Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les Tribulations d'une Cuisinière Anglaise de Margaret Powell

    Imprimer

    les tribulations d'une cuisinière anglaise,margaret powell,upstairs downstairs,downton abbey

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Les Tribulations d'une Cuisinière Anglaise ?

       "J'ai acheté cet ouvrage en mars dernier, au salon du livre de Paris, fortement influencée par cette jolie collection de chez Payot et certainement également par Emjy (@emjydingleybell) et/ou Titine (Plaisirs à Cultiver)."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Au début du vingtième siècle, Margaret Powell n'a pas d'autre choix que d'entrer en condition pour aider sa famille. D'abord fille de cuisine, elle deviendra très vite cuisinière grâce à sa persévérance sans faille et nous livre ici le récit de ses années au service des plus aisés..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "J'avais un peu peur de m'ennuyer parce qu'il s'agit plus d'une chronique de vie que d'un roman ou même d'une biographie et le langage parlé de l'auteur m'inquiétait également mais en fait, c'est parfait ! Cela donne l'impression d'une conversation autour d'une tasse de thé. Le franchise et la simplicité de Margaret Powell sont le reflet de sa position et de son caractère et nous projette directement dans son univers. Elle n'est pas toujours sympathique, elle n'est jamais complaisante mais elle n'a pas eu une vie facile et nous dépeint les choses comme elles sont, sans fioriture. Ce récit a inspiré la plupart des séries télévisées sur le même thème qui ont suivies comme Upstairs Dowstairs et Downton Abbey, sauf qu'il s'agit ici d'une version non édulcorée. Alors bien sûr c'est moins romantique à lire mais ça n'en est que plus intéressant il me semble."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Bien sûr, on aurait aimé qu'"eux", les patrons, ressemblent plus à Lord et Lady Grantham et que Margaret trouve un prince charmant mais cette force de la nature nous transmet son optimisme et et se fabrique sa propre "happy ending".

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez d'autres chroniques autour de cet univers ICI.

    Catégories : Lire des Romans 6 commentaires
  • Rien ne Va plus chez les Spellman ! de Lisa Lutz

    Imprimer

    les spellman, saga spellman, lisa lutz, rien ne va plus chez les spellman, détectives privés, policier

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Rien ne Va plus chez les Spellman ?

       "Mon Dieu que j'ai attendu cette sortie poche des aventures des Spellman ! Est-il utile, encore une fois, de pousser un coup de gueule contre les maisons d'éditions qui arrêtent les traductions en plein milieu d'une série ??"

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Comme toujours, chez les Spellman, tout le monde cache quelque chose et se comporte bizarrement, chacun mène ses enquêtes et se mêle des affaires des autres et tout cela crée un joyeux désordre !"

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Comme je vous le disais, j'ai beaucoup attendu cette sortie et j'en attendais beaucoup aussi. D'autant plus que j'avais adoré la fin du précédent. J'ai donc retrouvé avec joie les anciens personnages et leur dynamique bizarre, et découvert avec plaisir de nouvelles têtes toujours plus originales les unes que les autres, avec une mention spéciale pour Mamie Spellman quand même. Malheureusement, celui que l'on ne voit presque pas, c'est Henry et pourtant, soyons honnêtes, c'est quand même un peu beaucoup sa relation avec Izzy qui nous a tenu jusque là. Et ça ne s'arrange pas vraiment au fil des pages malheureusement. L'autre point qui m'a agacée, mais ça ce n'est absolument pas une nouveauté, se sont les parents d'Izzy. Est-ce que ces personnages ne vont jamais évoluer ? Heureusement, Izzy se rebelle enfin dans les grandes largeurs et Monsieur et Madame Spellman ont le coup de pied aux fesses qu'ils méritaient depuis longtemps. Sinon, bien sûr, c'est toujours aussi loufoque et plaisant, plein de rebondissements, d'enquêtes et d'humour caustique."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Je me régale vraiment avec cette série mais si j'ai adoré l'un des éléments finaux, un autre pan de l'histoire est bien triste. J'ai hâte de découvrir la suite, en espérant que ça s'arrange un peu mais j'ai bien peur de devoir attendre pour cela encore quelques années..."

     

        Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques de la saga des Spellman ICI

  • Les Secrets et Enchantements de la Maison de Poupée de la Reine d'Angleterre de Vita Sackville-West

    Imprimer

    Les secrets et enchantements de la Maison de poupée de la reine d'Angleterre, vita sackville-west, auteur anglais, Kate baylay, conte pour enfant, grasset jeunesse

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Les Secrets et Enchantements de la Maison de Poupée de la Reine d'Angleterre ?

       "Je n'ai lu qu'un roman de Vita Sackville-West, Toute Passion Abolie, mais j'en ai gardé un souvenir marquant, de douceur et de mélancolie. Quand j'ai vu la beauté de cet ouvrage illustré, allié à la plume de Vita, je me suis dit qu'il ferait bien joli dans ma bibliothèque et je remercie grandement Grasset Jeunesse d'avoir eu la gentillesse de me l'envoyer."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Ce livre a une histoire un peu magique. En 1942, Mary, reine d'Angleterre, fait construire une maison de poupée grandiose avec l'eau, l'électricité et même un ascenseur. Quoi de plus normal alors que de demander aux artistes de l'époque de décorer les murs de leurs toiles miniatures et de remplir la bibliothèque de leurs petites histoires. C'est à cet occasion que Vita Sackville-West écrivit celle-ci et l'original est toujours aujourd'hui, à Windsor, dans la bibliothèque de la maison de poupée."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Ce livre est vraiment très joli, parfaitement fini et bien illustré. Il me rappelle celui écrit par la Reine Victoria enfant, les Aventures d'Alice Laselles, que j'avais ramené d'Angleterre (et si Grasset voulez bien le traduire d'ailleurs, ça ferait une jolie collection !). L'histoire simple mais jolie, de l'esprit qui habite la maison de poupée, possède deux niveaux de lectures qui permettront aux grands comme aux petits d'y trouver leur compte. Pour autant, elle m'a parue, au premier abord, un peu trop complexe pour ma nièce de 5 ans à qui je l'ai lue avant la sieste mais le soir même elle me réclamait de nouveau l'histoire de la maison de poupée. Je m'en remets donc à son jugement sans faille."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "J'ai aimé que l'histoire de la création de ce livre nous soit présentée à la fin. En revanche, pas un mot de l'illustratrice, Kate Baylay, dont les dessins sont pourtant sublimes et habillent si joliment ce petit conte. C'est bien dommage."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres de Vita Sackville-West ICI

    Catégories : Lire en Images 0 commentaire