Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

littérature américaine

  • Casco Bay de William G. Tapply

    Imprimer
    • casco bay, william g. tapply, gallmeister, littérature américaine, polar, Maine, exploratology, Stoney CalhounMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Casco Bay ?

       "J'avais reçu le premier tome de cette série grâce à un bon cadeau chez Exploratology et je l'avais essentiellement choisi parce qu'il s'agit d'une édition Gallmeister et que je les trouve tous magnifiques. La rencontre avec Stoney Calhoun avait été agréable et je voulais connaître la suite de ses aventures."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Stoney emmène un nouveau client pour une partie de pêche. Celui-là, il l'aime bien, il le sent tout de suite. Alors quand il insiste pour s'arrêter sur une des îles de la baie, le guide de pêche s'exécute et le dépose sur Quarantine Island. Il lui raconte même le sombre passé de ses bâtiments en ruine. Mais quand les deux hommes tombent sur un cadavre calciné, le passé ne semble plus si lointain..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "J'ai retrouvé avec plaisir les personnages principaux de l'histoire et l'ambiance particulière du roman. Pour autant, j'avoue que j'ai laissé traîner cette lecture. Une fois le roman reposé, je ne peux pas dire que son histoire me suivait partout. Puis finalement, je m'y suis remise, vraiment, en prenant le temps. Et je crois que c'est là tout le secret. C'est un roman à qui il faut laisser le temps, qu'il ne faut pas engloutir mais savourer. C'est un roman à lire au bord d'une rivière, en harmonie avec la nature. Je suis bien contente d'avoir persévéré finalement et j'ai apprécie l'évolution de Stoney, maintenant officiellement adjoint du shérif, et l'apport de nouveaux personnages interessants comme le médecin légiste par exemple. J'ai un peu de mal à voir comment tout va réussir à se démêler dans un seul et unique dernier tome mais finalement, j'ai hâte de le découvrir."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "J'ai vraiment aimé cette lecture, à n'en pas douter. En revanche, c'est vrai que je ne serais pas contre des meurtres plus simples, moins grandiloquents, en série et alambiqués, plus dans l'esprit du reste du livre. Mais c'est tout de même bien amené et bien résolu et cela reste l'essentiel."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez ma chronique du tome précédent, Dérive Sanglante, ICI

    et celles des livres aux éditions Gallmeister LÀ.

     

    Alors, vous craquez pour "Casco Bay" ?

    Catégories : Lire et Enquêter 0 commentaire
  • Un Moindre Mal de Joe Flanagan

    Imprimer

    un moindre mal, Joe Flanagan, gallmeister, littérature américaine, cape cod, roman policier

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Un Moindre Mal ?

       "Avoir enfin exterminé ma PAL, c'est aussi retrouver le plaisir simple de flâner dans une librairie et de choisir un livre au hasard, dont je n'ai jamais entendu parler, juste parce qu'il m'appelle. Et les Gallmeister, avec leurs sublimes couvertures, s'y prêtent quand même particulièrement bien."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "En 1957, les meurtres d'enfants commencent à se multiplier dans la péninsule de Cape Cod et le procureur décide de faire appel à la police d'état. Mais les méthodes des flics de Boston sont plus que douteuses et le lieutenant Warren refuse de lâcher l'enquête, au risque de tout perdre...

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Avec le temps, j'apprécie de plus en plus la littérature américaine et les romans policiers qui se déploient avec lenteur et minutie. C'est ici le cas, la toile complexe des évènements se tisse petit à petit, un pas après l'autre, rendant le tableau toujours plus noir. L'écriture de Joe Flanagan est pleine de finesse, tout comme ses personnages, bien campés, bien nuancés et donc certains sont extrêmement touchants de part leur sincérité comme le père Boyle ou le lieutenant Warren. L'homme droit et honnête qui lutte contre tous, contre les passe-droits, contre la corruption et contre la malhonnêteté, ce n'est peut-être pas d'une grande originalité mais ça fonctionne toujours et c'est ici particulièrement bien fait. Mon seul regret, c'est que l'époque n'est pas vraiment très marquée. Honnêtement, l'enquête pourrait être transposée aujourd'hui quasiment à l'identique et c'est un petit peu dommage."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "Dans les dernières pages, le rythme s'accélère tout à coup et c'est un peu déroutant toute cette tension soudaine, ces dangers imminents et ces coups de feu dans tous les sens puis le calme revient petit à petit, en défaisant chaque noeud de l'intrigue avec soin. J'ai adoré chacun des éléments de cette conclusion, même si certains sont peut-être un petit peu trop "miraculeux" mais tant pis, je reste en revanche un tout petit peu frustrée sur quelques réponses restées en suspens et j'espère de tout coeur qu'il y aura une suite..."

     

        Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres Gallmeister ICI

     

    Alors, vous craquez pour "Un Moindre Mal" ?

    Catégories : Lire et Enquêter 0 commentaire
  • La Femme de Marbre de Louisa May Alcott

    Imprimer

    la femme de marbre, Louisa May Alcott, finitude, littérature américaine, roman feuilleton

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec La Femme de Marbre ?

       "De temps en temps, j'ai la chance de recevoir un roman en provenance des Éditions Finiude, sélectionné en rapport avec mon goût pour Jane Austen il me semble, et ce fut dernièrement le cas de celui-ci, un inédit de Louisa May Alcott."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Cecil, jeune orpheline sans ressource, va se voir confiée aux bons soins du sculpteur Bazil Yorke. Mais pour lui plaire, elle va s'efforcer de ressembler chaque jour un peu plus à l'une de ses précieuses statues, au risque de se perdre elle-même..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "J'avoue que je m'attendais à ne pas vraiment être emballée par cette histoire. Je ne sais pas pourquoi, à cause de la couverture peut-être, ou du fait que je ne suis pas une grande fan des Quatre filles du Docteur March, bien trop triste pour moi. J'imaginais quelque chose d'un peu plombant pour le moral je crois mais la préface nous fait découvrir une autre facette de l'auteur, qui écrivait des romans feuilletons pour un quotidien de Boston dans le plus complet anonymat. Disons c'est que c'est un peu la check-lit du classique en quelque sorte. Déjà, je suis plus intriguée. Et des les premières pages, je suis agréablement surprise. L'écriture est simple et agréable, le roman se lit facilement d'une traite et les personnages nous happent dans leurs intrigues. J'ai, plusieurs fois, eu une pensée pour Catherine Morland et les romans gothiques qu'elle aime dévorer sous les draps. Ici aussi, nous avons une bonne dose de mystère et de romantisme, d'élan et de frayeur. C'est un roman qu'il faut lire avec un peu de recul et d'humour aujourd'hui je pense."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "Je pense que ce roman ne me marquera pas forcément mais je suis heureuse d'avoir pu le découvrir et comme toujours, le travail d'édition et de traduction de Finitude confine à la perfection. Le seul bémol dans toute cette histoire est que l'on flirte un peu trop souvent avec l'idée de l'inceste à mon goût, même si les codes de l'époque étaient bien différents."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

     

    Alors, vous craquez pour "La Femme de Marbre" ?

    Catégories : Lire des Classiques 0 commentaire