Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

la bête noire

  • L'Espion Français de Cédric Bannel

    Imprimer
    • l'espion francais, cédric bannel, la bête noire, Robert Laffont, DGSE, qomaandaan kandarMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec L'Espion Français ?

       "Une chose est certaine, ce n'est pas la couverture qui m'a donnée envie de lire ce livre ! Le titre et le résumé étaient déjà plus prometteurs mais c'est avant tout pour l'auteur que je ne voulais pas passer à côté de cette nouvelle parution de la Bête Noire."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Edgar est un agent noir de la DGSE, non officiel, non rémunéré et en cas de problème, inconnu de tous les services. On ne l'appelle que pour des missions extrêmes, pour 'effacer' des terroristes particulièrement dangereux et inatteignables. Mais cette fois, l'ordre concerne une femme..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Cédric Bannel est pour moi l'un des meilleurs auteurs de thriller actuel, et il est français ! Je suis donc toujours étonnée que l'on n'en entende pas plus parler. Personnellement, j'ai été soufflée par sa trilogie qui se déroule en Afghanistan et j'étais intriguée par ce qu'il pouvait faire dans un milieu différent. Sauf que nous voilà de retour à Kaboul aux côtés du Qomaandaan Kandar. Attention, ce n'est pas du tout une déception pour moi, au contraire, c'est juste que je ne comprends vraiment pas pourquoi l'éditeur ne le précise nul part. Bref, j'ai été une nouvelle fois fascinée par cet univers que nous connaissons si peu et si mal et que l'auteur semble maîtriser sur le bout des doigts. Ce livre est à la fois dépaysant et inquiétant. Il y a des éléments d'enquête bien sûr, d'espionnage, d'aventure et au centre de cela, Oussama, un personnage fort, incorruptible et ensorcelant. Je vous mets au défi de résister à son magnétisme."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "De façon absolument parfaite. Une fois de plus, tout y est. Je n'ai aucune critique, pas la moindre, pas la plus petite à propos de ce roman. Lisez-le, seul ou avec le reste de la série, c'est encore mieux, mais lisez-le."

     

        Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres de Cédric Bannel ICI

     

    Alors, vous craquez pour "L'Espion Français" ?

    Catégories : Lire et Enquêter 0 commentaire
  • Pietà de Daniel Cole

    Imprimer
    • pietà, Daniel cole, la bête noire, roman noir, thriller, Robert laffontMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Pietà ?

       "Même si elle était un petit peu inégale, je garde quand même un souvenir très marquant, de la saga Ragdoll, du même auteur, j'étais donc curieuse de découvrir son nouveau roman, qui mêle art et meurtres."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Le Sergent Chambers est appelé sur une scène de crime et découvre un corps dans une position plutôt étrange, celle du penseur de Rodin. Lorsque quelques jours plus tard, une mère et son fils sont retrouvés morts, imitant la Pietà, Chambers n'a plus de doutes, ils ont affaire à un tueur en série passionné d'art..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "C'est vraiment un roman très prenant, qui se lit bien, qui est même plutôt difficile à lâcher. Et plus on avance, plus on veut savoir bien sûr. Les personnages sont interessants, bien croqués avec toute une palette de fêlures. De ce côté-là, ce n'est pas forcément original mais peut-on vraiment poursuivre des tueurs en série et garder une santé mentale intacte ? Je ne suis pas sûre. L'originalité se situe ailleurs... D'abord, très vite, on connaît le tueur, ou du moins, la certitude des enquêteurs. L'intrigue se centre donc plutôt sur d'autres éléments :d'un côté, les raisons de ses crimes, sa personnalité, ses particularités et de l'autre, les questions essentielles, vont-il réussir à prouver que c'est lui, vont-ils pouvoir l'arrêter à temps ? Franchement, ça fonctionne plutôt bien même si plusieurs éléments auraient facilement supporté d'être approfondis."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "J'ai aimé la fin, la morale, l'ambivalence aussi qui était latente tout au long du roman, cette fine ligne entre le génie et la folie, entre la beauté et l'horreur. En revanche, côté enquête de police, sans en dire trop pour ne pas vous spoiler, ça reste un peu léger quand même."

     

        Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres de Daniel Cole ICI

    et toutes celles de la Bête Noire, par LÀ

     

    Alors, vous craquez pour "Pietà" ?

    Catégories : Lire et Enquêter 0 commentaire
  • La Mort d'une Sirène de Rydahl & Kazinski

    Imprimer
    • la mort d'une sirène,la bête noire,robert laffont,rydahl & kazinski,thomas rydahl,a.j. kazinski,la petite sirène,thriller historiqueMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec La Mort d'une Sirène ?

       "Je suis déjà friande de thrillers et toujours attentive aux sorties de la Bête Noire mais quand, en plus, deux auteurs se proposent de réécrire le conte de la Petite Sirène, comment résister ?"

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Copenhague, 1934. Hans Christian Andersen est accusé du meurtre d'une prostituée. Grâce à ses relations, il réussit à être temporairement libéré mais il ne lui reste trois jours pour trouver le coupable et sauver sa propre vie..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Il faut être un génie pour réussir un roman avec un héros antipathique et ce n'est malheureusement pas le cas ici. Il est bien difficile de s'intéresser au destin de Hans Christian Andersen que l'on aimerait bien secouer un bon coup. Il est lâche, passe son temps à se plaindre et à dire ce qu'il ne faut pas... Heureusement, Molly, la soeur de la prostituée retrouvée morte, est bien plus interessante. Mais ce n'est pas le seul point négatif. Dès les premières pages, j'ai trouvé la plume volontairement crue et glauque et si j'ai attendu un moment que cela serve l'histoire, il m'a finalement fallu abandonner tout espoir. Enfin, que dire du rapport à la petite sirène... Il me semble particulièrement anecdotique et tiré par les cheveux. J'en attendais sûrement trop."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "J'ai été soulagée de tourner la dernière page. Les auteurs ont poussé le drame jusqu'au bout, sacrifiant le destin de leurs seuls personnages attachants et le moins que l'on puisse dire de cette histoire, et par-dessus tout de cette fin, c'est qu'Hans Christian Andersen n'en ressort pas grandi."

     

        Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques de la collection de la Bête Noire ICI

     

    Alors, vous craquez pour "La Mort d'une Sirène" ?

    Catégories : Lire et Enquêter 0 commentaire