Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lire et Enquêter - Page 3

  • Hamish Macbeth 13 dans Dent pour Dent de M.C. Beaton

    Imprimer
    • dent pour dent, hamish macbeth, cosy mystery, Albin michel, m. c. beaton, policier écossaisMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Dent pour Dent ?

       "Treizième tome des aventures du jeune policier écossais et c'est toujours avec le même plaisir que je pars à sa rencontre !"

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Tourmenté par une rage de dents, Hamish se résout à consulter le dentiste du coin malgré sa réputation d'arracheur de dents. D'ailleurs, il est grand temps q'il fasse sa connaissance et juge par lui-même mais quand il arrive au cabinet, il est déjà trop tard, l'homme a été assassiné..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Si vous êtes sensible des dents, vous risquez de les voir légèrement grincer au cours de cette lecture ! Ce détail mis à part, il y a comme à chaque fois tout un tas de petites choses que j'ai aimé dans cette nouvelle aventure : le grand coeur d'Hamish, encore et toujours, le geste qu'il fait pour l'un de ses collègues, sa persévérance à enquêter alors même qu'on le traite sans cesse de tire-au-flan ! De plus, le meurtrier était loin d'être évident (en même temps, qui aime les dentistes !) et plusieurs enquêtes parallèles retiennent notre attention. En bref, on n'a vraiment pas le temps de s'ennuyer."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "Plusieurs énigmes résolues et un Hamish au coeur brisé, rien de neuf de ce côté-là donc."

     

        Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des aventures d'Hamish Macbeth ICI

    et celles des livres de M. C. Beaton par LÀ

     

    Alors, vous craquez pour "Dent pour Dent" ?

  • La Femme de Chambre de Nita Prose

    Imprimer
    • la femme de chambre, Nita prose, masse critique babelio, roman policier, cosy mysteryMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec La Femme de Chambre ?

       "J'ai reçu ce livre grâce à une Masse Critique Babelio, et si je l'ai repéré à cause de sa couverture canon, c'est surtout le cadre, un grand hôtel vu de l'intérieur, qui m'a donné envie d'y plonger.

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Molly est femme de chambre au Regency Grand hôtel et elle adore son travail. Les choses vont se compliquer lorsqu'elle va découvrir un corps dans l'une des suites et que son comportement inhabituel va la désigner comme suspecte..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "J'ai passé un excellent moment de lecture, vraiment, parce que je me suis beaucoup attachée au personnage principal, que j'ai souffert pour elle de la façon dont elle est traitée et que je voulais assister à sa fin heureuse. Du coup, j'ai eu du mal à lâcher ce roman mais... Mais je ne suis pas sûre que ce soit un cosy mystery pour commencer. Il y a bien un mort mais Molly n'enquête pas, elle se contente, sur la toute fin, aidée de ses amis, de démasquer les méchants, avant de finir en prison. C'est déjà pas mal mais si c'est les indices et les suppositions qui vous intéressent, vous risquez d'être frustré. L'autre point que j'aimerais soulever, c'est le personnage de Molly elle-même. L'auteur lui prête tous les traits d'une personne autiste, sans jamais dire qu'elle est autiste. Je pense que le but, c'est qu'on ne puisse pas lui reprocher que son héroïne n'est pas vraiment convaincante en tant qu'autiste. Sur moi, ça a eu l'effet inverse : toutes les pages, je me demandais à quel moment les autres allaient se rendre compte qu'elle n'est pas juste bizarre. Et puis, ne pas dire qu'elle est autiste ne m'a même pas empêchée de trouver plusieurs comportements vraiment incohérents avec cet état de fait mais j'avais tellement d'empathie pour Molly que je suis passée au-dessus. À mon avis, c'est quitte ou double, soit on adore, soit on s'arrache les cheveux."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "La révélation finale est assez interessante bien qu'une nouvelle fois, plutôt incohérente. Malgré tout, c'est le genre de lecture légère pour laquelle je suis prête à fermer les yeux sur ce genre de détails. J'aimerais beaucoup retrouver Molly dans une suite d'ailleurs. Et puis, la grande maniaque que je suis, était comblée."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

     

    Alors, vous craquez pour "La Femme de Chambre" ?

  • Arsène Lupin, l'Aiguille Creuse de Maurice Leblanc

    Imprimer
    • Arsène lupin, gentleman cambrioleur, Maurice Leblanc, l'aiguille creuse, ganimardMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec L'Aiguille Creuse ?

       "Comme beaucoup, l'arrivée de la série m'a donné envie de replonger dans l'univers de Maurice Leblanc et j'avais particulièrement hâte de découvrir enfin ce tome-ci, évoqué à de nombreuses reprises."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Lors d'un cambriolage au château de Gesvres, l'une des jeunes filles de la maison tire sur le chef de la bande qui s'écroule. Lupin serait-il mort, gravement blessé, enfin pris ? Seul problème, le jardin a beau être clos, personne ne retrouve de corps..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Ce que j'ai aimé retrouver : la plume de l'auteur, son humour, ses facéties, l'ingéniosité des crimes du grand Lupin. Ici, en prime, nous avons un nouveau héros fort sympathique, le jeune Isidore Beautrelet, un étudiant, qui est si malin qu'il devine tous les plans du gentleman cambrioleur et semble être un adversaire bien plus à la hauteur que ceux que nous avons croisés jusque-là.

       Ce que j'ai beaucoup moins aimé et qui pour moi est un véritable problème, c'est que toute cette série repose sur le fait que l'on aime Lupin et que l'on a envie qu'il s'en sorte parce qu'après tout, il ne fait pas grand mal et ne s'en prend qu'à ceux qui le méritent. Il me semble, pour le souvenir que j'en garde, que c'est l'esprit des différents films et séries. Mais pas du tout du livre ! J'avais déjà peu goûté certaines de ses manigances du tome précédent et ici, de nouveau, plusieurs personnes meurent par sa faute. C'est ça, le gentleman cambrioleur ?"

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "J'en ai encore plusieurs dans ma PAL, je vais donc persévérer mais si le sentiment se confirme, ça en sera fini d'Arsène Lupin pour moi."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des livres de Maurice Leblanc ICI

     

    Alors, vous craquez pour "L'Aiguille Creuse" ?