Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

robert laffont

  • Les Loups de Daniel Cole

    Imprimer
    • les loups, Daniel Cole, la bête noire, Robert laffont, saga ragdoll, thrillerMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Les Loups ?

       "Lors de la sortie des deux précédents opus, Daniel Cole et sa saga Ragdoll étaient partout. Cette conclusion, en revanche, s'est fait tellement discrète que j'ai failli la rater mais comme je me suis beaucoup attachée à Wolf, il fallait bien que je sache comment il allait se sortir de ce bourbier."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Wolf est de retour donc. Après plusieurs mois de cavale, il se rend sans résister. Son mentor vient de mourir, et alors que l'enquête a conclu à un suicide, lui ne peut s'y résoudre. Alors il passe un accord avec ses anciens supérieurs : des informations juteuses contre l'autorisation d'enquêter une toute dernière fois..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Je crois que c'est celui que j'ai préféré des trois, ce qui est quand même une super nouvelle quand il s'agit de la fin d'une saga. Dès le départ, Wolf est au premier plan et c'est un personnage assez irrésistible je dois dire. J'ai eu un peu peur pendant un petit moment parce que la résolution de l'enquête semblait trop évidente mais finalement, ce n'est pas le plus important. L'auteur choisit un effet de nous livrer le coupable dès la moitié seulement du roman, quand le reste de l'intrigue sera consacré à essayer de prouver les certitudes des enquêteurs. Il y a également des retours dans le passé et plus, derrière tout cela, qu'un simple assassin (si je puis dire) mais cette fois-ci, Daniel Cole ne part pas complètement à la dérive dans des complots trop improbables et des attentats internationaux, pour mon plus grand plaisir. Enfin, la relation de Wolf et Baxter se noue et se dénoue à maintes reprises au fil des pages et nous tient en haleine jusqu'au dénouement."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "Je suis vraiment ravie d'avoir découvert cette série et la plume de Daniel Cole, même si j'avais été déçue du dénouement du premier tome. Il s'est largement rattrapé par la suite avec trois opus d'une grande qualité et une fin à la hauteur cette fois. Il ne me reste qu'une seule interrogation, pourquoi après avoir fait autant de battage autour des deux premiers tomes, l'éditeur a passé cette sortie sous silence. C'est vraiment dommage."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez ma chronique de la saga Ragdoll ICI

    et toutes mes chroniques de la Bête Noire par LÀ.

     

    Alors, vous craquez pour "Les Loups" ?

    Catégories : Lire et Enquêter 0 commentaire
  • La Nymphe Endormie d'Ilaria Tuti

    Imprimer
    • la nymphe endormie, ilaria tuti, roman policier italien, la bête noire, Robert laffontMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec La Nymphe Endormie ?

       "J'avais été charmée par bien des points du premier tome et j'avais hâte de retrouver le cadre et les personnages d'Ilaria Tuti."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Alors même que son futur est de plus en plus incertain et que son passé ressurgit, c'est sur une enquête un petit peu particulière que doit se pencher le commissaire Battaglia, puisqu'il s'agit de découvrir l'histoire d'un tableau de grande valeur qui aurait été peint avec du sang..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "J'avais oublié pas mal de choses de ma précédente lecture, et en premier lieu l'histoire, mais retrouver Teresa Battaglia, c'est comme retrouver une vieille amie. Le livre irradie de sa chaleur, de son empathie et de sa bienveillance. C'est vraiment un personnage hors du commun. En contrepartie, je trouve que les autres membres de son équipe pâtissent un peu de cette aura trop envahissante pour que l'on arrive à bien les connaître même si la nouvelle venue est également très attachante. Pour ce qui est de l'enquête, elle m'a parue bien plus interessante que la première. Même si j'ai été étonnée que certains éléments soient sous-exploités, j'ai malgré tout était surprise de la révélation finale. Mais le point culminant de ce roman, c'est sans conteste sa forme. C'est à la fois poétique et tout en simplicité. J'ai vraiment adoré la façon dont est écrit ce texte, les mots, les phrases de l'auteur, l'esprit qui s'y cache sans en faire trop, sans dénaturer le côté policier, sans voler la vedette aux personnages principaux. C'est en dentelle, c'est une vraie réussite pour moi."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "Il y a un élément concernant le commissaire qui me fait espérer que l'auteur ne fera pas traîner cette série sur des tomes et des tomes, cela gâcherait l'effet, mais je serai évidement ravie de retrouver toute l'équipe pour un troisième opus et j'ai donc aimé cette fin qui nous promet de nouveaux rebondissements haletants."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres d'Ilaria Tuti ICI

    et celles de la Bête Noire, par LÀ.

     

    Alors, vous craquez pour "La Nymphe Endormie" ?

    Catégories : Lire et Enquêter 0 commentaire
  • Les Dernières Heures de Minette Walters

    Imprimer
    • minette Walters, saga historique, les dernières heures, Robert laffont, la mort noireMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Les Dernières Heures ?

       "J'ai une certaine affection pour Minette Walters et je suis heureuse de voir qu'elle est de nouveau publiée en France. En revanche, je ne connaissais d'elle que ses romans policiers jusque-là et j'ai un peu hésité à me lancer dans celui-ci mais j'ai décidé de lui faire confiance."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "En 1348, lorsque la pestilence frappe le Dorset, le seigneur de Develish n'est pas sur ses terres. Sa femme, Lady Anne, devra alors prendre seule les décisions qui s'imposent pour tenter de sauver le domaine et ses serfs mais tout son bon sens ne suffira pas à les mettre à l'abri de la famine qui guette..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Ce roman m'a littéralement coupée le souffle. Trois chapitres et j'étais déjà irrémédiablement perdue, plongée au coeur de l'intrigue, incapable de lâcher le livre. Dans une histoire qui nous transporte dans un autre pays et à une autre époque, je trouve que c'est réellement un tour de force. Et mon intérêt ne s'est pas démentie au cours des 500 pages suivantes, moi qui n'aime pourtant pas particulièrement les pavés et qui ai peiné pour terminer le dernier Ken Follett. Le mot "page turner" qui est utilisé à toutes les sauces par les éditeurs est ici amplement justifié. Ce n'est pas un policier mais nous n'en sommes pas si loin, avec la pestilence dans le rôle du meurtrier, et des héros qui mettent tout en oeuvre pour se cacher de lui. La tension est à son comble et l'intérêt du lecteur retenu en otage. Les personnages sont indéniablement le point fort de ce huis clos et ils ne manquent ni de relief ni de diversité."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "Je n'ai découvert qu'à la dernière page qu'il s'agissait d'une saga en plusieurs tomes et ça m'agace vraiment. Je trouve légèrement malhonnête de ne pas le préciser sur la couverture. Pour en remettre une couche, cette fin est particulièrement abrupte, surtout en comparaison des développements auxquels nous avons été habitués tout au long du roman mais comme c'est le seul point faible du roman, je suis prête à le lui pardonner. En revanche, j'espère sincèrement que nous ne devrons pas attendre trop longtemps pour avoir la suite."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres de Minette Walters ICI

     

    Alors, vous craquez pour "Les Dernières Heures" ?

    Catégories : Lire des Romans 2 commentaires