Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

feelgood book

  • Le Temps d'un Été de Kristan Higgins

    Imprimer
    • le temps d'un été, Kristan Higgins, feelgood book, livre doudou, Harper Collins Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Le Temps d'un Été ?

       "Je rate rarement la sortie d'un roman de Kristan Higgins, l'une des seules auteures de romans dits "légers" que j'adore et qui a plus de profondeur que ce à quoi on pourrait s'attendre. J'étais donc enchantée de recevoir cet inédit de la part des éditions Harper Collins."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Emma est tombée enceinte très jeune et sa grand-mère, la grande Geneviève London, l'a mise à la porte sans un regard en arrière. Alors quand cette dernière réapparait dans sa vie et lui demande de venir passer l'été chez elle avec sa fille maintenant adolescente, Emma voudrait refuser. Mais si c'était sa dernière occasion de faire la paix avec son passé ?"

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "J'avais été un peu déçue du précédent mais ici j'ai immédiatement retrouvé tout ce que j'aime chez Kristan Higgins, ce cocon qu'elle tisse pour nous autour d'une petite ville et de ses habitants et dans lequel on a plaisir à se lover. Ici, pourtant, les thèmes sont très durs mais j'applaudis l'auteur d'avoir eu le courage de les aborder et d'avoir su le faire avec justesse. Le livre tourne autour de la parentalité mais n'en fait pas un cliché et explore différents profils comme cette mère qui aime plus l'un de ses enfants que l'autre ou ce père complètement perdu face à sa petite fille démoniaque qu'il a bien du mal à aimer certains jours. Kristan Higgins réussi pourtant le tour de force de nous montrer les pires travers de ses personnages et de nous les faire aimer malgré tout. Et j'ai beaucoup apprécié ses profils de femmes fortes qui jalonnent le roman."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "C'est un pari réussi pour moi. Il n'y a vraiment pas de grandes surprises sur la fin mais c'est un roman réconfortant, qui fait du bien au moral, tout en étant bien plus profond que ne le laisse paraître sa couverture rose et qui m'a même fait verser quelques larmes."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres de Kristan Higgins ICI

     

    Alors, vous craquez pour "Le Temps d'un Été" ?

    Catégories : Lire en Légèreté 2 commentaires
  • The Telephone Box Library de Rachael Lucas

    Imprimer
    • the telephone box library, rachael Lucas, feelgood book, Sarah McMenemyMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec The Telephone Box Library ?

       "Je l'ai découvert grâce à ma dealeuse d'envies, Emjy. Et doublement, qui plus est. D'abord parce que c'est sur son compte que je l'ai vu et que je suis tombée amoureuse de la couverture, illustrée par la talentueuse Sarah McMenemy, et ensuite parce qu'elle a eu la gentillesse de me l'envoyer."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Après des années de pression et de travail acharné, Lucy se voit obligée de lever le pied à cause de sa santé. Elle décide alors de s'isoler six mois dans un petit village des Cotswolds, afin de se reposer et de faire quelques recherches sur la Seconde Guerre Mondiale..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "J'ai adoré l'ambiance de ce village anglais, j'avais sans cesse envie d'y retourner, de me blottir dans ce cadre rassurant, avec ses habitants emblématiques, ses traditions, ses commérages... C'est indéniablement le point fort du roman. Pour ce qui est de l'histoire, c'est moins réussi j'en ai peur. J'ai trouvé que l'intrigue était vraiment lente à démarrer, et à progresser d'ailleurs. Il y a aussi peu de suspense dans le dénouement qu'il y en a dans les secrets de guerre de la vieille Bunty que l'on devine aisément. Cela manque donc de tension, d'une raison qui nous pousserait à tourner les pages plus vite et bizarrement, le constat est le même du côté du héros. Franchement, on a bien envie de secouer tout ça, lui compris, parce que bon, le flegme anglais ça va bien cinq minutes mais quand sa fille adolescente sèche les cours, lui ment les yeux dans les yeux et qu'il lui dit juste de ne pas recommencer, pitié !"

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "C'est bien sûr mignon tout plein sur la fin et il y a plein de petites choses très chouettes tout au long du roman également, comme le chat qui s'appelle Darcy, les chiens très présents ou l'histoire de la cabine téléphonique bien sûr, disons juste qu'il ne faut pas en attendre trop."

     

        Mlle Alice, merci pour cette cinquième participation au challenge "In English, please", et à lundi prochain...

     

    Alors, vous craquez pour "The Telephone Box Library" ?

  • La Vie Rêvée des Chaussettes Orphelines de Marie Vareille

    Imprimer
    • la vie rêvée des chaussettes orphelines, Marie Vareille, feelgood book, livre doudou, charlestonMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec La Vie Rêvée des Chaussettes Orphelines ?

       "De temps à autre, j'aime bien ce genre de lecture et, même si je n'en garde qu'un vague souvenir aujourd'hui, je sais que j'ai dévoré deux des précédents romans de Marie Vareille. J'étais donc ravie que Charleston m'envoie celui-ci. En plus, l'héroïne s'appelle comme moi."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Alice débarque à Paris et doit absolument trouver un travail au plus vite, c'est pourquoi elle accepte un poste bien en-dessous de ses compétences dans une startup atypique. Mais peu lui importe, tant qu'elle arrive à garder son passé à distance et à maîtriser ses crises de panique..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "L'auteur a vraiment une jolie plume, à la fois très fluide et très accrocheuse. Ici, on comprend tout de suite que l'héroïne a beaucoup de choses à régler et on est forcément curieux de savoir de quoi il s'agit. Il ne faut donc que quelques pages, une fois encore, pour être complètement pris par cette histoire et si je l'ai dévoré moins vite que les précédentes, c'est certainement à cause de l'alternance entre le présent et le passé, qui n'est pas mon procédé favori dans un roman.

       Tous les sujets abordés m'ont beaucoup touchée, j'ai aimé les personnages, même si à chaque nouvelle présentation j'avais l'impression qu'on cochait une case dans le manuel des bien-pensants, mais leurs personnalités nous font rapidement oublier tout ça. Et ce qui ne gâche rien, s'il y a beaucoup de choses que l'on devine et qu'il n'y a de grandes surprises côté romance, l'auteur nous réserve un rebondissement inattendu des plus interessants.

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "Et c'est là que tout s'écroule. Difficile d'en parler s'en spoiler mais je ne comprends ni ce choix de l'auteur, ni que cela ne choque personne. Sur le plan purement romanesque, c'est une déception pour moi parce que finalement l'héroïne ne vit pas sa vie comme elle le devrait et ne fait pas véritablement son deuil et, rien que ça, ça me gâche un peu ma lecture mais surtout, humainement, psychologiquement et éthiquement parlant, ce n'est juste pas possible et la palette des émotions qui me traverse à la lecture du choix que fait l'héroïne est 100% négative. Pas vraiment ce que l'on s'attend à ressentir en lisant ce genre de roman."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres de Marie Vareille ICI

     

    Alors, vous craquez pour "La Vie Rêvée des Chaussettes Orphelines" ?

    Catégories : Lire en Légèreté 0 commentaire