Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lire des Biographies - Page 2

  • Le Journal de Charlotte Brontë de Syrie James

    Imprimer

    charlotte brontë, syrie james, le journal secret de charlotte brontë, les soeurs brontë, biographie, milady

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Le Journal de Charlotte Brontë?

       "Je connais déjà Syrie James pour ses austeneries et ayant apprécié mes lectures précédentes, j'étais curieuse de replonger dans son univers à travers, cette fois, la vie de Charlotte Brontë."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Charlotte, à presque 37 ans, vient de recevoir une demande en mariage qui en scandalisera plus d'un. Pour faire le tri dans ses émotions et nous expliquer la situation, elle va revenir sur les évènements importants de son passé..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Cela peut paraître étonnant de la part de quelqu'un qui tient un blog entièrement consacré à Jane Austen, mais je ne m'intéresse pas en général à la vie privée des auteurs. J'ai donc ouvert ce livre sans rien savoir, ou presque, de Charlotte Brontë. De plus, même si j'ai adoré Jane Eyre, lu à l'adolescence, je ne suis pas non plus une inconditionnelle des trois soeurs et je pense que ce sont des points positifs pour cette lecture. Je l'ai en effet trouvé divertissante et agréable et je ne me posais pas vraiment la question des exactitudes historiques, ce qui aurait été bien différent avec Jane Austen bien sûr! De plus, en refermant le livre, j'ai cette fois envie d'en découvrir plus sur ces destins à la fois tristes et hors du commun et c'est tout de même un signe de l'efficacité du roman. Certains personnages m'ont parue antipathiques, comme Emily Brontë par exemple, et j'ai aimé que tous les caractères ne soient pas lissés justement. Et si on prend à coeur le destin de Charlotte et la beauté de sa relation avec ses soeurs, le véritable héros du livre, pour moi, est Mr Nicholls..."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Je conseille volontiers ce livre mais peut-être pas aux expertes des Brontë, encore qu'il faudrait leur demander ce qu'elles en pensent. En revanche, si vous ne savez vraiment rien de la vie amoureuse de Charlotte, ne lisez pas les remerciements placés au début du livre qui vous gâcheront tout le suspense...

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

     

       "Une fois n'est pas coutume, je voudrais ajouter un petit post-scriptum sur l'auteur, Syrie James. Dans le Manuscrit Perdu de Jane Austen, j'avais déjà été gênée par les fleurs que s'envoyait l'auteur en faisant dire et redire à son personnage que, décidément, ce texte, c'était tout à fait du Jane Austen. Ici, c'est dans le prologue que Syrie James nous dit elle-même ceci: Même si certains considèreront peut-être que cette histoire ressemble plus à l'un des romans adorés de Charlotte qu'à un journal intime, je crois qu'elle l'aurait écrite ainsi, car elle se serait sentie à l'aise dans ce style et dans cette structure. Madame James, rassurez-vous, sont quelques formes que se soit, nous ne confondrons pas votre plume, bien qu'agréable, avec celle de Charlotte Brontë..."

    Catégories : Lire des Biographies 8 commentaires
  • The Queen and Lord M. de Jean Plaidy

    Imprimer

    the captive of kensington palace, jean plaidy, the queen and lord M, the widow of windsor, the queen's husband

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec The Queen and Lord M.?

       "J'ai une passion pour cette reine et pour la vie des grands personnages historiques en général. Après avoir apprécié le premier tome de cette saga romancée, il était temps que je me lance enfin dans celui-ci."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Ce second opus se concentre sur l'accession au trône de Victoria et sur sa relation particulière avec son premier ministre d'alors, Lord Melbourne."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Le premier tome nous avait agréablement guidé à travers les méandres qui conduisirent la jeune et déterminée Victoria jusqu'au trône d'Angleterre. C'était un début prometteur et je fus ravie de retrouver la jeune Reine et de découvrir avec elle les avantages de sa nouvelle position mais également ses difficultés et ses pièges. Cependant, si l'auteur nous l'avait présentée jusqu'ici comme une jeune femme intelligente et ne se laissant pas dicter sa conduite, son opinion semble avoir changé dans la suite de ce roman. Même s'il est vrai que Victoria s'est en quelque sorte éprise de son premier ministre et s'est laissée entièrement guider par lui, ici elle apparait telle une sombre idiote et Lord Melbourne comme un incompétent cynique. Non seulement j'ai trouvé les traits un peu exagérés mais comme le livre entier n'est qu'une longue répétition de leurs entrevues, ça finit par tourner à la caricature. Un peu décevant donc."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "L'histoire s'interrompt juste après le mariage d'Albert et Victoria et ouvre enfin de nouvelles perspectives. Malgré les quelques bémols évoqués, je reste passionnée par la vie de cette souveraine que ces romans rendent accessible et la lecture demeure agréable. J'ai donc hâte de me plonger dans le tome suivant."

     

        Mlle Alice, merci, et à mercredi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques autour de la Reine Victoria ICI

    et toutes celles de cette saga en particulier LÀ

  • La Petite Femelle de Philippe Jaenada

    Imprimer

    philippe jaenada, pauline dubuisson, la petite femelle

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec La Petite Femelle?

       "L'année dernière, j'avais été très marquée par ma lecture de Sulak, la biographie du célèbre cambrioleur, par le même Philippe Jaenada. A ce jour, cela reste l'une de mes meilleures découvertes depuis l'ouverture de ce blog, impossible donc que je rate cette nouvelle sortie."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "L'auteur décide cette fois-ci de retracer l'histoire de Pauline Dubuisson, accusée de meurtre, et sur laquelle à peu près tout a déjà été dit... sauf la vérité peut-être..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Pour que les choses soient claires une bonne fois pour toutes, et malgré les quelques bémols que je vais évoquer par la suite, ce livre me paraît une fois encore indispensable, vous ne pouvez pas vous en dispenser, vous ne pouvez pas passer à côté de cette lecture, de cette découverte indispensable de la nature humaine, de ce qu'elle a de pire, de ce qu'elle a de meilleur et de toutes les nuances de gris que vous trouverez en chemin entre l'un et l'autre. Une fois encore, Philippe Jaenada, sans en avoir l'air, nous fait aimer son criminel, malgré ses actes, à cause de ses actes. On souffre avec Pauline, on tremble avec elle, on tient l'arme avec elle. On voudrait la protéger, la consoler, on s'énerve contre ces abrutis de journalistes, ces fausses féministes en herbe, ces menteurs, ces jaloux, on crie, on s'insurge avec plus de soixante ans de retard mais c'est comme si c'était aujourd'hui. Au milieu de tout cela, l'auteur nous fait parfois rire aussi,philippe jaenada,pauline dubuisson,la petite femelle digresse souvent, un peu trop même à mon goût et sur des sujets parfois qu'il pourrait tout autant garder pour lui, merci bien. Mais bon, comme à "ses criminels", on a du mal à ne pas tout lui pardonner."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Comme avec Sulak, je quitte Pauline avec regret mais entre Philippe et moi, en tous cas, c'est loin d'être fini. A chaque fois que je lis un article sur un destin intéressant je me dis que cela ferait un bon livre sous sa plume et je guetterai les prochaines parutions avec impatience. Et par-dessus tout, j'adorerais qu'il nous raconte un vrai méchant et tester sa capacité à nous le faire aussi bien aimer."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain... 

    Retrouvez ma chronique de Sulak ICI