Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

la bête noire

  • La Mort d'une Sirène de Rydahl & Kazinski

    Imprimer
    • la mort d'une sirène,la bête noire,robert laffont,rydahl & kazinski,thomas rydahl,a.j. kazinski,la petite sirène,thriller historiqueMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec La Mort d'une Sirène ?

       "Je suis déjà friande de thrillers et toujours attentive aux sorties de la Bête Noire mais quand, en plus, deux auteurs se proposent de réécrire le conte de la Petite Sirène, comment résister ?"

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Copenhague, 1934. Hans Christian Andersen est accusé du meurtre d'une prostituée. Grâce à ses relations, il réussit à être temporairement libéré mais il ne lui reste trois jours pour trouver le coupable et sauver sa propre vie..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Il faut être un génie pour réussir un roman avec un héros antipathique et ce n'est malheureusement pas le cas ici. Il est bien difficile de s'intéresser au destin de Hans Christian Andersen que l'on aimerait bien secouer un bon coup. Il est lâche, passe son temps à se plaindre et à dire ce qu'il ne faut pas... Heureusement, Molly, la soeur de la prostituée retrouvée morte, est bien plus interessante. Mais ce n'est pas le seul point négatif. Dès les premières pages, j'ai trouvé la plume volontairement crue et glauque et si j'ai attendu un moment que cela serve l'histoire, il m'a finalement fallu abandonner tout espoir. Enfin, que dire du rapport à la petite sirène... Il me semble particulièrement anecdotique et tiré par les cheveux. J'en attendais sûrement trop."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "J'ai été soulagée de tourner la dernière page. Les auteurs ont poussé le drame jusqu'au bout, sacrifiant le destin de leurs seuls personnages attachants et le moins que l'on puisse dire de cette histoire, et par-dessus tout de cette fin, c'est qu'Hans Christian Andersen n'en ressort pas grandi."

     

        Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques de la collection de la Bête Noire ICI

     

    Alors, vous craquez pour "La Mort d'une Sirène" ?

    Catégories : Lire et Enquêter 0 commentaire
  • Rendez-Vous avec la Ruse de Julia Chapman

    Imprimer
    • julia chapman,les détectives du yorkshire,rendez-vous avec la ruse,samson et delilah,policier anglais,la bête noireMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Rendez-Vous avec la Ruse ?

       "Samson et Delilah sont maintenant comme des amis, et même si j'ai quand même souvent envie de les secouer, je rêve de partir en vacances à Bruncliffe et de déguster une gourmandise à la Pâtisserie des Monts. Bref, il était plus que temps d'y replonger."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Entre nos deux héros, l'ambiance s'est clairement refroidie, mais la jeune femme, qui n'en fait toujours qu'à sa tête, s'immisce dans la dernière enquête en cours de Samson et s'invite à une partie de chasse qui ne pouvait que mal tourner..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Avant tout, je précise que j'ai, comme toujours, passé un super moment avec ce livre et avec ses personnages, même si ce n'est pas l'impression que je vais donner. Parce que oui, quand même, j'ai d'abord trouvé cette partie de chasse légèrement interminable, j'ai été agacée de schémas un peu trop récurrents à mon goût (Delilah n'écoute personne et c'est Samson qui est tenu pour responsable) et une nouvelle fois, j'ai désespéré de voir l'intrigue principale avancer. Pourtant, on a failli faire des pas de géant, mais failli seulement. Tout le monde fait très vite marche arrière et on se retrouve à la dernière page à peine plus avancé qu'à la première. Comme je l'ai dit, ça ne m'empêche pas d'aimer ma lecture mais j'ai la sensation, comme je l'ai souvent habituellement avec les romans jeunesse, que l'on fait beaucoup de remplissage pour pouvoir sortir un maximum de tomes et ça m'agace. Même la vie amoureuse d'Agatha Raisin avance plus vite que ça, c'est dire quand même !"

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "La fin, tout pareil, désolée. On repart encore une fois à reculons. Et puis, ces gens qui s'aiment mais qui se cachent absolument tout et ne s'appuient pas l'un sur l'autre quand ça ne va pas, j'ai quand même un peu de mal. J'espère vraiment que le prochain tome sera le bon parce que je commence à ne même plus avoir foi en Samson et Delilah."

     

        Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des aventures de Samson et Delilah ICI

    et toutes celles de la Bête Noire, par LÀ

     

    Alors, vous craquez pour "Rendez-Vous avec la Ruse" ?

  • Brutale de Jacques-Olivier Bosco

    Imprimer
    • la bête noire, brutale, Robert Laffont, thriller, policier, Jacques-Olivier BoscoMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Brutale ?

       "Je crois que j'ai ce livre sur ma liseuse depuis sa sortie mais comme je n'aime pas lire en numérique, je l'avais un petit peu oublié. Le confinement étant l'occasion de revoir ses exigences à la baisse, j'ai ressorti mon Kindle et je ne le regrette pas."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Lise Lartéguy n'est pas une flic comme les autres. Elle paraît borderline, impulsive et incontrôlable à ses coéquipiers et ses supérieurs, en réalité, elle est pire que ça..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Il y a beaucoup d'éléments que j'ai aimé dès les premières pages, qui nous plongent directement dans l'action, et par-dessus tout, l'héroïne avec son petit côté Dexter. En fait, le livre, c'est elle. D'ailleurs, le titre, c'est elle. L'intrigue finalement a moins d'importance, je me rends même compte en écrivant ces lignes que je ne la trouve pas transcendante mais que ça ne m'a pas du tout gênée. Non, ce qui nous importe c'est Lise, cette femme forte mais complètement malade, son parcours, ses pulsions. Et malgré toute sa noirceur, on l'aime vraiment, on ne peut s'empêcher d'avoir de l'empathie pour elle. J'ai adoré sa relation avec son frère, celle avec le Cramé aussi évidemment et puis les pistes d'explication. Malheureusement, j'aurais vraiment souhaité qu'elles conduisent à quelque chose, à une rédemption à défaut d'un changement ou d'une guérison qui paraît bien sûr impossible et c'est finalement le contraire qui se produit. Pour moi, c'est l'exemple même de l'auteur qui veut choquer, pousser le vice toujours plus loin et qui finit par en faire trop. Je l'ai ressenti également parfois dans l'écriture avec des mots crus totalement inutiles qui semblaient avoir été placé là après coup exprès, parce qu'on s'était soudain rappelé qu'on voulait faire dans le trash."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "La fin est à l'image de ce que je viens de dire et j'ai été vraiment déçue pour Lise. Je lis des polars pour la justice que l'on y trouve et qui nous donne l'illusion que l'univers s'équilibre et ce n'est pas du tout ce que j'ai ressenti ici."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres de la collection de la Bête Noire ICI

     

    Alors, vous craquez pour "Brutale" ?

    Catégories : Lire et Enquêter 3 commentaires