Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dumas

  • Le Roman Ivre d'Isabelle Stibbe

    Imprimer

    les passes-murailles, Robert laffont, isabelle stibbe, le roman ivre, les trois mousquetaires, dumas

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Le Roman Ivre ?

       "J'aime vraiment beaucoup cette collection des Passes-Murailles, autant son principe que ses réalisations. Il s'agit ici du cinquième opus et n'ayant eu qu'une seule déception au cours de mes quatre lectures précédentes, il m'a semblé que c'était une bonne raison de poursuivre ma découverte."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Un soir, en rentrant chez elle, Camille se fait agresser et se réveille dans les bras d'Athos, le héros des trois mousquetaires. Lorsqu'elle se retrouve enfin de nouveau dans son monde, son escapade ne lui semble pas moins réel pour autant et le phénomène va même se répéter..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Voilà donc ma deuxième déception. Il y a tellement de choses dans ce roman qu'il n'a plus ni queue ni tête. Nous avons l'histoire de Camille dans le présent, son métier d'avocate, son agression, son fiancé jaloux, puis Camille auprès d'Athos et suivant ses aventures et ça aurait été bien que ça s'arrête là. Malheureusement nous avons également des cours d'Histoire inutiles, des dialogues entre l'auteur et sa fille qui lit par-dessus son épaule, l'auteur qui s'adresse directement au lecteur... Non seulement aucun de ses éléments superflus ne m'a plus mais en plus, en si peu de pages, le récit principal se délite et se noie complètement au milieu du reste. Finalement, plus rien n'a d'importance et n'accroche l'intérêt du lecteur."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Le point positif c'est que les dernières lignes sont amusantes. Absurdes mais amusantes. En revanche, que l'auteur envisage que son héroïne épouse son fiancé après avoir ridiculisé ce personnage pendant tout le roman et nous avoir dépeint un homme d'une jalousie maladive, autant vous dire que ça m'a passablement énervée."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques de la collection Les Passe-Murailles ICI

    Catégories : Lire et Imaginer 1 commentaire
  • La Reine Margot d'Alexandre Dumas

    Imprimer

    la reine margot, alexandre dumas, dumas, rois de france, reine de navarre, les trois mousquetaires

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec La Reine Margot?

       "L'année dernière, il m'a été fait le grand honneur de devenir la marraine d'une merveilleuse petite Margot. Gardant un souvenir époustouflant de ma découverte d'Alexandre Dumas, je me suis dit que c'était l'occasion de lire ce classique de la littérature française!"

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "L'histoire, c'est l'Histoire de France. L'histoire du Roi et de la Reine de Navarre, l'histoire du massacre de la Saint-Barthélémy, de la grande Catherine de Médicis et de ses fils... Tout cela remanié et romancé par les soins d'Alexandre Dumas père. "

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Dès les premières pages, certains éléments me reviennent en mémoire et je me rends compte, non sans surprise, que j'ai déjà lu ce livre. Mais pourquoi alors est-ce que je n'en garde aucun souvenir alors même que la lecture des Trois Mousquetaires, du Vicomte de Bragelonne et de 20 ans après est inscrite au fer rouge dans ma mémoire? Au bout de 200 pages, je commence à entrevoir une réponse... Bien que tout les éléments d'un bon livre soient réunis, je n'arrive pas à me passionner pour cette histoire, et cela me chagrine beaucoup!"

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "De la même façon que cela avait commencé: malgré mon envie, impossible de me passionner pour ce livre. Il manque un ingrédient, je ne sais pas lequel, mais pour moi la magie de Dumas ne fut pas au rendez-vous cette fois-ci."

     

        Mlle Alice, merci, et à dimanche prochain...

    Catégories : Lire des Classiques 14 commentaires