Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

le journal de frankie pratt

  • Le Journal de Frankie Pratt de Caroline Preston

    Imprimer

    le journal de frankie pratt, caroline preston, le nil, scrapbooking, journal intime

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Le Journal de Frankie Pratt?

        "J'ai eu envie de lire cet ouvrage de Caroline Preston dès que j'ai lu la chronique d'Emjy sur feu Dingley Bell. Alors quand Nil me l'a proposé, j'ai évidemment sauté de joie!!"

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

        "Frances Pratt, surnommée Frankie, nous ouvre son journal intime pour nous raconter ses dernières années d'étude, ses premiers amours et ses débuts dans la vie d'adulte, le tout sous forme de scrapbook."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

        "C'est un énorme coup de coeur! Le livre est sublime. On a envie de le manipuler avec précaution et de le chérir tel un trésor. Si vous avez l'occasion de le croiser dans une librairie, je vous conseille grandement - de l'acheter bien sûr, mais pour commencer - de le feuilleter pour admirer ses illustrations rétro et sa mise en page soignée. Mais le coup de coeur ne s'arrête pas au graphisme, Frankie est une jeune fille attachante et j'ai autant apprécié de découvrir sonle journal de frankie pratt,caroline preston,le nil,scrapbooking,journal intime histoire et son évolution progressive vers sa vie de femme que de me plonger dans son époque avec ses moeurs, ses écoles non mixtes et ses références littéraires et cinématographiques.

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "A peine le livre refermé que l'on a envie: 1. de le relire, 2. de lui trouver une place de choix dans sa bibliothèque pour pouvoir l'admirer encore, 3. de se mettre au scrapbooking! Dommage qu'il n'y ait pas quelques accessoires rétro fournis avec... Oui, je sais, j'en demande toujours trop!"

     

        Mlle Alice, merci, et à dimanche prochain...