Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

le mois anglais

  • Les Sept Morts d'Evelyn Hardcastle de Stuart Turton

    Imprimer
    • les sept morts d'Evelyne Hardcastle, Stuart turton, sonatine, le mois anglaisMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Les Sept Morts d'Evelyn Hardcastle ?

       "J'aime beaucoup l'idée de départ, un récit qui voit se répéter sans cesse la même journée. Ici, cette boucle s'effectue autour du meurtre d'une jeune femme et d'une enquête à boucler, c'était beaucoup trop intriguant pour que je résiste."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Une chose est certaine, ce soir, Evelyn Hardcastle va mourir, le jour même de la fête donnée par ses parents pour célébrer son retour, le même jour que son petit frère assassiné dix-neuf ans plus tôt, ce jour que notre héros verra se répéter sans cesse, jusqu'à ce qu'il réussisse à résoudre l'énigme..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Je tourne et retourne dans mon esprit toutes les sensations que m'a procuré ce roman depuis quelques jours pour tenter d'en déduire une image globale, quelque chose d'à peu près cohérent à vous raconter mais croyez-moi, la tâche est difficile. C'est un roman dense, qui demande toute notre attention, qui ne peut pas se lire par petits bouts par-ci, par-là. Il est exigeant mais en retour, je dois bien avouer qu'il est mené magistralement. Les surprises sont nombreuses, les rebondissements incessants, nous obligeant à nous creuser le cerveau pour revoir toute l'action, tous les personnages, toutes ces journées identiques qui viennent de s'écouler... sans jamais trouver la moindre faille. J'applaudis sans hésiter la construction et l'originalité, la richesse des personnages, le cadre glauque et glaçant pourtant situé dans une belle demeure un soir de fête. En revanche, je ne peux pas dire pour autant que ce soit un coup de coeur. L'intrigue peine à se mettre en place au début et ça traîne un peu en longueur. Le médecin de peste, le valet de pied, c'était un peu trop pour moi et inutile au milieu de ce récit où les détails et les intrigues secondaires foisonnent déjà. Il m'a manqué quelque chose, un soupçon de légèreté peut-être, un tout petit peu plus de simplicité même si je suis consciente que ce n'était pas l'effet recherché."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "J'ai apprécié les révélations successives, le pourquoi du comment, la résolution de l'enquête même si je me serais passée du couplet sur la rédemption et que j'avais compris pas mal de choses depuis un petit moment. En revanche, que pas une ligne ne soit écrite sur l'après, sur la vie du héros en dehors de cette boucle, j'ai trouvé cela extrêmement frustrant et il me semble qu'après plus de 500 pages de casse-têtes, le lecteur méritait bien ça pourtant."

     

        Mlle Alice, merci, et à jeudi prochain...

     

    Alors, vous craquez pour "les Sept Morts d'Evelyn Hardcastle" ?