Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

humour anglais

  • Trois Hommes dans un Bateau de Jerome K. Jerome

    Imprimer

    trois hommes dans un bateau, jerome k. jerome, les chefs d'oeuvre de la littérature jeunesse, robert laffont, humour anglais

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Trois Hommes dans un Bateau?

       "Trois Hommes dans un Bateau est un classique anglais dont j'avais beaucoup entendu parler, avec des avis assez mitigés d'ailleurs et que j'avais envie de découvrir. Ça tombe bien, il fait partie des romans présentés dans le très beau recueil de Robert Laffont: Les Chefs-d'Oeuvre de la Littérature de Jeunesse."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Le narrateur et deux de ses amis, complètement dénués de bon sens ou parfaitement idiots, c'est selon, décident de passer quelques jours de vacances sur la Tamise."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Nous revoilà non seulement dans l'humour anglais mais plus particulièrement dans l'absurde total avec une succession de gags mais pas de véritable histoire. Et autant j'adore l'humour anglais, autant j'ai plus de mal avec l'absurde et j'ai véritablement besoin d'une bonne histoire pour accrocher à un livre. Ici, je l'avoue, j'ai donc eu beaucoup de peine à faire avancer ma lecture. Je pense que c'est un livre qui a certainement de grandes qualités, à commencer par la plume de l'auteur, mais qui n'est définitivement pas pour moi. Il plaira sans aucun doute aux amateurs de Wodehouse et de son Jeeves, dont auraient bien besoin ces jeunestrois hommes dans un bateau,jerome k. jerome,les chefs d'oeuvre de la littérature jeunesse,robert laffont,humour anglais gens (pour ceux qui connaissent l'irremplaçable majordome).

    • Et comment cela s'est-il fini?

        "Je dois bien avouer que j'ai fini cette histoire avec soulagement et que j'ai même un peu triché en sautant plusieurs passages durant lesquels le héros digresse complètement sur des sujets plus ou mois intéressants." 

     

        Mlle Alice, merci, et à mercredi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des Chefs-d'Oeuvre de la Littérature de Jeunesse ICI

    et celle sur L'Inimitable Jeeves de P.G. Wodehouse LÀ.

  • So Shocking! d'Alan Bennett

    Imprimer

    so shoking,la reine des lectrices,alan bennett,humour anglais

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec So Shocking?

        "La Reine des Lectrices fait partie de mes coups de coeur 2011. Rien d'étonnant alors à ce que j'ai eu envie de découvrir d'autres romans d'Alan Bennett. Et lorsque j'ai vu celui-ci qui est vraiment un très joli petit livre, mon choix était fait!"

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

        "Mrs Donaldson a la cinquantaine lorsqu'elle décide de loger deux jeunes étudiants dans sa maison et tout à coup, sa vie monotone va devenir bien plus intéressante... Mrs Forbes quant à elle, est bernée par son fils qui lui cache son homosexualité..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

        "Déjà, je suis dépitée lorsque je me rends compte que se sont deux histoires complètement distinctes que celles de Mrs Donaldson et de Mrs Forbes. Se sont donc deux nouvelles qui sont présentées dans ce livre, à la suite l'une de l'autre. Et plus qu'une histoire avec un début et une fin, nous assistons plutôt, comme si nous épiions à travers le trou de la serrure, à deux tranches de vie de respectables dames anglaises. Même si l'humour est présent, j'ai tout de même du mal à voir l'interêt. Au final, on se sent plus voyeur que diverti!"

    • Et comment cela s'est-il fini?

        "J'ai une préférence pour la deuxième histoire mais je ne peux quand même pas dire que cela m'ait grandement interessée, c'est donc la déception qui domine lorsque je referme cet ouvrage. Retenterai-je la lecture d'un Alan Bennett? A moins que l'on ne m'en conseille un, je ne suis pas sûre."

     

        Mlle Alice, merci, et à dimanche prochain...