Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lire des Biographies - Page 2

  • Le Modèle Oublié de Pierre Perrin

    Imprimer
    • Pierre Perrin, le modèle oublié, Gustave Courbet, virginie Binet, les passe-muraillesMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Le Modèle Oublié ?

       "J'aime beaucoup cette collection Les Passe-Murailles qui a la beauté d'allier la littérature à d'autres formes d'art. J'étais curieuse d'en découvrir ici un peu plus sur le peintre Gustave Courbet..."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "L'auteur s'attèle à rendre la place qui lui est due à Virginie Binet qui partagea la vie du peintre pendant plus de dix ans, fut l'un de ses modèles et lui donna un fils avant de tomber dans l'oubli le plus total."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Si j'aime tant les biographies, c'est parce que les destins extraordinaires me fascinent, les personnalités, l'humain mais il faut pour découvrir tout cela, creuser un peu, approfondir, dévoiler... Ce n'est pas la première fois que je le note pourtant, et que j'en ressens la déception mais il y a, il semblerait, une mode à se contenter de relater les faits, sans vraiment faire l'effort du roman. Ici, cela s'accompagne de citations et de phrases grandiloquentes qui plairont sûrement à certains mais qui m'ont demandées à moi trop d'efforts dans la lecture. Je reconnais bien volontiers que la faute est mienne, que j'aime la simplicité dans l'écriture ou qu'elle m'est peut-être tout simplement plus accessible mais toujours est-il que cette histoire m'a procurée bien peu de plaisir finalement. Courbet n'en sort pas grandi, c'est le moins que l'on puisse dire. Là encore, on pourrait m'opposer qu'il était ce qu'il était, un point c'est tout mais le rôle de l'auteur n'est-il pas de nous faire aimer ses personnages malgré leurs faiblesses, de nous dévoiler les blessures qui justifient leur comportement, de nous attendrir et d'éveiller notre compassion même contre notre gré ? J'ai également grandement regretté qu'aucune oeuvre ne vienne illustrer ce récit, c'était pourtant le point fort du premier opus de cette collection."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "C'est une histoire qui ne finit bien pour personne, malheureusement, mais je reconnais à Pierre Perrin d'avoir rendu à Virginie Binet et à son fils Émile la place qui leur revenait de droit dans la vie et l'oeuvre du grand peintre qu'était Gustave Courbet."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres de la collection Les Passe-Murailles ICI

     

    Alors, vous craquez pour "Le Modèle Oublié" ?

    Catégories : Lire des Biographies 2 commentaires
  • Le Saboteur de Paul Kix

    Imprimer

    39-45,le saboteur, Paul Kix, résistance française, Robert de la Rochefoucauld, de gaulle

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Le Saboteur ?

       "L'Histoire vraie mais méconnue d'un résistant français pendant la Seconde Guerre Mondiale, franchement, il n'y avait aucune chance que je ne cède pas."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Robert de La Rochefoucauld avait 16 ans au début de la Guerre mais déjà il savait qu'il ne pourrait pas rester sans rien faire. Après une dénonciation pour ses propos anti-nazis, il décide de quitter sa famille et de rejoindre l'Angleterre..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "L'avant-propos est passionnant et nous démontre une fois encore l'importance de se replonger dans l'Histoire même quand on croit déjà tout savoir. L'importance aussi, et j'en ai toujours été convaincue, de ne pas juger des choses que nous n'avons pas vécues. Ensuite, ça retombe un peu et j'ai trouvé que ça traînait en longueur mais on apprend à connaître Robert et sa famille. Cet homme a eu, pendant la guerre, un destin absolument incroyable, émaillé à la fois d'énormément de chance et de malchance et par-dessus tout cela, d'un courage, et parfois d'une inconscience incroyable. Je me réjouis donc qu'un livre lui soit consacré, un film bientôt également, on ne parle jamais assez de nos héros. En revanche, je n'ai pas été séduite par la forme. J'aurais aimé un vrai roman, qui aurait permis plus d'affect et d'émotions que ce récit un peu froid des évènements. Enfin, ce que l'auteur a le plus développé ce sont les évasions spectaculaires de Robert. On a donc l'impression que le jeune homme a passé la guerre à se faire arrêter et à s'échapper et ses actes de sabotage deviennent anecdotiques. C'est bien dommage."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "J'ai aimé l'honnêteté de l'auteur en toutes choses, sur la résistance française et le Général de Gaulle par exemple, dans le bon comme dans le mauvais, j'ai aimé sa façon de nous relater avec pudeur les derniers instants de cet homme exceptionnel et entier qu'était Robert de la Rochefoucauld et j'ai aimé le découvrir, tout simplement. C'est déjà pas mal, je crois."

     

        Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres autour de la Seconde Guerre Mondiale ICI

     

    Alors, vous craquez pour "Le Saboteur" ?

    Catégories : Lire des Biographies 0 commentaire
  • The Widow of Windsor de Jean Plaidy

    Imprimer

    the captive of kensington palace, jean plaidy, the queen and lord M, the widow of windsor, the queen's husband

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec The Widow of Windsor ?

       "Dernier tome de cette saga sur l'un de mes personnages historiques préférés, je l'ai lu directement après le précédent, aussi impatiente de découvrir la suite que d'en finir avec la série je dois dire."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Ce dernier tome retrace la vie de la Reine Victoria et de sa famille, de la mort de son mari Albert jusqu'à son propre décès; le deuil, le pouvoir et les mariages stratégiques de ses nombreux enfants dans toutes les grandes familles d'Europe..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Jamais je n'aurais pensé qu'un livre pourrait ternir l'image que j'ai de la Reine Victoria et, pire encore, me faire préférer son fils Bertie. Et bien, c'est chose faite. Victoria s'enferme complètement dans son deuil après la mort d'Albert mais heureusement ce tome se concentre également sur ses enfants, leur mariage et leur descendance et en particulier sur les deux aînés, Bertie et Vicky. Cette dernière est assez épouvantable mais entre le rejet de son peuple d'adoption et son fils abominable, elle en sera bien punie. Quant à Bertie, je le découvre très différent de ce à quoi je m'attendais. On commence par le prendre en pitié à cause de la façon dont ses parents le traitent, puis en affection. Il n'est pas parfait mais il aime sa femme, chérit ses enfants et ne prends pas son rôle à la légère. Bon d'accord, il joue, perd des sommes astronomiques, entretient un grand nombre d'actrices mais l'on se rend vite compte que l'on est prêt à tout lui pardonner ou presque. Si la Reine Victoria est presque absente de ce tome comme elle l'a été de la vie publique après la mort de son mari, l'histoire ne manque pas de péripéties et de rebondissements pour autant."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "Même si les différents tomes sont très inégaux, que je n'ai pas aimé certains passages et que j'ai découvert une Victoria bien moins plaisante que ce que je voulais imaginer, j'ai pris plaisir à lire cette saga et j'y ai appris un grand nombre de choses. Je ne regrette pas ma lecture."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques autour de la Reine Victoria ICI

    Et celles de cette saga en particulier LÀ

     

    Alors, vous craquez pour "The Widow of Windsor" ?