Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lire en Anglais - Page 2

  • Lady Rose and Mrs Memmary de Ruby Ferguson

    Imprimer
    • persephone books, lady rose and Mrs Memmary, whoops daisy, littérature anglaise, ruby ferguson Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Lady Rose and Mrs Memmary ?

       "De l'avis de la plupart des copines qui sont des inconditionnelles de Persephone Books, et que vous pouvez retrouver sur le forum Whoopsy Daisycelui-ci est un des meilleures romans parus chez la petite maison d'édition indépendante anglaise."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Trois jeunes gens, dans les années 50, visitent une maison en Écosse et la vieille intendante, Mrs Memmary, va retracer pour eux les années de sa splendeur, quand Lady Rose y vivait encore..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Contrairement à The Making of a Marchioness, chez le même éditeur, ce n'est pas un roman qui m'a happée instantanément. Il commence doucement, avec des flashbacks sur l'enfance de Lady Rose, qui sont mignons mais pas passionnants. Pourtant, j'avais déjà la certitude que ce livre me réservait bien des surprises et en effet, son emprise agit crescendo au fur et à mesure que l'on tourne les pages. Et comme la plupart des romans Persephone, il est si riche et il y a tant à en dire ! J'ai été amusée, par exemple, par la façon dont l'auteur dépeint l'Écosse avec amour et qui, comme la maison d'ailleurs, en devient presque un personnage à part entière. J'ai aimé Helen Dacre, la jeune femme a qui l'intendante raconte son histoire, qui bien que peu présente n'en est pas moins interessante et j'ai apprécié les changements de ton au cours du récit. Enfin, j'ai été attirée par Lady Rose et la manière dont elle a vécu sa vie même si un élément de l'histoire m'a dérangée. C'est, quoi qu'il en soit, un livre qui peut se révéler aussi simple que complexe et j'aime ces différents niveaux de lecture qui laissent le choix au lecteur de ce qu'il va trouver entre ces pages."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "La révélation finale n'en était pas une pour moi, j'avais pressenti ce dénouement dès le départ mais je ne crois pas que ce soit très important. La fin ne trahit ni l'histoire, ni le ton du roman et elle m'a séduite même si je referme ce livre avec un immense sentiment de tristesse et de mélancolie, mais peut-être pas pour les raisons que l'on pourrait croire."

     

        Mlle Alice, merci, et à mercredi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des Persephone Books ICI

     

    Alors, vous craquez pour "Lady Rose and Mrs Memmary" ?

  • The Blank Wall d'Elisabeth Sanxay Holding

    Imprimer
    • Persephone Books, the blank wall, Elisabeth sanxay holding, policier, hitchcock Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec The Blank Wall ?

       "C'est sûrement l'un des Persephone Books que je voulais lire le plus et depuis le plus longtemps parce que c'est un de leurs rares romans policiers et que cela m'intriguait beaucoup."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Lucia Holley est une femme au foyer ordinaire qui s'occupe de son père et de ses deux enfants pendant que son mari se bat dans le Pacifique. Jusqu'au jour où elle retrouve un corps dans le hangar à bateau et qu'elle décide de la cacher pour protéger les siens..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "C'était l'un des romans préférés d'Hitchcock. Sachant cela, ma lecture a été nimbée d'une ambiance particulière... Et je me suis très vite prise d'affection pour le personnage principal, cette femme forte, prête à tout pour sauver sa famille alors même qu'ils n'ont aucune conscience de sa valeur, qu'ils la méprisent même un peu. J'ai trouvé que les pages se tournaient toutes seules tellement je voulais savoir comment Lucia allait pouvoir s'en sortir et j'ai apprécié le style dépouillé, faisant écho à la vie de ses protagonistes. Comme tous les livres ou presque de ce petit éditeur indépendant, il y aurait beaucoup à dire, à décortiquer derrière cette apparence trompeuse de simplicité. L'histoire parfaite pour un club de lecture."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "C'est peut-être la fin que j'ai le moins aimé mais tout reste relatif. J'ai juste trouvé que certains éléments étaient un peu faciles, un peu rapides mais la conclusion ne manque pas de profondeur ! Et que dire de cette scène avec sa fille... Magistrale ! J'ai maintenant très envie de découvrir l'un des deux films au moins adapté de ce roman."

     

        Mlle Alice, merci, et à mercredi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques des Persephone Books ICI

     

    Alors, vous craquez pour "The Blank Wall" ?

  • The Magical Language of Others d'E.J. Koh

    Imprimer
    • the magical language of others, E.J. Koh, memoir, lettres, littérature coréenne, Corée du Sud, passion coréeenneMlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec The Magical Language of Others ?

       "Je suis fascinée par cette couverture. À tel point que j'ai acheté ce livre en hardback, un format plus cher et que je n'apprécie pas d'habitude, parce que je voulais cette illustration. Bien sûr, l'histoire m'attirait également énormément."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "L'autrice nous raconte, au travers des lettres de sa mère, reçues alors qu'elle était adolescente, le traumatisme qu'elle a vécu lorsque ses parents sont repartis vivre en Corée en les laissant seuls son frère et elle aux États-Unis..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?

       "Je ne plonge jamais dans les détails d'un livre avant de l'ouvrir, j'aime découvrir l'histoire au fil des pages. Ici, je m'étais donc imaginée les circonstances qui avaient pu pousser des parents à laisser leurs enfants derrière eux dans un autre pays et on peut dire que j'étais loin de la réalité. J'ai donc été choquée de découvrir que cette famille n'avait aucun problème financier et que la mère avait fait ce choix d'elle-même sans que ça ne semble la préoccuper plus que ça. L'égoïsme qui transparait d'ailleurs dans chacune de ses lettres est assez sidérant, pendant que sa fille souffre seule à l'autre bout de la planète. Et c'est vraiment le côté qui m'attirait dans cette histoire, je pense qu'il y avait beaucoup à en dire. Malheureusement, l'autrice s'éparpille, son récit manque parfois de cohérence. Elle nous emmène aussi sur les traces de ses grands-mères et, si c'est interessant, ce n'est pas forcément ce que j'attendais ici. Mais c'est d'autant plus touchant que l'on sent que c'est une façon de se protéger, et de protéger sa mère également, que de ne pas s'attarder sur ses problèmes de santé, ses difficultés à garder la nourriture ou ses envies de mourir pendant que sa mère lui écrit qu'elle est très fière d'elle."

    • Et comment cela s'est-il fini ?

       "J'ai aimé la fin, l'autrice revient au sujet principal et conclut son histoire, à la fois dans les faits et en décidant de lâcher prise mais d'une manière générale, je pensais aimer ce récit plus que ce fut le cas."

     

        Mlle Alice, merci, et à mercredi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques autour de la Corée du Sud ICI

    et toutes celles sur la littérature coréenne, par LÀ

     

    Alors, vous craquez pour "The Magical Language of Others" ?