Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pavillons poche

  • Deux Garçons Bien sous tous Rapports de William Corlett

    Imprimer

    pavillons poche, deux garçons bien sous tous rapports, william corlett, village anglais, homosexualité

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Deux Garçons Bien sous tous Rapports ?

       "Ce livre était dans ma wishlist depuis tellement longtemps qu'honnêtement je ne saurais plus vous dire ni pourquoi ni comment il avait atterri là. Mais quand j'ai vu que Pavillons Poche le réédité, j'ai sauté sur l'occasion."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Bless et Rich ont décidé de sauter le pas et de s'installer ensemble, choisissant pour cela une belle demeure à la campagne, dans le petit village de Bellingford. Mais Rich doit très vite repartir travailler et Bless se retrouve seul à affronter ses nouveaux voisins, pas tous ravis de leur arrivée..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Sa note sur différents sites internet n'est pas forcément très élevée et comme j'ai été plutôt déçue dernièrement par plusieurs lectures anglaises, je dois dire que je m'attendais presque à ce que ce soit de nouveau le cas. En réalité, je me suis régalée. Je me suis beaucoup amusée dans ce petit village anglais, tout chamboulé par l'arrivée de nouveaux venus qui ne sont autres que deux messieurs seuls, une façon polie de dire qu'ils sont en couple. Le personnage de Bless, jeune et un peu perdu, est aussi extrêmement attachant. Malheureusement, vers le milieu de l'histoire, on tombe vraiment dans l'exagération avec des rebondissements ridicules et rocambolesques qui, à mon sens, n'étaient pas du tout utiles. Mais il suffit de faire abstraction de quelques éléments pour passer un bon moments avec tout ce petit monde."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "J'ai aimé la fin même si là encore ça part un peu dans tous les sens. Si ça n'en est pas moins drôle, ça enlève un peu de force au propos et c'est quand même dommage parce que parler d'homosexualité avec humour reste essentiel aujourd'hui."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Catégories : Lire en Légèreté 2 commentaires
  • Une Poignée de Cendres d'Evelyn Waugh

    Imprimer

    une poignée de cendres, evelyn waugh, pavillons poche, robert laffont

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Une Poignée de Cendres ?

       "Encore l'un de ses auteurs incontournables que Pavillons Poche rééditent joliment et que je voulais découvrir depuis longtemps."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Tony et Brenda Last forment un couple charmant que tout le monde envie. Seulement voilà, Brenda commence à s'ennuyer à la campagne et décide de multiplier les séjours à Londres pour sortir et s'amuser avec son nouvel amant pendant que son fils et son mari l'attendent avec impatience..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "La quatrième de couverture parle de "cruauté indicible, en même temps que d'une folle drôlerie". Si j'ai bien perçu le premier, je cherche encore le second. À moins que le lecteur ne soit censé rire du malheur du personnage principal, ce qui, j'en ai bien peur, est bien le propos. Personnellement, m'amuser des déboires d'un mari trompé par une femme égoïste et insensible, simplement parce qu'il est trop amoureux et trop naïf pour voir ce qui se passe sous son nez mais aussi parce qu'il est noble et que donc, il l'a sûrement mérité, très peu pour moi. Il y a un côté absurde qui aurait pu effectivement être amusant si ce n'était pas toujours au dépend de la même personne, une fois encore. Si se moquer des anciennes valeurs édouardiennes pouvait sûrement paraître comique dans les années 30, je crois que l'état de notre société actuelle nous pousse plutôt à regretter qu'il ne reste pas plus de traces d'un certain niveau de moral."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "L'auteur propose deux fins différentes, ce qui est original, mais aucune des deux ne m'a plue, toujours pour les mêmes raisons, qui n'ont rien à voir avec les talents d'écriture d'Evelyn Waugh évidemment."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Catégories : Lire des Romans 2 commentaires
  • Avec Vue sur l'Arno d'E.M. Forster

    Imprimer

    avec vue sur l'arno,e.m. forster,classique,pavillons poche,robert laffont,chambre avec vue

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Avec Vue sur l'Arno ?

       "Pavillons poche réédite régulièrement, sous une forme élégante, des classiques et des incontournables auxquels je vous conseille vivement de jeter un oeil. Vous ne pourrez manquer de trouver une pépite que vous aviez toujours eu envie de lire ou un auteur que vous projetiez de découvrir depuis longtemps..."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Lucy découvre Florence accompagnée de sa cousine, Miss Bartlett, en guise de chaperon. Dès leur arrivée surgit la première déception, leurs chambres, qui devaient donner sur l'Arno, sont situées côté cour, sans aucune vue. Mr Emerson et son fils, logeant dans la même pension, proposent alors d'échanger leurs chambres avec ses dames, provoquant des réactions diverses et des conséquences inattendues..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Si ce classique du genre a été écrit une centaine d'année après les romans si modernes de Jane Austen, il semble pourtant avoir au moins cent ans de plus. J'ai donc eu du mal, je l'avoue, à rentrer dans l'histoire, à ne pas trouver l'héroïne un peu idiote et la plume un peu trop pleine de fioritures : "De délicates bouffées sentimentales parfumaient ses remarques discontinues, leur conférant une beauté un peu étrange comme dans un bois délabré d'automne surgissent parfois des odeurs évocatrices du printemps." Vous voyez ce que je veux dire ? Heureusement, le roman est court et surtout plein d'humour. J'ai donc continué et ne l'ai pas regretté, la seconde partie étant bien plus fluide et agréable que la première et nous offrant enfin l'occasion de nous inquiéter rééllement pour Lucy et pour son avenir."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Je suis contente d'avoir enfin découvert ce récit bien connu dont j'ai beaucoup apprécié l'humour. Malgré tout, j'ai trouvé quelques éléments de la fin un peu dur pour la jeune Lucy dont les erreurs résultent plus de son éducation et de son entourage selon moi, que de sa propre volonté."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Catégories : Lire des Classiques 4 commentaires