Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

robert laffont

  • Toute la Vérité de Karen Cleveland

    Imprimer

    la bête noire, robert laffont, karen cleveland, toute la vérité, roman d'espionnage, cia

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Toute la Vérité ?

       "Un roman d'espionnage écrit par une ancienne analyste de la CIA, c'est quand même plutôt tentant, non ?"

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Vivian, maman de quatre enfants et analyste à la CIA s'apprête à faire une grande avancée dans son travail grâce à un algorithme qu'elle a créé. Mais parmi les photos d'agents dormants russes qu'elle pense avoir débusqués, elle tombe sur celle de son mari. Toute sa vie serait-elle donc basée sur un mensonge ?"

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Honnêtement, c'est un super roman, plein de rebondissements et de révélations à couper le souffle, avec quand même un petit air de déjà vu à la Blacklist. Il règne une telle tension qu'il est véritablement très difficile de le lâcher avant d'avoir le fin mot de l'histoire. Bien sûr, le fait que l'auteur ait elle-même travaillé pour la CIA ajoute une touche de réalisme à la fois excitante et effrayante (les agents dormants sont parmi nous !). Malgré tout, certaines choses me semblent un peu énorme et par dessus tout, j'ai eu du mal avec l'héroïne dont les actes sont parfois particulièrement stupides pour quelqu'un qui est censé travailler pour la plus redoutable agence de renseignement du Monde. Alors bien sûr, lorsque les sentiments entrent dans l'équation, lorsqu'il s'agit de sauver la vie de votre mari et de vos enfants, il est plus difficile d'être rationnel mais quand même. Dans tous les cas, j'ai du mal à croire qu'une femme puisse rester avec son mari en apprenant ce qu'elle apprend, et alors même que tout au long du roman elle se rappelle toutes les façons dont il l'a manipulée."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "J'ai vraiment aimé la fin et ses surprises que j'espérais plus que je les attendais mais je reste sur mon sentiment précédent malgré tout. Ça ne m'empêche pas pour autant d'être curieuse de ce qu'écrira Karen Cleveland à l'avenir et de vous recommander celui-ci sans hésiter."

     

        Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques de la Bête Noire ICI

    Catégories : Lire et Enquêter 0 commentaire
  • Une Bonne École de Richard Yates

    Imprimer

    une bonne école,richard yates,pensionnat de garçons,connecticut,robert laffont

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Une Bonne École ?

       "Il y a tellement d'auteurs qui sont classés dans notre esprit comme valant la peine d'être lu qu'il est bien sûr impossible de tous les connaître. Mais lorsque l'occasion se présente, il ne faut pas hésiter."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Chronique d'une "bonne" école du Connecticut au début des années quarante, de ses élèves, de ses professeurs, de leurs rêves et des leurs espoirs..." 

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "La quatrième de couverture nous parle du regard attendri de l'auteur sur ses années de jeunesse, sur les petites et les grandes humiliations de l'adolescence. Si lui a eu le temps de prendre du recul, le lecteur lui, est projeté directement dans cet univers difficile pour les plus faibles. Pas que ce soit vraiment nouveau pour nous. Si ça l'était peut-être à l'époque, la télé et le cinéma se sont chargés depuis de nous dépeindre maintes fois ces univers en huis clos. Le harcèlement scolaire est également un sujet plus que d'actualité aujourd'hui mais plonger au coeur de cet univers cruel, avec ces professeurs, au mieux, indifférents, n'est pas très agréable et je ne peux pas dire que j'ai pris grand plaisir à cette lecture. Le sentiment qui domine en fait est plutôt la confusion et ne pas connaître non plus la limite entre la part autobiographique et romancée nous déroute un peu plus."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Ce qui attend ces jeunes après le pensionnat, c'est la guerre. À la fin du livre, l'auteur fait le bilan de ceux qu'il a revu par la suite et de ceux, nombreux, qui n'en sont pas revenus. Comme le reste du livre, c'est un peu brusque, un peu sec."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain... 

    Catégories : Lire des Romans 0 commentaire
  • Smoke de Dan Vyleta

    Imprimer

    smoke, dan vyleta, la fumée, londres, robert laffont

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Smoke ?

       "Nan mais vous avez vu cette couverture ? Et puis l'histoire, le cadre, l'époque ont fait le reste. Il me fallait ce livre !"

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Et si nos mauvais actes et nos mauvaises pensées étaient visibles ? Si une fumée s'échappait de nous à chaque fois que nous mentions ? C'est ce qu'il se passe dans cette Angleterre du XIXe siècle où seuls les aristocrates ne fument pas, disciplinés depuis leur plus jeune âge. À moins que tout cela ne soit qu'un vaste mensonge..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "L'idée de départ est fascinante, originale et les premières pages nous emportent facilement par leur originalité et leurs personnages. Le mystérieux Thomas, son indomptabilité, son passé trouble ne peuvent que faire mouche et on a hâte d'en savoir plus sur tout cet univers. Si cet intérêt ne s'est jamais démenti tout au long de ma lecture, il y a tout de même eu des passages plus difficiles. L'histoire comme l'écriture sont trop denses en quelques sortes. Parfois on se demande où on va, on s'embourbe dans des histoires secondaires, on part dans un sens, puis dans l'autre, on tourne en rond dans des détails inutiles. Cela rend la lecture laborieuse et c'est dommage parce qu'avec plus de simplicité, elle gagnerait en force. On passe également du point de vue d'un personnage à l'autre sans jamais vraiment le ressentir dans l'écriture et on ne cesse donc de s'interroger sur qui parle. Je l'ai d'autant plus remarqué que je venais de lire Un Chant d'Enfant de Raphaël Gérard, où l'auteur alterne également les points de vue mais cette fois-ci avec brio. Le ton, le vocabulaire change à chaque fois et on sait tout de suite qui nous raconte son histoire. Pourtant lui n'a qu'une obscure petite maison d'édition pour vendre son livre, preuve s'il en faut que quelque chose ne tourne vraiment pas rond au royaume du livre. Bref, je vous reparle de ce roman au cours du mois mais finissons-en avec le dernier souci de Smoke : je n'ai jamais réussi à me prendre d'affection pour l'héroïne ce qui, vous l'admettrez, est plutôt handicapant."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Attention spoiler ! Je ne vois pas d'autres solutions que de vous résumer la fin pour vous expliquer à quel point je l'ai trouvé absurde : les héros essaient d'empêcher un évènement tout au long du livre pour finalement décider de le déclencher eux-même. Et, cerise sur la gâteau, ça finit comme ça, sans qu'on sache s'ils ont pris la bonne décision ou pas. Merci !"

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Catégories : Lire et Imaginer 2 commentaires