Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

gallmeister - Page 4

  • Le Diable en Personne de Peter Farris

    Imprimer
    • le diable en Personne, peter Farris, roman noir, littérature américaine, GallmeisterMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Le Diable en Personne ?

       "Peter Farris devait être présent aux Quais du Polar de Lyon 2020 et, dans l'espoir de le rencontrer, j'avais jeté mon dévolu sur ce titre. Évidemment, ça n'a pas été possible mais l'envie de découvrir cet auteur n'en est pas restée moins vive pour autant."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Maya va être exécutée, elle le sait, son corps jeté en pâture aux alligators par les sbires de son mac alors elle tente le tout pour le tout et fausse compagnie à ses ravisseurs. Et au bout de cette forêt perdue de Georgie du Sud, elle va trouver un allier inattendu, Leonard Moye, le diable en personne..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Ce roman est une réussite. Dès les premières lignes, le lecteur est plongé dans l'action et dans toute la misère de la vie de Maya. Au début, j'ai eu un peu peur que l'auteur en fasse trop. On sent qu'il a envie de nous choquer, qu'il cherche la bonne formule, celle qui restera gravée dans nos esprits mais ensuite, emportés par l'histoire, que ce soit lui qui en ait oublié d'alambiquer son style ou moi qui ne l'ai plus remarqué, toujours est-il que je n'ai plus lâché ce roman. La rencontre de ces deux âmes si différentes mais si malmenées par la vie est extrêmement touchante, pleine de pudeur, au milieu du chaos et des cadavres qui s'accumulent."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "La fin est sans grande surprise, il aurait difficilement pu en être autrement mais elle est juste, avec ce qu'il faut d'espoir pour la suite. Quant à moi, je lirai bien un autre roman de Peter Farris."

     

        Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres Gallmeister ICI

     

    Alors, vous craquez pour "Le Diable en Personne" ?

    Catégories : Lire et Enquêter 0 commentaire
  • Dark Tiger de William G. Tapply

    Imprimer
    • dark tiger,william g. tapply,stoney calhoun,littérature américaineicaine,pêche,maine,gallmeisterMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Dark Tiger ?

       "C'est le troisième et dernier tome d'une saga que j'avais bien aimé jusque-là et toujours dans l'objectif de terminer un maximum de mes séries en cours, j'avais commandé celui-ci en début d'année."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Alors que Stoney Calhoun mène sa vie paisiblement, l'homme au costume vient une nouvelle fois lui rendre visite et lui demande de partir enquêter sur deux meurtres sans en parler à personne..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "C'est le tome que j'ai préféré des trois et j'ai vraiment passé un chouette moment. D'abord parce qu'on change un peu de cadre, que l'on rencontre de nouvelles personnes et je me rends compte que c'est ce qui m'avait un peu gênée dans les précédents, ce désert humain autour de Stoney, ce manque de personnalités interessantes. La seconde raison est due, j'en ai peur, à l'absence de Kate avec laquelle je n'accroche décidément pas donc j'étais ravie d'en entendre si peu parler. Le côté enquête en revanche n'est pas le plus réussi dans ce roman, le coupable m'a semblé assez évident et la naïveté de Stoney un peu étonnante mais il y a quand même quelques surprises. Quant aux parties de pêche et à la personnalité du héros, elles ont toujours cet effet apaisant, qui nous donne envie nous aussi de parcourir les espaces sauvages du Maine."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "Avant de commencer la trilogie, je ne savais pas qu'elle n'avait pas réellement de conclusion, l'auteur étant mort avant de pouvoir mettre un point final à sa saga. Quand je l'ai appris, j'ai évidement été déçue et je craignais un peu ce que j'allais trouver dans ces dernières pages mais même si nous n'avons pas les réponses à toutes nos questions, loin s'en faut, cela n'a pas dérangé plus que ça en définitive et je ne regrette certainement pas d'avoir partagé un bout de chemin avec Stoney Calhoun."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres de William G. Tapply ICI

    et celles de Gallmeister LÀ

     

    Alors, vous craquez pour "Dark Tiger" ?

    Catégories : Lire et Enquêter 0 commentaire
  • Évasion de Benjamin Whitmer

    Imprimer
    • évasion, Benjamin Whitmer, littérature américaine, gallmeisterMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Évasion ?

       "Je suis très attentive aux sorties de la maison d'édition Gallmeister. Ses ouvrages ne correspondent pas à mes lectures habituelles mais les couvertures sont si sublimes que c'est l'occasion parfaite d'élargir mon horizon, non ? Et autant l'histoire que les bonnes critiques du nouveau roman de Benjamin Whitmer ont fini de me convaincre."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Dans une petite ville du Colorado, le soir du réveillon 1968, la sirène d'Old Lonesome retentit, signalant l'évasion de plusieurs prisonniers. Pour le directeur Jugg et ses hommes, la chasse est ouverte..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Les premières pages ont été légèrement ardues, le temps de comprendre qui est qui et parfois également de démêler tous les fils pour savoir qui parle et qui répond... Mais passé ce premier cap, je me suis laissée complètement emportée. La brutalité, la rudesse du contexte sont dépeints avec réalisme, sans apitoiement et sans sensationnalisme. On y croit d'autant plus que l'on sait pertinemment que les choses peuvent se passer ainsi aux États-Unis, avec une fracture sociale qui semble irréparable, un pays profondément meurtri et divisé. Les personnages sont tous écorchés et les pires ne sont pas forcément ceux que l'on croit. On se prend petit à petit d'affection pour les uns ou les autres, malgré leurs pêchés ou peut-être même à cause d'eux, et on commence à espérer... Et puis, sans prévenir, la haine nous submerge. Les émotions sont exacerbées et la tension est à son comble au fur et à mesure que les évadés sont "repris", au point de devoir retenir quelques larmes, ce qui ne m'arrive quasiment jamais au cours de mes lectures."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "J'ai également trouvé la fin très justement dosée, même si en éternelle optimiste, j'aurais aimé un petit plus de lumière, un petit peu plus de la rédemption promise par la préface de Pierre Lemaître. Et sans vouloir lancer de débat politique, j'aurais plus apprécié le message si je n'avais pas su que l'auteur est particulièrement pro-arme."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres Gallmeister ICI

     

    Alors, vous craquez pour "Évasion" ?

    Catégories : Lire et Enquêter 2 commentaires