Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lire des Biographies - Page 2

  • La Petite Femelle de Philippe Jaenada

    Imprimer

    philippe jaenada, pauline dubuisson, la petite femelle

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec La Petite Femelle?

       "L'année dernière, j'avais été très marquée par ma lecture de Sulak, la biographie du célèbre cambrioleur, par le même Philippe Jaenada. A ce jour, cela reste l'une de mes meilleures découvertes depuis l'ouverture de ce blog, impossible donc que je rate cette nouvelle sortie."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "L'auteur décide cette fois-ci de retracer l'histoire de Pauline Dubuisson, accusée de meurtre, et sur laquelle à peu près tout a déjà été dit... sauf la vérité peut-être..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Pour que les choses soient claires une bonne fois pour toutes, et malgré les quelques bémols que je vais évoquer par la suite, ce livre me paraît une fois encore indispensable, vous ne pouvez pas vous en dispenser, vous ne pouvez pas passer à côté de cette lecture, de cette découverte indispensable de la nature humaine, de ce qu'elle a de pire, de ce qu'elle a de meilleur et de toutes les nuances de gris que vous trouverez en chemin entre l'un et l'autre. Une fois encore, Philippe Jaenada, sans en avoir l'air, nous fait aimer son criminel, malgré ses actes, à cause de ses actes. On souffre avec Pauline, on tremble avec elle, on tient l'arme avec elle. On voudrait la protéger, la consoler, on s'énerve contre ces abrutis de journalistes, ces fausses féministes en herbe, ces menteurs, ces jaloux, on crie, on s'insurge avec plus de soixante ans de retard mais c'est comme si c'était aujourd'hui. Au milieu de tout cela, l'auteur nous fait parfois rire aussi,philippe jaenada,pauline dubuisson,la petite femelle digresse souvent, un peu trop même à mon goût et sur des sujets parfois qu'il pourrait tout autant garder pour lui, merci bien. Mais bon, comme à "ses criminels", on a du mal à ne pas tout lui pardonner."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Comme avec Sulak, je quitte Pauline avec regret mais entre Philippe et moi, en tous cas, c'est loin d'être fini. A chaque fois que je lis un article sur un destin intéressant je me dis que cela ferait un bon livre sous sa plume et je guetterai les prochaines parutions avec impatience. Et par-dessus tout, j'adorerais qu'il nous raconte un vrai méchant et tester sa capacité à nous le faire aussi bien aimer."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain... 

    Retrouvez ma chronique de Sulak ICI 

  • Vivre Vite de Philippe Besson

    Imprimer

    vivre vite,philippe besson,robert laffont,james dean,jimmy

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Vivre Vite?

       "J'ai plutôt envie de vous raconter ma rencontre avec James Dean. Adolescente, j'avais un portrait de James Dean sur mon mur. Je le trouvais beau. Puis, je l'ai vu jouer. Quand on découvre James Dean dans un film, je pense que c'est forcément un choc parce qu'il est à 1000 lieues du mec sur papier glacé. Il est tout le contraire, il est fragile, simple, on a envie de le protéger et c'est pour ces raisons que j'ai eu envie de lire ce livre."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Ceci n'est pas une biographie mais bien un roman. Ce sont quelques moments choisis de la vie de James Dean romancés et racontés par son père, sa mère, sa tante et même parfois lui-même."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "J'ai beaucoup aimé ce livre et la façon étrange dont il nous présente son histoire. C'est très intime, intéressant, parfois intense, parfois délicat. C'est émouvant également, d'autant plus que l'on sait tous comment cela se finit. C'est très frustrant en même temps parce que ce n'est pas très creusé, que l'on ne fait qu'effleurer ce que fut la courte vie de cet homme et de cet acteur. Il nous manque beaucoup d'éléments et on aimerait vraiment en savoir plus même si je dois dire que j'ai déjà appris beaucoup de choses que je ne savais pas. En fait, c'est exactement James Dean: intense mais délicat, émouvant et frustrant par la brièveté de sa vie face à l'étendue de son talent."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "J'ai un peu laissé traîner la fin en me disant que tant que je ne la lisais pas, Jimmy n'était pas mort. Voilà à quel point ce livre m'a pris aux tripes...

     

        Mlle Alice, merci, et à mercredi prochain...

    Catégories : Lire des Biographies 4 commentaires
  • The Captive of Kensington Palace de Jean Plaidy

    Imprimer

    the captive of kensington palace, jean plaidy, the queen and lord M, the widow of windsor, the queen's husband

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec The Captive of Kensington Palace?

       "J'ai une vraie passion pour la Reine Victoria et j'ai été très heureuse de trouver sur elle cette petite série romancée, en quatre tomes."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "La jeune princesse Victoria pourrait bien devenir reine sous peu mais en attendant, elle grandit sous l'étroite garde de sa mère et de son conseiller Sir John Conroy et chacun complote pour l'évincer ou la contrôler."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Il m'a fallu un peu de temps pour m'y retrouver parmi tous les membres de la famille de la princesse, pour différencier les divers Ernest, William et autres George. Mais une fois tout ce petit monde bien en tête, j'ai navigué avec plaisir entre les ambitions de chacun, les complots, les rumeurs et les manigances et j'ai suivi avec délectation les pas de la déterminée Victoria. Bien sûr, le suspense était un peu gâché par le fait que nous savons tous qu'elle devient finalement reine mais les méandres qui la mèneront jusqu'au trône sont malgré tout passionnants. D'ailleurs, si nous ne savions pas que tout cela est bien arrivé, nous aurions du mal à y croire! Victoria était faite pour être reine et sa vie était faite pour faire un bon roman."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Le livre se termine au moment de l'accession au trône et on a hâte de découvrir tout le potentiel de la nouvelle reine et les remous que créeront ses prochaines décisions."

     

        Mlle Alice, merci, et à dimanche prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques autour de la Reine Victoria ICI

    Et celles de cette saga en particulier LÀ