense, de faire planer le mystère sur cet univers étrange. En fait, ça manque juste de logique et de construction. Il y a des envolées lyriques, des leçons de vie, de philosophie et des réflexions poussées à leurs paroxysme. Tout cela donne l'impression que l'on a voulu donner à tout prix une dimension intellectuelle au récit tout en manquant complètement de subtilité et finit par déservir la dimension émotionnelle, pourtant indispensable à n'importe quel roman il me semble. Dernier espoir, l'adaptation !"

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Catégories : Lire et Imaginer 0 commentaire
  • U4 .Stéphane de Vincent Villeminot

    Imprimer

    u4,stéphane,vincent villeminot,quais du polar,syros nathan,fin du monde

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec U4 .Stéphane ?

       "C'est en épluchant la liste des auteurs présents aux Quais du Polar que je suis tombée sur ce roman. L'histoire est tentante mais le procédé encore plus. Quatre auteurs ont raconté dans quatre livres les mêmes évènements mais du point de vue d'un personnage différent."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "En quelques jours, un virus a décimé l'ensemble de la population mondiale, à l'exception des adolescents de 15 à 18 ans. Le père de Stéphane est médecin virologue et a été évacué en urgence. Sans nouvelle de lui, elle veut croire à tout prix qu'il est vivant et l'attend quelque part..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "L'idée de départ est interessante mais pas excessivement originale. Moi qui ne lit pas énormément de livres jeunesse, j'ai pourtant l'impression d'avoir déjà vu ça à plusieurs reprises. Malgré tout, ça fonctionne bien, avec une explication de l'âge des survivants cohérente et que l'on connait assez rapidement. J'ai aimé aussi que cela se passe dans différentes villes de France, ici Lyon, donnant de la réalité aux évènements. Après, je ne peux pas dire que j'ai toujours été passionnée par le récit et plusieurs choses m'ont agacées comme cette haine qui arrive d'un coup, un peu de nul part et monte trop vite. Il y aurait eu beaucoup plus de choses à creuser de ce côté-là à mon goût. De même, apprendre qu'une partie des épreuves vécues par les héros étaient inutiles ne m'a pas forcément donner envie de continuer ma lecture. J'ai quand même aimé l'héroïne, écorchée vive et touchante, dans laquelle je suis sûre que beaucoup d'adolescents se reconnaissent et je l'ai suivi jusqu'au bout de sa quête avec intérêt."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "La fin est pas mal si on décide de s'arrêter à cet opus parce qu'elle ne nous oblige pas justement à lire l'un des trois autres récits. Malgré tout, on sait qu'il manque quelque chose, que nous n'avons pas toutes les réponses, et je trouve que c'est fait intelligemment. Je pense véritablement que le livre prend tout son sens en jouant le jeu de lire au moins l'un des autres romans et même si je ne sais pas si je le ferai, j'applaudis la mise en oeuvre de ce procédé original et sa réussite.

       J'ajoute que j'ai rencontré l'auteur à Lyon donc et qu'il était extrêmement disponible et sympathique. J'ai aussi beaucoup aimé le fait qu'il nous livre sa playlist d'écriture à la fin du roman grâce à laquelle j'ai découvert le collectif Fauve que j'écoute maintenant en boucle..."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Catégories : Lire et Imaginer 0 commentaire