Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Coups de Coeur - Page 5

  • Le Trône de Fer, Intégrale 2, de George R. R. Martin

    Imprimer

    le trône de fer,intégrale 2,jon snow,stark,george r.r. martin

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Le trône de Fer?

       "Lorsque j'ai découvert le premier tome de cette série, ce fut un énorme coup de coeur et j'ai dû lutter pour ne pas me jeter instantanément sur la suite. Maintenant que j'ai presque entièrement écoulée ma PAL, je me suis enfin autorisée à me replonger dans l'univers des Stark!"

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "L'hiver arrive et la guerre fait rage dans le royaume des septs couronnes. Chacun revendique le trône et les complots n'en finissent plus. Mais par-delà le mur, des choses étranges se réveillent..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "J'avais peur d'avoir du mal à entrer de nouveau dans l'histoire mais ce fut finalement plus facile que je ne le croyais. J'avoue malgré tout qu'il y a encore un grand nombre de personnages que je confonds les uns avec les autres, mais ce ne sont pas les principaux, donc je m'en accommode. J'ai quand même moins accroché à ce tome-ci qu'au précédent, et comme je n'aime pas en général les livres trop longs et que mes lectures traînent, je l'ai abandonné en cours de route. Là encore, j'ai eu un peu peur de ne jamais le reprendre ou d'avoir tout oublié, mais lorsque je m'y suis replongée presque six mois plus tard, je n'ai plus du tout eu envie de le lâcher cette fois-ci. C'est un univers incroyablement riche, élaboré, passionnant dans lequel on peut rester des heures entières sans s'ennuyer. A chaque chapitre, on est triste de laisser les personnages que l'on suit mais heureux d'en retrouver d'autres et ce qui est également très fort, c'est que l'on en adore certains, on en détestele trône de fer,intégrale 2,jon snow,stark,george r.r. martin d'autres, mais il y en a également quelques uns qui nous inspirent des sentiments équivoques. Je crois de toutes façons que ce n'est un secret pour personne, cette saga est déjà entrée dans le palmarès des plus grands succès historiques et y restera pour de longues années à venir, sans aucun doute."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Une fois encore, et malgré plus de 900 pages de lecture, on en redemande. A peine refermé, j'ai déjà envie de me plonger dans la suite et de retrouver Jon, le nain et les autres..."

     

       Mlle Alice, merci, et à lundi prochain...

    Retrouvez toutes mes chroniques du Trône de Fer ICI

  • Le Condamné de Noël d'Anne Perry

    Imprimer

    anne perry,le condamné de noël,noël

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Le condamné de Noël?

       "Je suis une grande admiratrice d'Anne Perry et je suis toujours ravie de me jeter sur son petit opus de Noël, même si cette année 10/18 a encore changé le format d'édition, ce qui m'agace au plus haut point."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "Au cours d'une soirée mondaine, une prostituée, qui n'aurait pas dû se trouver là, est retrouvée brutalement battue dans la serre de la maison. Le poète Dai Tregarron, aux moeurs dissolues, est rapidement accusé d'être l'agresseur par les trois autres jeunes hommes présents sur la scène. Mais Claudine Burroughs n'y croit pas et ne laissera pas pendre un innocent."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "L'histoire se déroule dans l'univers de la série des Monk, que je n'ai pas fini de découvrir, mais cela ne m'a pas du tout gêné. Je ne connaissais pas le passif de Claudine mais j'ai pris plaisir à la découvrir et à faire la connaissance de cette femme têtue mais courageuse. On prend son combat à coeur, d'autant que son combat nous rappelle la difficile position des femmes à cette époque. La forme du conte pour une enquête policière me paraît souvent inappropriée mais ici le meurtre a lieu dès les premières pages et le coupable est instantanément désigné, cela laisse donc tout le temps nécessaire pour l'enquête. Quant à l'écriture, j'avais oublié je crois à quel point j'aime Anne Perry. Je lis de nombreux livres très différents et c'est lorsque je me replonge dans ces délices-ci que je me rends compte de la médiocrité de certains autres en comparaison. Je n'ai plus qu'uneanne perry,le condamné de noël,noël,contes de noel,saga monk envie, rester plongée dans ses écrits encore et encore. Et ça tombe bien, il m'en reste encore quelques uns à découvrir."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Vous l'avez compris, je me suis délectée de cette courte histoire, l'un des meilleurs contes de Noël d'Anne Perry, incontestablement, mais je reste un peu frustrée en refermant la dernière page de ne pas en savoir plus sur le destin de la plupart des personnages."

     

       Mlle Alice, merci, et à mercredi prochain (ce sera Noël!!!)

    Retrouvez toutes mes chroniques sur Anne Perry ICI

    et tous ses contes de Noël LA.

  • La Petite Femelle de Philippe Jaenada

    Imprimer

    philippe jaenada, pauline dubuisson, la petite femelle

    • Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec La Petite Femelle?

       "L'année dernière, j'avais été très marquée par ma lecture de Sulak, la biographie du célèbre cambrioleur, par le même Philippe Jaenada. A ce jour, cela reste l'une de mes meilleures découvertes depuis l'ouverture de ce blog, impossible donc que je rate cette nouvelle sortie."

    • Dites-nous en un peu plus sur son histoire...

       "L'auteur décide cette fois-ci de retracer l'histoire de Pauline Dubuisson, accusée de meurtre, et sur laquelle à peu près tout a déjà été dit... sauf la vérité peut-être..."

    • Mais que s'est-il exactement passé entre vous?

       "Pour que les choses soient claires une bonne fois pour toutes, et malgré les quelques bémols que je vais évoquer par la suite, ce livre me paraît une fois encore indispensable, vous ne pouvez pas vous en dispenser, vous ne pouvez pas passer à côté de cette lecture, de cette découverte indispensable de la nature humaine, de ce qu'elle a de pire, de ce qu'elle a de meilleur et de toutes les nuances de gris que vous trouverez en chemin entre l'un et l'autre. Une fois encore, Philippe Jaenada, sans en avoir l'air, nous fait aimer son criminel, malgré ses actes, à cause de ses actes. On souffre avec Pauline, on tremble avec elle, on tient l'arme avec elle. On voudrait la protéger, la consoler, on s'énerve contre ces abrutis de journalistes, ces fausses féministes en herbe, ces menteurs, ces jaloux, on crie, on s'insurge avec plus de soixante ans de retard mais c'est comme si c'était aujourd'hui. Au milieu de tout cela, l'auteur nous fait parfois rire aussi,philippe jaenada,pauline dubuisson,la petite femelle digresse souvent, un peu trop même à mon goût et sur des sujets parfois qu'il pourrait tout autant garder pour lui, merci bien. Mais bon, comme à "ses criminels", on a du mal à ne pas tout lui pardonner."

    • Et comment cela s'est-il fini?

       "Comme avec Sulak, je quitte Pauline avec regret mais entre Philippe et moi, en tous cas, c'est loin d'être fini. A chaque fois que je lis un article sur un destin intéressant je me dis que cela ferait un bon livre sous sa plume et je guetterai les prochaines parutions avec impatience. Et par-dessus tout, j'adorerais qu'il nous raconte un vrai méchant et tester sa capacité à nous le faire aussi bien aimer."

     

        Mlle Alice, merci, et à lundi prochain... 

    Retrouvez ma chronique de Sulak ICI