Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

londres

  • Sans Forme de Gail Carriger

    Imprimer

    sans âme,gail carriger,le protectorat de l'ombrelle,loup-garou,vampire,alexia tarabotti,époque victorienne,londrès

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Sans Âme ?

       "Même si le premier volume n'avait pas été un coup de coeur, je n'avais pas envie d'abandonner cette série et la suite était dans ma wishlist depuis un petit moment. Jusqu'à ce que l'adorable Lili est la gentillesse de me l'offrir."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Un phénomène étrange s'est abattu sur Londres, une humanisation massive exorcise les fantômes et rend aux vampires et aux loups-garou leur forme mortelle. Alexia, maintenant Lady Maccon, se doit d'enquêter..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "J'ai retrouvé Alexia avec grand plaisir. Ce personnage de femme forte et indépendante à l'époque victorienne n'est pas des plus habituels et c'est pour cela qu'on l'aime tant. Sans compter le couple qu'elle forme avec son mari ! Elle n'a rien perdu ici de sa folie et de ses bizarreries et l'humour est toujours l'atout majeur de cette série. J'ai donc une nouvelle fois dévoré ce tome et je l'ai même préféré au précédent. Et si, une fois encore, on se demande comment Lady Maccon n'a pas compris certaines choses plus tôt, le mystère se marie bien au reste de l'histoire. On découvre ici de nouvelles technologies, une partie du passé de Lord Maccon et on voyage jusqu'en Écosse. Bref, on ne s'ennuie pas une seconde. Sans oublier que tous les personnages secondaires sont vraiment intéressants, chacun à leur manière, que se soit l'amie idiote d'Alexia, sa soeur perfide ou l'inventrice française..."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "La fin est vraiment cruelle, pour l'héroïne comme pour le lecteur et  je ne vais vraiment pas me faire prier pour lire la suite au plus vite."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques sur les aventures d'Alexia Tarabotti ICI

    Catégories : Lire et Imaginer 0 commentaire
  • La Disparue d'Angel Court d'Anne Perry

    Imprimer

    la disparue d'angel court, anne perry, saga pitt, charlotte pitt, londres, enquête

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec La Disparue d'Angel Court?

       "C'est toujours avec plaisir et impatience que je retrouve le nouvel opus des aventures du couple Pitt, même si j'en suis moins friande depuis que Thomas est à la Special Branch."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Une jeune espagnole, prônant des idées religieuses qui scandalisent autour d'elle, vient passer quelques jours en Angleterre. Ayant reçue des menaces de mort et le climat politique étant extrêmement tendu avec l'Espagne, Pitt est chargé d'assurer sa protection. Mais il ne prend pas cela très au sérieux et elle est enlevée sous son nez... "

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "J'ai lu plusieurs critiques négatives de ce livre au moment de sa sortie, notamment parce qu'il y a de nombreuses interrogations autour de la religion. Qu'un livre me pousse à me questionner, sur n'importe quel sujet, y compris la religion, cela est loin de me déplaire, ce n'est donc pas ce qui m'a gêné ici, en revanche je suis d'accord pour dire que l'on s'ennuie quand même assez souvent. Plus les épisodes s'enchaînent, plus les défauts récurrents prennent de l'ampleur dans cette série. On tourne souvent en rond, la police oublie de poser des questions évidentes et si Thomas s'interroge sur ses compétences, franchement nous aussi ! Il faudra par exemple plus de deux semaines après la disparition de Sofia pour qu'il commence à se dire qu'il faudrait peut-être avertir et interroger son mari resté en Espagne. J'ai eu envie de le secouer un grand nombre de fois et c'est franchement frustrant. Je ne dirais pas pour autant que je n'ai pas aimé ma lecture mais elle ne m'a pas du tout passionnée et je l'ai d'ailleurs laissé traîner autant que son enquête..."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Même la fin est en-dessous du niveau habituel de l'auteur, on avait compris depuis bien longtemps certains des rouages que Pitt découvre devant le fait accompli et puis je dois dire que je suis bien moins indulgente que tous ces gens plein de grandeur d'âme et que pour moi, un meurtrier doit payer ses fautes."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes les chroniques sur Anne Perry ICI

    Et toutes celles sur la saga Pitt LA

    Catégories : Lire et Enquêter 0 commentaire
  • Freddie Friday d'Eva Rice

    Imprimer

    eva rice, londres, années soixante, danse, freddie friday

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Freddie Friday ?

       "Bizarrement, bien que j'ai aimé l'Amour comme par Hasard du même auteur, je n'avais pas fait attention à ses nouvelles parutions. Je remercie donc particulièrement les éditions BakerStreet de m'avoir proposé cette lecture."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Marnie est une élève modèle et un génie des maths même si à la fin des années 60, les hommes qui l'entourent n'en voient pas l'intérêt. Mais le jour où elle obtient 20/20 à son examen, elle décide de se lâcher un peu et de fêter ça avec son amie Rachel sans se douter que les conséquences seront terribles."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Dès les premières lignes, je me suis souvenue de ce qui m'avait déjà plu dans la plume de l'auteur: l'humour, le rythme... Ce texte, c'est comme une musique et ce n'est pas étonnant quand on sait que c'est l'autre passion d'Eva Rice qui baigne dedans depuis sa plus tendre enfance. J'ai tout de suite aimé Marnie et je n'ai plus voulu lâcher le roman avant d'y lire le mot FIN. Tout sonne juste pour moi, la danse, l'adolescence, les peurs et les complexes des gens, tous ces personnages hauts en couleurs, et ces lionnes... Comme Marnie, on se demande à chaque instant ce que pense et cache Freddie Friday et l'on se souvient avec nostalgie de l'incertitude des premiers amours. C'est frais et c'est émouvant à la fois. C'est une partition très réussie il me semble."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "J'ai aimé jusqu'à la dernière ligne de ce roman mais je regrette vraiment que l'épilogue ne parle que de Miss Crewe et ne nous dise rien de ce que deviennent ceux qui nous intéressent le plus, à savoir Marnie et Freddie."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques sur Eva Rice ICI.

    Catégories : Lire en Légèreté 0 commentaire