Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

collection r

  • Kaleb de Myra Eljundir (alias Ingrid Desjours)

    Imprimer

    kaleb,myra eljundir,ingrid desjours,collection r,robert laffont

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Kaleb ?

       "Après m'être plongée dans plusieurs thrillers psychologiques d'Ingrid Desjours, j'ai appris qu'elle était également l'auteur de cette série jeunesse et j'ai eu envie de la découvrir sous un nouvel angle."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Kaleb, un adolescent presque comme les autres, se sent de plus en plus, contaminé par les émotions négatives qui l'entoure. Il se bat, se met en colère, explose à se faire peur. En effectuant quelques recherches, il finit par comprendre qu'il a un don à part, il est empathe. Un don ou une malédiction ?"

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "J'ai trouvé qu'en passant à cet univers jeunesse, l'auteur avait gardé sa plume acérée. C'est un peu plus fouillé et un peu plus tranchant que la plupart des romans de cet ordre, ce qui est bien agréable. Malgré tout, j'y ai également retrouvé ce qui ne me plaît pas dans cette collection: on lit tout un tome pour se rendre compte qu'il ne s'est quasiment rien passé et si j'éprouve toujours beaucoup de plaisir à la lecture, je pourrais très bien me passer de lire la suite. Ça manque un peu d'accroche et certains éléments, comme les rêves et les prophéties, m'ont parus enfantins, attendus, par rapport à d'autres bien plus poignants comme les scènes de violence. En fait, je me rends compte que je retrouve la même problématique que dans les livres jeunesse de Maxime Chattam, une constante oscillation entre l'univers jeunesse et l'univers adulte qui me perdent un peu. Et pour ce qui est de Kaleb lui-même, c'est à peu près la même chose, il est soit trop méchant, soit pas assez, manque d'originalité et de personnalité finalement, loin des analyses psychologiques fouillées auxquelles nous a habitué Ingrid Desjours. Heureusement, l'assistante du Colonel relève le défi de ce côté-là."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Comme je l'ai dit, en tournant la dernière page, on a l'impression qu'on n'a vraiment peu avancé mais grâce à quelques révélations intéressantes, on a quand même envie de se laisser de nouveau tenter..."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des romans d'Ingrid Desjours ICI

    et toutes celles sur la collection R LA 

    Catégories : Lire et Imaginer 2 commentaires
  • Night School - Rupture de C.J. Daugherty

    Imprimer

    night school,rupture,c.j. daugherty,collection r,night school 3

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Rupture?

       "Bien que la saga ne soit pas un coup de coeur absolu, elle reste agréable à lire et il est certain que j'ai envie de savoir comment cela va se terminer, c'est pourquoi je me suis attaquée à ce tome 3."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Allie a du mal à se remettre de la mort de son amie et préfère se couper des autres pour se protéger et surtout pour les protéger. Mais la menace de Nathaniel plane plus que jamais au-dessus d'eux, à l'école tout le monde soupçonne tout le monde, et il est grand temps de passer à l'action."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "De manière générale, j'ai plutôt lu parmi les avis que ce tome était en-dessous des deux précédents alors que personnellement, je l'ai trouvé meilleur. Je pense que cela tient beaucoup au triangle amoureux qui passionnait un grand nombre de lectrices et qui passent ici au second plan, ce qui personnellement me ravit. Cela dit, c'est vrai que c'est un peu radical, les relations d'Allie avec le genre humain sont quasi inexistantes dans ce tome-ci. En revanche, on avance dans l'action, dans les révélations et ça, c'est un soulagement. C'est donc toujours une série que j'apprécie mais je maintiens que faire cinq tomes pour le peu qu'il s'y passe, c'est prendre le lecteur pour un imbécile et quand je pense à la somme totale qu'il faudra finalement débourser pour tous les lire, presque 100 euros, je me dis que je peux vous conseiller environ 12 livres de poche pour ce prix-là qui valent largement Night School. Mais bon ça, ce ne sont que mes petites colères personnelles."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Comme toujours, C.J. Daugherty monte en puissance dans les dernières pages et nous offre une fin qui nous fait oublier toute nos bonnes résolutions et nous donne envie d'acheter le tome suivant. C'est là toute sa force. Personnellement, j'ai malgré tout laissé passer l'envie, qui n'a pas persister bien longtemps, et j'ai abandonné cette saga, sans regret finalement."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques de la collection R ICI.

    Catégories : Lire en Légèreté 4 commentaires
  • La 5e Vague de Rick Yancey

    Imprimer

    la cinquième vague,rick yankee,collection r,robert laffont

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec La 5e Vague?

       "Je suis toujours attentive aux sorties de la Collection R et celui-ci m'attirait particulièrement, de part son histoire mais également grâce au visionnage de trailers tournés pour la communication, que j'ai trouvé particulièrement alléchants."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Ce que l'humanité à longtemps fantasmé, redouté ou souhaité finit par arriver: les extraterrestres ont débarqués. Et par vagues successives, utilisant un fléau ou l'autre, ils tentent d'éradiquer la race humaine."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "J'ai lu ce livre peu de temps après Bird Box. J'étais donc en quelques sortes déjà dans le bon état d'esprit et en même temps, il avait intérêt à être à la hauteur. Même si la curiosité nous tient pendant un bon moment, autour des 150 pages, j'ai vraiment redouté que l'on s'embourbe et je commençais à m'ennuyer ferme. Heureusement, c'est à peu près à ce moment-là que les choses s'arrangent. Enfin, pas pour l'héroïne, mais pour le lecteur oui. Le récit finit par adopter différents points de vue et s'enrichit de ce fait. Le rythme lui-même rend l'histoire bien plus intéressante. L'auteur tente alors de faire planer le doute sur l'identité des gentils et des méchants en nous baladant d'un côté puis de l'autre même si selon moi, on ne se pose pas très longtemps la question et que les révélations ne sont pas extrêmement surprenantes. Ce n'est pas très grave pour autant, il se passe assez de choses pour nous entraîner à la suite de ces jeunes survivants et nous donner envie de ne pas les laisser tomber."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "La fin est une explosion d'action, au sens figuré comme au sens propre, qui fait du bien. Dans ce genre de bouquin, à un moment donné, il faut y aller franchement. C'est libérateur, ça fait avancer le schmilblick, et ça donne bien sûr très envie de découvrir la suite."

     

       Mlle Alice, merci, et à mercredi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques de la collection R ICI.

    Catégories : Lire et Imaginer 3 commentaires