Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lire et Enquêter - Page 3

  • L'Attaque du Calcutta-Darjeeling d'Abir Mukherjee

    Imprimer
    • l'attaque du calcutta-darjeeling,inde,policier,abir mukherjeeMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec L'Attaque du Calcutta-Darjeeling ?

       "C'est 100% la faute de Shelbylee si j'ai eu envie de lire se livre. Elle n'a cessé d'en vanter les mérites et comme l'Inde est un pays qui m'intrigue beaucoup et que l'auteur sera présent aux Quais du Polar, il est possible que je n'ai pas beaucoup tenté de résister."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Le Capitaine Wyndham n'est pas en Inde depuis deux semaines qu'on lui confie déjà un meurtre sous haute-tension, celui d'un blanc influent dans une ruelle sordide..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Dès les premières pages, j'ai aimé l'humour de l'auteur et de son inspecteur et la plongée immersive dans l'Inde de 1919. Ce sont deux éléments qui ne se sont jamais démentis jusqu'à la dernière ligne. L'ambiance est tellement prenante que j'y repensais régulièrement dans la journée. J'adore ce genre de livre, qui vous fait véritablement voyager. J'ai aussi apprécié ma rencontre avec le Capitaine Wyndham, l'anglais tout juste débarqué à Calcutta, et son sergent indien, Sat Banerjee. J'étais surtout reconnaissante d'être en présence d'un personnage curieux, intelligent et prêt à se remettre en question. Ce livre est d'ailleurs la preuve que l'on peut écrire un roman noir qui se déroule au siècle dernier sans être ni raciste, ni sexiste et tout en restant réaliste bien sûr... Certains devraient vraiment en prendre de la graine. Pour ce qui est de l'enquête, j'ai un peu regretté que les coupables soient si évidents, même si je n'avais pas du tout deviné leurs motivations et on sent également que nous sommes dans le premier tome d'une série, avec des éléments qui permettent d'installer l'intrigue sur le long terme."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "Il y a tout ce qu'il faut pour nous donner envie de lire la suite au plus vite et je pense sincèrement que c'est le genre de série que je risque d'aimer de plus en plus à chaque lecture."

     

        Mlle Alice, merci, et à mercredi prochain...

     

    Alors, vous craquez pour "L'Attaque du Calcutta-Darjeeling" ?

    Catégories : Lire et Enquêter 0 commentaire
  • Les Dames de Guerre - Saïgon de Laurent Guillaume

    Imprimer
    • les dames de guerre, saïgon, Asie, Laurent Guillaume, roman d'espionnage, reporter de guerreMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Les Dames de Guerre - Saïgon ?

       "Le fait de m'intéresser à la Corée me pousse petit à petit à m'intéresser à l'Asie dans son ensemble et le Vietnam, dont je ne sais presque rien, m'attire particulièrement, j'étais donc ravie d'avoir l'occasion de recevoir ce livre de la Bête Noire en service de presse."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Fatiguée qu'on ne lui propose que des chroniques de la rubrique mondaine, Elizabeth se propose en tant que reporter de guerre pour remplacer son collègue, décédé sur le terrain, et s'envole pour Saïgon..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "J'aimais vraiment beaucoup l'idée de départ, suivre un reporter de guerre, découvrir le Vietnam et changer de destination à chaque tome. J'ai aussi aimé les premières pages, on entre directement dans l'action, et l'écriture très détaillée de Laurent Guillaume était plutôt un point positif. J'aurais pu facilement oublier le côté cliché des personnages si on n'avait continué dans cette veine. Et puis... Lorsqu'on rencontre Elizabeth, elle est nue et sur le coup, ce n'est pas forcément quelque chose que j'ai relevé. Puis, on croise une secrétaire et sa "poitrine en forme d'obus", là, j'ai moins aimé. Quand on fait la connaissance de la seconde héroïne et que, comble de malchance, elle est également nue et que l'auteur nous gratifie une nouvelle fois de la description détaillée de ses seins, j'ai tiqué. J'imagine que le but était de rester dans l'ambiance des années 50 mais comme il n'y a pas de narrateur à l'histoire, pour moi ça ne passe pas. Je peux l'admettre dans les dialogues (où on ne se gêne pas pour gratifier les femmes de "salopes" et de "petites putes") mais pas dans le corps du texte. Et pour en avoir parlé avec de nombreuses lectrices, je ne crois pas vraiment non plus que c'était le style d'écriture des romans de l'époque, c'est plutôt l'idée que l'on s'en fait aujroud'hui et que certains aiment bien perpétrer. Bref, à l'allusion suivante, décrivant "deux jeunes femmes nues et leurs corps lisses aux sexes glabres et impudiques", j'ai décidé d'arrêter les frais, et je n'en étais qu'à la page 150."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "Je n'abandonne quasiment jamais une lecture et je crois que je ne l'ai jamais fait avec autant de facilité pourtant, même si l'histoire avait l'air intéressante. Je crois que j'ai franchi un cap et que pour moi, certaines choses ne sont vraiment plus acceptables, peu importe les excuses que l'on se trouve pour les écrire, les imprimer ou les lire."

     

        Mlle Alice, merci, et à mercredi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques de la collection de la Bête Noire ICI

     

    Alors, vous craquez pour "Les Dames de Guerre - Saïgon" ?

    Catégories : Lire et Enquêter 0 commentaire
  • Pas le Moral à Balmoral de S.J. Bennett

    Imprimer
    • pas le moral à balmoral, s.j. bennett, sa majesté mène l'enquête, famille royale anglaise, cosy mysteryMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Pas le Moral à Balmoral ?

       "J'attendais avec grande impatience ce nouvel opus des enquêtes de la Reine que j'aime décidément beaucoup, et d'autant plus que je savais déjà que l'on repartait cette fois-ci dans le passé."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "En 1957, alors que la Reine achève son déplacement en France, elle ne peut s'empêcher de remarquer quelques incidents qui n'auraient jamais du avoir lieu. Se pourrait-il qu'un traître se cache au sein même de son équipe, parmi ses plus proches conseillers ?"

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "On change donc ici de contexte politique et historique et j'attendais ça depuis le tout premier tome puisque l'autrice y avait déjà posé les jalons pour ce saut en arrière. Et je peux dire que je n'ai pas du tout été déçue. Elizabeth est une jeune mère dans la trentaine et les enjeux sont bien différents de ceux des romans précédents. S.J. Bennet a su retranscrire l'ambiance de l'époque, les évènements importants, les changements qui se profilent... J'ai trouvé ça passionnant, en plus de profiter de tout ce qui me séduisait déjà dans cette série, comme l'humour par exemple. Je me suis aussi rendue compte que tout ce qui concerne le fonctionnement du bureau privé de la souveraine m'intéresse particulièrement et j'étais plus intriguée par ce qui s'y déroulait que par l'enquête sur les meurtres finalement. J'ai d'ailleurs trouvé que celle-ci traînait un petit peu en longueur mais c'est bien le seul reproche que je peux lui faire. Là encore, les éléments historiques utilisés pour leur résolution m'ont semblée très judicieux. Et voir la Reine orienter subtilement tous ces hommes très surs d'eux est toujours aussi savoureux tout en étant extrêmement frustrant."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "J'ai passé un agréable moment avec cette lecture, j'ai adoré faire la rencontre surprise d'une autre figure historique et j'ai déjà hâte de retrouver Joan, la nouvelle héroïne de ces années-là."

     

        Mlle Alice, merci, et à samedi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques de la série Sa Majesté Enquête ICI

    et toutes celles de Cosy Mysteries, par LÀ

     

    Alors, vous craquez pour "Pas le Moral à Balmoral" ?