Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les Fantômes d'Eden de Patrick Bauwen

    Imprimer

    patrick bauwen,thriller,les fantômes d'eden

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Les Fantômes d'Eden ?

       "L'oeil de Cain et Monster ont été pour moi des chocs, des coups de coeurs, d'énormes surprises et je lis tellement de polars et de thrillers que ces choses-là se produisent rarement. Même si j'avais un peu moins aimé Seul à Savoir, je ne pouvais pas passer à côté de ce quatrième livre de Patrick Bauwen qui, en plus, est une suite de Monster."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Après les horribles accusations qui ont pesé sur lui par le passé, le docteur Paul Becker a plongé dans la dépression et l'obésité morbide. Mais alors qu'il s'était éloigné de tous pour reprendre sa vie en main, il est retrouvé mort et il est le seul à savoir qu'il s'agit d'un meurtre..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Tout d'abord, ne lisez pas la quatrième de couverture ! Elle vous gâchera l'effet des deux premiers chapitres qui sont à couper le souffle et vous plongent directement dans le feu de l'action. Après ça, difficile de lâcher le livre. Malheureusement, par la suite, le rythme ne tient pas le choc. Si l'histoire reste très intéressante, on traîne énormément en longueur. Sans compter les retours dans le passé, qui placent plus d'un tiers de l'action à l'adolescence du bon docteur et qui, personnellement, ne m'ont pas emballés. L'envie de savoir, pourtant, ne nous quitte jamais. Chaque étape de ce que va traverser et surmonter Paul Becker nous attache un peu plus à lui et à son destin mais ça fait quand même beaucoup pour un seul homme, surtout compte tenu de ce qu'il lui est déjà arrivé dans l'opus précédent ! En sautant quelques lignes, quelques passages et parfois même quelques pages, ça reste malgré tout un bon thriller avec des stratagèmes et des rebondissements efficaces, une ambiance et des personnages bien campés. En fait, je pense que ça ferait une super série télé."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "L'auteur m'avait habitué à m'époustoufler avec ses dernières pages. Ici c'est trop tordu, à la limite de la fiction, avec une scène finale too much et qui nous vole les retrouvailles que l'on a attendues tout au long des 700 et quelques pages... Bref, c'est jusqu'ici celui que j'ai le moins aimé des quatre et j'espère vraiment que les prochains romans de Patrick Bauwen sauront retrouver le même niveau que les deux premiers."

     

        Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres de Patrick Bauwen ICI

    Catégories : Lire et Enquêter 0 commentaire
  • Là où tu Iras j'Irai de Marie Vareille

    Imprimer

    là où tu iras j'irai, marie vareille

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Là où tu Iras J'Irai ?

       "J'ai reçu ce roman grâce à un concours Lune et Plume et j'en étais plus que ravie parce que j'ai envie de découvrir la plume de Marie Vareille, plébiscitée sur la blogosphère et fan de Jane Austen si je ne m'abuse, depuis longtemps déjà !"

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Isabelle a toujours voulu être actrice mais sa carrière ne décolle pas et quand son copain la quitte après qu'elle ait refusé de l'épouser, elle touche le fond. Alors quand une adolescente lui propose de la payer pour séduire son père, célèbre producteur, à cause de sa ressemblance avec sa femme défunte, difficile de dire non..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "C'est le cas typique, je suis sûre que vous connaissez : j'ai commencé ce roman avant d'aller me coucher, en me disant "juste un chapitre ou deux pour me mettre dans l'ambiance" et j'ai tourné la dernière page à trois heures du matin sans avoir vu le temps filer. Je pense que ça en dit long sur ce que j'ai pensé de ce roman. Alors bon, oui, j'ai trouvé l'héroïne parfois un peu trop caricaturale dans le côté idiot, la scène finale bien trop rocambolesque mais quand on prend tant de plaisir à lire un livre qu'on ne peut pas le lâcher avant la dernière page, c'est vraiment tout ce qui compte non ?"

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Pour vous dire ce que j'ai pensé de la fin, il faudrait que j'échange deux mots avec l'auteur parce qu'il y a une toute petite phrase que j'ai du mal à interpréter, ou plutôt que j'ai peur d'avoir bien interprétée. Et si c'est le cas, alors c'est la déconfiture totale !! Défendre tout au long du roman un point de vue courageux et qui m'a fait tellement de bien pour faire marche arrière au dernier moment, c'est juste tellement mais tellement décevant !"

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Catégories : Lire en Légèreté 4 commentaires
  • Toute la Vérité de Karen Cleveland

    Imprimer

    la bête noire, robert laffont, karen cleveland, toute la vérité, roman d'espionnage, cia

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Toute la Vérité ?

       "Un roman d'espionnage écrit par une ancienne analyste de la CIA, c'est quand même plutôt tentant, non ?"

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Vivian, maman de quatre enfants et analyste à la CIA s'apprête à faire une grande avancée dans son travail grâce à un algorithme qu'elle a créé. Mais parmi les photos d'agents dormants russes qu'elle pense avoir débusqués, elle tombe sur celle de son mari. Toute sa vie serait-elle donc basée sur un mensonge ?"

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Honnêtement, c'est un super roman, plein de rebondissements et de révélations à couper le souffle, avec quand même un petit air de déjà vu à la Blacklist. Il règne une telle tension qu'il est véritablement très difficile de le lâcher avant d'avoir le fin mot de l'histoire. Bien sûr, le fait que l'auteur ait elle-même travaillé pour la CIA ajoute une touche de réalisme à la fois excitante et effrayante (les agents dormants sont parmi nous !). Malgré tout, certaines choses me semblent un peu énorme et par dessus tout, j'ai eu du mal avec l'héroïne dont les actes sont parfois particulièrement stupides pour quelqu'un qui est censé travailler pour la plus redoutable agence de renseignement du Monde. Alors bien sûr, lorsque les sentiments entrent dans l'équation, lorsqu'il s'agit de sauver la vie de votre mari et de vos enfants, il est plus difficile d'être rationnel mais quand même. Dans tous les cas, j'ai du mal à croire qu'une femme puisse rester avec son mari en apprenant ce qu'elle apprend, et alors même que tout au long du roman elle se rappelle toutes les façons dont il l'a manipulée."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "J'ai vraiment aimé la fin et ses surprises que j'espérais plus que je les attendais mais je reste sur mon sentiment précédent malgré tout. Ça ne m'empêche pas pour autant d'être curieuse de ce qu'écrira Karen Cleveland à l'avenir et de vous recommander celui-ci sans hésiter."

     

        Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques de la Bête Noire ICI

    Catégories : Lire et Enquêter 0 commentaire