Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Un Chant d'Enfant de Raphaël Gérard

    Imprimer

    un chant d'enfant, Raphaël gérard, dystopie, roman jeunesse

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Un Chant d'Enfant ?

       "Une amie connaît le jeune auteur et, bien consciente de mon amour de la lecture, m'a gentiment offert le premier tome de cette trilogie."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Maëlle, petite fille Brune de huit ans, vit avec la marraine qu'on lui a attribué et passe ses journées dans la mine. Surveillée par les Blonds, elle travaille pour la Maison Princière dirigée par les Roux. Sa vie ne semble pas pouvoir dévier de cette trajectoire jusqu'au jour où d'étranges évènements vont commencer à se produire à chaque fois qu'elle chante."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Commençons par être honnête : quand le livre vous a été offert, que l'auteur est l'ami de votre amie, que l'éditeur ne vous dit absolument rien, que la couverture ne vous plait pas, vous n'attendez pas grand chose de votre lecture non ? Et bien, je peux dire que mes préjugés ont pris une bonne claque. Je me suis régalée. D'abord l'histoire est originale et très poétique en elle-même. Ses personnages sont attachants et si certains sont assez typiques de ce genre de romans, d'autres sont complètement inattendus et nous touchent profondément, comme la jeune Zoé. Enfin, nous suivons différents points de vue et à chaque fois que nous passons de l'un à l'autre, nous pouvons nous en rendre compte dès les premières lignes. Le vocabulaire, la façon de parler, la vision, tout s'adapte au personnage, démontrant un talent pour l'écriture chez ce jeune auteur que peu de ses condisciples, même très connus, possèdent. En bref, j'ai vraiment été bluffée. Malheureusement, il y a un gros "mais". Il y a un personnage un peu irréel qui fait de la poésie et de longs discours. Ce sont des chapitres complètement à part, qui n'apportent pas grand chose, et heureusement, parce que j'ai fini par ne plus les lire tellement ils sont barbants. Mais avec un bon éditeur et un tout petit peu de remaniement, ce roman pourrait vraiment faire son chemin."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Le deuxième petit bémol est sur la fin. Même si c'est une trilogie, j'aime bien quand chaque tome à une fin propre et ce n'est pas la cas ici mais ça ne m'empêchera pas de lire la suite."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Catégories : Lire et Imaginer 6 commentaires
  • Juste une Ombre de Karine Giebel

    Imprimer

    thriller,frisson,policier,juste une ombre,karine giebel

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Juste une Ombre ?

       "Cela faisait longtemps que j'entendais parler de Karine Giebel, nouvelle reine française du polar, notamment par mon amie Caroline qui a fini par me prêter ce livre avec ordre de le lire."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Cloé est en passe de tout réussir, de décrocher le poste de ses rêves, de s'installer avec l'homme idéal mais c'est le moment que choisit un inconnu pour commencer à la harceler. Sa vie tourne au cauchemar quand personne ne veut la croire et que son entourage préfère penser qu'elle devient folle..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "J'ai commencé ce livre et je n'ai réussi à la lâcher que trois heures plus tard, au prix d'un effort surhumain. On est tellement happé dans la tourmente qu'on ne peut pas laisser le mystère irrésolu. Pourtant, on met du temps à s'attacher à l'héroïne qui est quand même plutôt imbuvable mais ce qui lui arrive est tellement invraisemblable qu'on a envie de se battre avec elle. D'un autre côté, on suit également Alexandre Gomez, un flic, beaucoup plus accrocheur pour nos petits coeurs. J'ai vraiment aimé les deux pendants de l'histoire même s'ils mettent un peu trop de temps à se télescoper à mon goût. L'atmosphère malsaine est si bien dépeinte, si épaisse, que l'on est prêt nous aussi à évoluer dans ce flou artistique et à se laisser embrouiller l'esprit, quitte à passer sur certains détails qui sont pourtant un peu évidents et sur l'identité du harceleur qui saute quand même un peu aux yeux. En bref, j'étais prête à crier au génie, à sauter sur tous ses autres romans jusqu'à la terrible chute. Je ne peux pas vous en dire plus, vous me détesteriez mais il se passe quelque chose dans les derniers chapitres que j'ai du mal à pardonner à l'auteur. D'ailleurs, alors que je m'apprêtais à veiller tard pour finir d'un deuxième trait le roman, je l'ai instantanément refermé pour ne le rouvrir que deux jours plus tard, le temps de digérer..."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Bon, j'étais un peu fâchée avec l'auteur donc cette fois, je n'avais plus envie de passer sur les détails qui clochaient et j'ai été un peu agacée par ma lecture, sans parler du dernier chapitre qui, je trouve, va un peu loin. Mais voilà, c'était sans compter sur l'ultime page, l'ultime rebondissement, qui me donne envie d'applaudir Karine Giebel des deux mains (même si tout n'est pas pardonné, attention). Je vous ai perdu ? Vous ne savez plus quoi en penser ? Lisez-le."

     

        Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Catégories : Lire et Enquêter 2 commentaires
  • Deux Garçons Bien sous tous Rapports de William Corlett

    Imprimer

    pavillons poche, deux garçons bien sous tous rapports, william corlett, village anglais, homosexualité

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Deux Garçons Bien sous tous Rapports ?

       "Ce livre était dans ma wishlist depuis tellement longtemps qu'honnêtement je ne saurais plus vous dire ni pourquoi ni comment il avait atterri là. Mais quand j'ai vu que Pavillons Poche le réédité, j'ai sauté sur l'occasion."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Bless et Rich ont décidé de sauter le pas et de s'installer ensemble, choisissant pour cela une belle demeure à la campagne, dans le petit village de Bellingford. Mais Rich doit très vite repartir travailler et Bless se retrouve seul à affronter ses nouveaux voisins, pas tous ravis de leur arrivée..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Sa note sur différents sites internet n'est pas forcément très élevée et comme j'ai été plutôt déçue dernièrement par plusieurs lectures anglaises, je dois dire que je m'attendais presque à ce que ce soit de nouveau le cas. En réalité, je me suis régalée. Je me suis beaucoup amusée dans ce petit village anglais, tout chamboulé par l'arrivée de nouveaux venus qui ne sont autres que deux messieurs seuls, une façon polie de dire qu'ils sont en couple. Le personnage de Bless, jeune et un peu perdu, est aussi extrêmement attachant. Malheureusement, vers le milieu de l'histoire, on tombe vraiment dans l'exagération avec des rebondissements ridicules et rocambolesques qui, à mon sens, n'étaient pas du tout utiles. Mais il suffit de faire abstraction de quelques éléments pour passer un bon moments avec tout ce petit monde."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "J'ai aimé la fin même si là encore ça part un peu dans tous les sens. Si ça n'en est pas moins drôle, ça enlève un peu de force au propos et c'est quand même dommage parce que parler d'homosexualité avec humour reste essentiel aujourd'hui."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Catégories : Lire en Légèreté 2 commentaires