Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

le livre de poche

  • Red Queen de Victoria Aveyard

    Imprimer

    babelio,masse critique,red queen,le pouvoir est un jeu dangereux,dystopie,jeunesse,le livre de poche,victoria aveyard

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Red Queen, le pouvoir est un jeu dangereux ?

       "J'avais déjà vu passer les jolies couvertures de cette série et j'étais bien tentée mais avec les dystopies, j'ai toujours peur de tomber sur quelque chose de trop jeunesse et j'ai du mal à me laisser tenter. L'occasion s'est finalement présentée lorsque j'ai remporté ce titre à la dernière masse critique Babelio."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Mare Barrow est une Rouge, cela veut dire qu'elle est banale et que sa vie se déroulera au service des Argents, sûrement condamnée à mourir dans leur guerre sans fin. Mais si elle se découvrait un pouvoir aussi extraordinaire que ceux que détiennent les Argents, serait-elle alors capable de sauver les siens ou ne deviendrait-elle qu'un instrument de plus dans les mains de la famille royale ?"

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Red Queen est pour moi une bonne dystopie, qui se lit facilement mais qui souffre malgré tout de plusieurs points faibles. Tout d'abord, mélangez Hunger Games et, surtout, la Sélection est vous obtenez ce livre. Attention, je ne dis pas du tout que l'auteur a copié, c'est normal de retomber toujours sur le même genre d'éléments dans ce style d'histoires mais ayant lu et adoré les deux titres précédemment cités (et c'est pas de bol parce que j'en lis pas tant que ça dans ce domaine), celui-ci manquait pour moi de nouveauté et d'originalité. Si j'avais découvert le livre de Victoria Aveyard en premier, je l'aurais sûrement adoré. Malgré tout, il y a quand même encore quelque chose qui m'aurait agacée dans n'importe quel contexte et il s'agit de l'héroïne (oui, c'est ballot quand même). Cette fille dont tous les garçons tombent amoureux et qui tombe amoureuse de tous les garçons, pitié quoi ! Il en résulte, mais ce n'est sûrement pas la seule raison, un manque d'empathie cruelle pour Mare qui a heureusement été compensé chez moi par un autre personnage."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Attention, j'ai peur de vous spoiler donc ne lisez pas ceci si vous voulez découvrir cette série ! La fin amène un retournement de situation que je n'avais pas vu venir, sûrement parce que je suis un peu naïve. Cela paraît donc être une bonne nouvelle non ? Et bien non. Pour moi, l'auteur se tire une balle dans le pied en sacrifiant le seul personnage que j'ai apprécié pendant toute ma lecture et du coup, franchement, pas sûre du tout de lire la suite. Quant aux révélations sur qui est mort et qui ne l'est pas, honnêtement ça c'était gros comme une maison !"

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Catégories : Lire et Imaginer 0 commentaire
  • La Part des Flammes de Gaëlle Nohant

    Imprimer

    la part des flammes,gaëlle nohant,le livre de poche,salon du livre

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec La Part des Flammes ?

       "Non, ce n'est pas le bandeau "Downton Abbey à Paris" qui m'a poussé à acheter ce livre et ne vous y laissez pas prendre non plus, cela n'a absolument rien à voir. Si j'ai craqué c'est à la fois à cause du sujet qui me fascine, de ma rencontre avec l'auteur, très accessible, au salon du livre de Paris, et de ma faiblesse à résister à l'effet de groupe quand je suis avec mes copinautes blogueuses (oui Léo, Eliza et Titine, c'est un peu votre faute!)."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Le Bazar de la Charité est l'évènement mondain de la saison où se bouscule toute la noblesse et la haute-bourgeoisie de Paris, pressée de faire étalage de son grand coeur et de sa dernière toilette. Mais en ce jour de Mai 1897, le bâtiment va prendre feu et se consumer entièrement, faisant de nombreuses victimes et marquant à jamais les rescapés de la catastrophe..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "C'est une très belle histoire de femmes de caractère, fortes, déterminées et qui ne se laissent pas dicter leur comportement par la société. On prend tout de suite à coeur leurs destins respectifs et il est extrêmement difficile de lâcher le livre avant la dernière page. J'ai également été touché par différents personnages masculins, pour différentes raisons et ce, malgré le caractère antipathique de certains, ce qui pour moi est un signe particulièrement éloquent de la force de l'auteur. La palette des personnages rencontrés et des émotions traversées, entre petites mesquineries et blessures profondes de l'âme et de la chair, est large et passionnante. Une lecture plus que plaisante donc, dans le Paris de la fin du dix-neuvième siècle et autour de ce fait divers particulièrement macabre dont je suis toujours étonnée qu'il ne soit pas plus connu. Pour autant, je ne suis pas certaine que cette histoire me marquera durablement."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Une petite interrogation reste en suspens quant au déroulement des évènements historiques, ce que j'ai lu ici allant parfois à l'encontre de ce que j'avais pu lire auparavant. Je n'aurais pas été contre quelques éclaircissements."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Catégories : Lire des Romans 4 commentaires
  • Meurtre au Ritz de Michèle Barrière

    Imprimer

    michèle barrière,salon du livre,le livre de poche,meurtre au ritz,roman historique,l'affaire dreyfus,escalier

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Meurtre au Ritz?

       "Je me baladais sur le stand du Livre de Poche avec mes copinautes pour le Salon du Livre (raaa, les bons souvenirs), et Michèle Barrière était présente pour une dédicace. C'est elle qui nous a présenté ses livres et tellement bien je dois dire, que nous en avons pris un chacune, Miss Léo, Titine, Eliza et moi-même."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Le Ritz prépare son ouverture et Quentin Savoisy, filleul du grand chef Auguste Escoffier, rend visite à son parrain dans les cuisines du palace, lorsqu'ils trouvent le cadavre d'une jeune fille pendu dans l'une des chambres froides..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "J'ai beaucoup aimé le contexte historique. Ce sont des temps très troublés, l'histoire s'articule autour des anarchistes, de l'affaire Dreyfus et de l'antisémitisme montant. Tout cela est parfaitement dépeint par l'auteur avec de nombreuses anecdotes ancrant le récit dans la réalité. En revanche, c'est un peu au détriment de l'histoire et c'est de ce côté-là que j'ai éprouvé quelques petites déceptions. D'abord, la plongée dans l'univers du Ritz qui m'avait attirée est en fait très superficielle. Il y a des touches d'humour qui allègent le récit mais aussi quelques incohérences. Et surtout, aucun des personnages du roman n'est attachant, et surtout pas le "héros". Il a beau reconnaître lui-même sa lâcheté et sa fainéantise, cela ne nous le fait pas apprécier plus, ni lui, ni sa fiancée entêtée, ni le policier qui joue les imbéciles, ni même Ritz ou Escoffier. Le chien et la bonne sont peut-être les plus sympathiques, c'est un peu court tout de même."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Les deux derniers chapitres qui accélèrent enfin l'action sont bien plus intéressants même si finalement tout cela n'aura pas servi à grand chose. Enfin, dernière petite déception avant de refermer le livre: l'auteur nous avait beaucoup vanté le côté culinaire, précisant que les recettes des plats évoqués se retrouvaient dans les dernières pages. Effectivement, de merveilleux plats nous sont décrits et nous font saliver tout au long du récit et je me demandais à chaque fois lequel de ses mets succulents je pourrai tester dans ma cuisine! Alors quelle déception ce fut de découvrir que les fameuses recettes ne me proposaient rien de plus élaborer que l'aïoli, la crème pâtissière ou encore la pêche melba..."

     

        Mlle Alice, merci, et à mercredi prochain...

    Catégories : Lire et Enquêter 6 commentaires