Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pocket

  • Ni Chaud Ni Froid de Minette Walters

    Imprimer

    ni chaud ni froid,minette walters,pocket,policier anglais,village anglais

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Ni Chaud Ni Froid?

       "J'ai découvert Minette Walters l'année dernière et j'avais bien envie de continuer ma découverte. J'ai trouvé celui-ci à l'occasion d'une petite virée parisienne et d'une excursion chez Book Off avec mes copines Emjy et Titine (et j'ajouterais même que Titine m'a menacée pour que j'achète des livres!!!)."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Siobahn vit dans une petite ville d'Angleterre avec son mari et ses enfants. Bien qu'elle soit irlandaise, ses voisins la tolèrent parce qu'elle est riche et éduquée. Mais quand une vieille dame fortunée va se faire assassiner, tous vous accuser la seule autre famille irlandaise du coin, et pauvre de surcroit. Devant cette condamnation sans procès, Siobhan va se sentir obligée de défendre ses compatriotes. A tort ou à raison?"

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Ce livre est très court et se lit en une soirée. L'enquête n'est pas inintéressante mais reste assez superficielle en si peu de pages. Ce qui est extrêmement intéressant en revanche, c'est la vie dans ce petit village anglais et l'extraordinaire racisme de ces anglais envers les irlandais. J'avoue que c'est un sujet plutôt inédit pour moi et que j'en suis restée bouche bée. Ajoutez à ça les préjugés, les mesquineries et les secrets inhérents à la condition humaine et vous avez quand même de quoi occuper votre lecture..."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Bon, une fois encore, ce n'est pas la découverte du siècle pour moi et je n'ai pas encore eu de coup de coeur avec cet auteur. Mais malgré tout, j'aime sa plume et l'ambiance de ses romans et je ne serais pas contre en lire quelques autres."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

     Retrouvez ma chronique de Chambre Froide de Minette Walters ICI

    Catégories : Lire et Enquêter 4 commentaires
  • Train d'Enfer pour Ange Rouge de Franck Thilliez

    Imprimer

    train d'enfer pour ange rouge,franck thilliez,thriller,pocket

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Train d'Enfer pour Ange Rouge?

       "J'ai reçu ce livre lors d'un concours mais je dois dire que Franck Thilliez faisait de toutes façons partie des auteurs que j'avais très envie de découvrir, sachant qu'on le compare régulièrement à Maxime Chattam."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Franck Sharko, flic au bout du rouleau dont la femme a disparu depuis plus de six mois, est appelé sur un crime atroce qui va l'attirer dans les profondeurs de la noirceur humaine et au bout de ses propres limites."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "J'ai eu beaucoup de mal dès les premières lignes avec l'écriture de Franck Thilliez. Toutes les dix lignes, il nous gratifie d'une métaphore des plus lyriques et d'une lourdeur extrême, qui n'a vraiment rien à faire dans un thriller. En toute honnêteté, j'ai trouvé ça atroce. J'ai d'ailleurs pensé arrêter la lecture, ce qui ne m'arrive que très rarement puis je me suis finalement laissée prendre par l'enquête qui, au contraire de sa plume, est très efficace. Mais là encore, après quelques chapitres, c'est la surdose. La surdose de sang, de détails et d'horreur. Moi qui suit pourtant adepte des thrillers les plus noirs, ici l'auteur se contente de se vautrer dans le gore encore et encore, je ne vois pas d'autres mots. Alors je suis consciente qu'il s'agit là de son premier roman et je ne doute pas qu'il se soit amélioré par la suite (ou alors je ne comprends vraiment pas d'où lui vient sa renommée) mais dans cet opus-ci, tout est tout simplement "trop" malgré une histoire et des personnages intéressants."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Il y a des rebondissements et des surprises, comme il se doit, et quelque chose de très noir et de très profond qui aurait pu fonctionner à merveille. Aurait pu seulement... Pour moi, ça s'arrêtera là."

     

       Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Catégories : Lire et Enquêter 2 commentaires
  • Le Meilleur des Mondes d'Aldous Huxley

    Imprimer

    pocket,le meilleur des mondes,aldols huxley,livre

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Le Meilleur des Mondes?

       "J'ai reçu ce livre comme lot d'un concours Pocket et je ne vous cache qu'il a plusieurs failli disparaître de ma PAL lors de différents écrémages. Mais il m'intriguait malgré tout et j'ai fini par me décider à le lire."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Les Hommes ne sont plus vivipares, ni monogames. Ils ne choisissent plus leur vie non plus. On fabrique les bébés à l'usine, puis on les conditionne pour la vie qu'on leur a choisi. Et tout le monde est heureux, ou presque..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Je suis très vite rentrée dans l'histoire, fascinée par la visite du Centre d'Incubation où l'on fabrique et conditionne la race humaine. Et je dois dire que dès le départ, cette lecture m'a bien plus intéressée que ce à quoi je m'attendais et l'auteur nous dépeint cela avec un tel réalisme et un argumentaire si bien amené, que l'on adhérerait presque à ce discours atroce. Et ça, c'est du génie. Ensuite, parce que nous sommes humains justement, nous plaçons tous nos espoirs dans le héros et il se révèle finalement assez décevant et peu sympathique mais Aldous Huxley n'avait pas pour optique de nous satisfaire sur ce point-là je pense. Sa vision de l'Homme reste assez tristement pessimiste."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Dans les dernières pages, je trouve que l'auteur finit par s'écouter parler et nous inonde de discours philosophiques qui en deviennent soporifiques. Je regrette également que le Sauvage n'ait pas trouvé d'autre alternative de vie, un équilibre entre les deux folies qu'il connaissait et d'ailleurs, dans la préface, Aldols Huxley reconnaît que s'il devait réécrire le livre, ce point-là serait différent. Malgré tout, je ne regrette pas de ne pas avoir fait l'impasse sur cette lecture."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Catégories : Lire et Imaginer 4 commentaires